Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce General Elektriks
Good City For Dreamers  (Discograph)  février 2009

Good City For Dreamers est la parfaite bande son de l'été, le compagnon sonore idéal aux futures heures passées à buller au soleil. Délicieusement groovy, il est traversé par des mélodies aériennes et porté par de merveilleux claviers old school. C'est un album pétillant, ensoleillé, tranquille, qui recèle des trésors cachés à ses quatre coins et dégage une fraîcheur des plus agréables.

General Elektriks, c'est en fait le projet solo d'Hervé Salters, français exilé depuis plusieurs années à San Francisco, où DJ Shadow l'a pris sous son aile. Collectionneur compulsif de synthés vintage et de claviers en tous genres, Hervé Salters a notamment fait un bout de chemin avec l'excellent groupe hip-hop américain Blackalicious (participation à l'enregistrement de l'album The Craft en 2005, et à la tournée qui a suivi). Auparavant, il avait publié le sympathique premier album de General Elektriks (Cliquety Cliqk, 2003), dont est tiré le tube "Tu m’intrigues" (plus connue pour être la bande-son d’une publicité pour une célèbre marque de voiture).

Six ans après, General Elektriks accouche d'un des disques les plus enthousiasmants de l'année : Good City For Dreamers est une invitation au rêve, et un titre d'album aura rarement aussi bien porté son nom. C'est que sa musique est très cinématographique : elle passe en revue une multitude de paysages musicaux qui stimulent l'imagination de l'auditeur. Elle est puissamment évocatrice, ce qui explique que décrire l'étendue de l'univers de General Elektriks, la diversité des sons et des ambiances qui le traversent ne se révèle pas chose aisée.

L'écoute de l'album est un vrai voyage, une aventure, une découverte permanente. On va de surprise en surprise, plus excitantes les unes que les autres. L'univers musical est foisonnant, créant des climats et atmosphères différents d'une chanson à l'autre. Hervé Salters met en scène ses chansons comme un réalisateur de cinéma, et c'est sans doute pourquoi on croit souvent écouter la bande son d’un film. C'est aussi une des raisons pour lesquelles on pense souvent à Wax Taylor ici, autre français adepte des collages en tous genres et des mélanges de styles réussis. Sauf que dans le cas de General Elektriks, c'est Hervé Salters en personne qui se charge des voix, et l'ambiance est davantage portée vers la funk et la soul que vers le hip-hop. Mais de son expérience américaine du hip-hop, Hervé Salters a gardé un sens du groove incroyable.

Ainsi, Good City For Dreamers ressemble à un shaker géant où le français brasse un tas d'influences avec une réussite insolente. Fourmillant d'idées, de rythmes et de sonorités étranges, le résultat est épatant et révèle un talent pour le bricolage musical unique en son genre. On sent chez lui un vrai amour du son se traduisant par un sens de la mélodie et de l'orchestration rare. On l'imagine aisément passer des heures et des heures en studio à trifouiller sa vingtaine de claviers (dont celui utilisé par Stevie Wonder sur "Superstition") pour trouver LE son qu'il a en tête pour une de ses chansons. Orgues soyeux, nappes de cordes classieuses, claviers perchés dans les nimbes, riffs de synthés grinçants : c'est une véritable orgie de sons en tous genres que propose Good City For Dreamers.

L'album débute par trois titres d'ouverture, tous excellents : "Take Back The Instant", et son clavier à la Stevie Wonder emballe dès la première écoute. On est plongé d'entrée dans un incroyable tourbillon funk où claviers crasseux, basse montée sur ressorts, voix cadencée et batterie chaloupée se rendent coup pour coup. "Raid The Radio" tient sur une ligne mélodique obsédante : ce sifflement aérien qu'on ne peut s'empêcher de reproduire à l'envi, quel que soit l'endroit ou le moment. C'est un titre incroyablement addictif qui ne vous quitte plus sitôt que vous l'avez écouté et une véritable invitation au sifflotement. Sur "You Don't Listen", le tempo ralentit et se fait lancinant. La basse ronde, les claviers en retrait et sobres, la voix décontractée peignent un paysage douillet que la guitare vient régulièrement secouer de ses solos saturés. Mais le groove, bien que minimaliste, est plus que jamais là, et l'on prend toujours autant de plaisir.

