Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Drones - Phosphorescent - Great Lake Swimmers
Le Grand Mix  (Tourcoing)  24 mai 2009

Le jugement que l’on porte sur chaque concert se doit d’être clair, net, sans restrictions : le nombre de groupes à découvrir est trop large, trop varié, pour que l’on s’autorise, ici et là, quelques indulgences ou admirations faciles. C’est par un jeu de contrastes, soigneusement dosé, que peut être mis en évidence la valeur d’un groupe, les risques pris, mais aussi les possibilités d’amélioration.

Le Grand Mix de Tourcoing organise régulièrement des soirées découvertes, originales, qui permettent au spectateur d’aiguiser justement son jugement, de se laisser surprendre par la nouveauté, de se forger ses goûts sans l’aide de la presse musicale habituelle. Il avance ainsi en tâtonnant dans la nuit, et cherche son passage dans ce labyrinthe de glace qu’est la musique expérimentale ; il guette le groupe ultime, à l’origine de ses futures rêveries.

Le Grand Mix Défriche a proposé en tête d’affiche un groupe australien de Melbourne, The Drones, dans la pure tradition du rock brut, sans concessions. Les éléments principaux de cette formation sont la puissance et la rage électriques, soutenues par une vivacité et une maturité musicales, un savoir-faire qui n’est pas tant technicité qu’intensité, et présence : je parle d’abord de la présence physique, centrale, du chanteur-guitariste Gareth Leddiard, de ses rythmiques tendues aux coins coupants, éclats de nervosité procédant de l’indiscutable influence punk du groupe ; ensuite et surtout l’élan roboratif porté par la basse pleine de relief de Fiona Kitchin, qui n’est jamais aussi dense que dans son dialogue avec la batterie – équilibre subtil, accentué par le retrait des guitares, que la voix cassée, incisive de G. L. ne cesse de tordre, de violenter.

Finalement, culmine en surface la dimension coupante du punk ; et en profondeur les influences perceptibles tendent plus vers le blues, voire le jazz. On pourrait définir le groupe comme le point de jonction possible entre les Sex Pistols, Nick Cave (celui de Bithday Party) et Tom Waits : c’est-à-dire l’esprit d’urgence, la violence des premiers ; la densité mélancolique et l’élégance du second ; les racines jazz et la rugosité du dernier. Pas étonnant d’ailleurs que le groupe fut parrainé par les grands patrons du Rock Indépendant, Sonic Youth, en signant leur dernier album, Havilah (2008) sur leur label ATP.

Du concert on retient essentiellement la pure générosité de l’instant, cette passion du débordement sans doute propres à la scène discrète australienne. Le public en est ressorti régénéré. C’était bien la moindre des choses, pour faire passer la pilule, amère, des deux premières parties.

En premier lieu, Phosphorescent, groupe New Yorkais, a présenté un country-rock plutôt fade, conventionnel, à mille lieues de celui de Bonnie Prince Billy dont le groupe semble pourtant se réclamer. Se calquer sur Will Oldham ? Pourquoi pas, mais déjà la référence est écrasante : la country du "frère Palace"  n’en est pas tout à fait une, tant elle est dérangée, déréglée −  folk inspiré qui a acquis ses lettres de noblesse à l’école du troisième Velvet, ou du premier et du meilleur Dylan (celui de Blonde on Blonde). Ici, Phosphorescent tombe dans la caricature, se contentant de répéter pendant trois quarts d’heure la même chanson, la même tonalité ; et plutôt que de lancer plus loin la flèche désirante des influences, la projette loin en arrière, et réalise une régression pour le moins surprenante. Il s’agirait bien d’un Rock Régressif que je définirais comme rock conservateur, sans style, trouvant son unique raison dans l’imitation systématique.

La pop-country désabusée de Great Lake Swimmers en constitue d’ailleurs le paradigme. Que dire de plus de ce groupe canadien ? Des sombres comptines entraînantes ? Une noirceur à fleur de peau ? Des mélodies belles à pleurer ? Un esprit folk joyeusement désinvolte ? Non pas, rien qu’un avachissement diffus, rythmé par l’ennui et la lassitude.

 

En savoir plus :
Le Myspace de Great Lake Swimmers
Le Myspace de The Drones
Le site officiel de Phosphorescent
Le Bandcamp de Phosphorescent
Le Soundcloud de Phosphorescent
Le Facebook de Phosphorescent


        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=