"Helicopter", qui vient immédiatement après, nous convainc moins. Interprétée avec un son agressif et un tempo échevelé, elle durcit le ton et s'ancre clairement dans un esprit rock. Elle dégage énormément d'énergie mais ne tient pas la comparaison avec les titres précédents. Au contraire de "Cotons Of Inertia", dont l'introduction semble tout droit sortie de la B.O. de Virgin Suicides (composée par Air). Portée par une superbe mélodie au piano, accompagnée d'un violoncelle et survolée par la voix sensuelle d'Hervé Salters, elle fait une nouvelle fois la preuve du talent du monsieur pour concocter des perles avec trois fois rien. Posant une atmosphère étrange et lancinante, cette chanson dégage une puissance érotique certaine.

Vient ensuite "Little Lady", LE tube de l'album, découvert une fois de plus sur Radio Nova – qu'on ne remerciera jamais assez de nous sauver du marasme radiophonique ambiant. C'est tout simplement superbe : servi par des arrangements judicieux, sans superflu, c'est un petit chef d'oeuvre qui, comme "Raid The Radio", vous hante longtemps après son écoute. Il a l'évidence des plus grands tubes et une mélodie accrocheuse comme pas deux. Sautillante, mélodieuse, rythmée, sexy, c'est une chanson qui rend heureux et qui dégage un agréable parfum d'été, de soleil, et d'innocence.

La deuxième partie de l'album est un ton en-dessous, mais contient tout de même quelques passages magnifiques. "Engine Kickin'in", chanson sympathique, à l'ambiance lascive, commence comme la B.O. d'un James Bond et se poursuit comme du Jamiroquai. On change complètement d'univers avec "David Lynch Moments", qui va chercher du côté des dancefloor, où elle ferait sans aucun doute un ravage. On n'est jamais très loin de Hot Chip ou des Scissor Sisters ici, preuve qu'il est encore possible de réaliser une chanson dansante sans qu'elle soit immédiatement racoleuse. Si le couplet de "Gathering All The Lost Loves" demeure assez quelconque, c'est une une chanson portée par une très belle partie de clavier et un très beau refrain. Sur "Mirabelle Pockets", le ton se veut résolument joyeux. On est ici dans le pastiche avec ce mélange entre piano de cabaret et guitares saturées. C'est à vrai dire un titre un peu débile et assez court, où Hervé Salters chante par onomatopées, le tout pour un résultat qui balance bien et fait mieux que tenir la route.

Le final de Good City For Dreamers met un peu plus encore le pied dans l'étrange, à commencer par "La Nuit Des Ephémères", instrumental de quatre minutes où Hervé Salters semble s'amuser comme un fou, à la recherche de sonorités toujours plus étonnantes. Au final, on est à mi-chemin entre un K2000 sous morphine et les bande-sons des films d'Hitchcock. C'est intéressant mais un peu trop redondant pour être réellement passionnant. Heureusement, un clavier bizarroïde vient casser cette dynamique un poil répétitive et redonner de l'élan sur la fin. Avec "Bloodshot Eyes", General Elektriks laisse entrer des sonorités jazz dans sa musique. Touches de clavier étranges, paroles sussurées, curieuse mélodie : bien qu'étonnante, la recette fonctionne, et le résultat est très convainquant. "Rebel Sun" clôt l'album par un titre aux accents latino, et va chercher ses influences du côté de la musique cubaine, le tout servi avec la touche General Elektriks. La chanson prend de l'ampleur dans la deuxième partie : la rythmique s'emballe, les arrangements deviennent plus fournis, et la voix se fait plus inisive. C'est une parfaite chanson de fin d'album, paisible et agréable.

Voilà... "Terminus, tout le monde descend" : le voyage au pays des rêves est terminé. Mais on n'a qu'une envie, c'est d'y replonger. C'est que cette musique sans frontières et à géométrie variable a quelque chose de jouissive. Habitée par un funk élastique, traversant différents âges et paysages musicaux, elle nous fait pénétrer dans un monde foisonnant tantôt cotonneux, tantôt épineux, parfois presque érotique (on retrouve un peu partout des mélodies lentes et suaves), et toujours passionnant. On en redemande, et on se mord les doigts d'avoir raté le passage de General Elektriks à la Maroquinerie en Avril tant ses performances live ont la réputation d'être incandescentes. Mais ce n'est que partie remise.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Parker Street de General Elektriks
General Elektriks en concert au Bataclan (vendredi 12 mars 2010)
General Elektriks en concert au Festival Rock en Seine 2011 (vendredi 26 août 2011)
General Elektriks en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - dimanche
General Elektriks en concert au Fil (jeudi 8 novembre 2012)

En savoir plus :
Le Myspace de General Elektriks
Le site officiel de General Elektriks


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=