Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Naive New Beaters
Interview  (Paris)  5 mai 2009

C'est dans les locaux de leur maison de disques, que les membres de Naive New Beaters nous ont reçus. Tout en s'occupant de la promo de leur premier album, Wallace, pendant que notre photographe se met en place, nous succomberons à l'humour ravageur de David Boring. Interview d'un jeune groupe en devenir, et en pull chauve souris, en même temps.

Pourriez-vous vous présenter ?

David Boring : Je suis David Boring, je suis chanteur américain.
Eurobelix : Moi c'est Eurobelix homme machine, avec du cœur.
Martin Luther BB King : Et moi Martin Luther BB King, guitar hero pasteurisé (rires)
David : Vous l'avez fait très scolaire là.

On va commencer par la genèse du groupe, question qui à du vous être posée plusieurs fois.

David : Ah ben non, peu de gens s'intéressent à ça justement. On s'en rappelait de notre rencontre y’a pas longtemps. On se connait du lycée, mais on n’était pas des proches. On s'est retrouvé à l'UCPA, pendant un stage de canoë.
Martin : Moi je faisais un stage de planche à voile.
David : Oui il était plus avec les filles lui, nous on était sur notre canoë avec Eurobelix et on ramait.
Eurobelix : Moi je ramais, toi tu foutais rien, il était devant tranquille.
David : Oui, mais je te guidais quand même, et c'est de là que tout est parti.

Directement sur le canoë ? 

David : Ah ben non quand même, à la plage avec Martin, il avait une guitare avec seulement quatre cordes, parce qu'il avait cassé les autres. Mais il arrivait à faire des choses, qui lui ressemblaient pas du tout, mais c'était bien quand même (rires) 

Ca remonte à combien de temps ?

David : cinq ou six ans, le groupe à commencé juste après. 

D'ou viennent ces noms de scène ?

David : C'est mes parents qui me l'ont donné (rires) je l'ai pas trop choisis, mais je l'ai toujours trouvé ça classe. Et les leur, ça leur colle à la peau.

Le rapport avec le David Boring de Daniel Clowes, l'auteur de BD ?

David : Il nous à piqué le nom, on est en gros procès avec les multinationales américaines, nous tout seul.

Surtout toi !

David : (rires) Je me bats tout seul contre quatre immeubles.
Martin : Et la CIA !
David : C'est secret, on aimerait taire l'histoire. Je ne savais pas pour le personnage de BD, qui est un inspecteur, d'après ce qu'on m'a dit. Mais je vais le lire, pour la prochaine fois qu'on me pose la question. 

J'ai lu quelque part sur internet, que la BD devait être adaptée au cinéma et que tu étais pressenti pour le rôle, ça n'a pas l'air d'être le cas alors ?

David : Au début, c'est ce qu'on nous à promis pour ne pas faire le procès, et ça ne c'est pas fait.
Eurobelix : Du coup, là on attaque (rires)
David : On attaque avec toute la batterie des avocats Tutti Quanti, un avocat italien, je peux te dire que la loi, il connaît (rires)

Depuis la sortie des EP il y a quelques mois, comment le groupe évolue, quels changements se sont produits ?

Martin : On a signé chez Cinq7 début 2008, ça c'est l'évolution majeure. On continue sur la sortie de l'album et une grosse tournée cet été.
David : Ca évolue bien en fait, des EP et les quelques concerts qu'on faisait de temps en temps, on va faire plein de festivals cet été, on est contents de grandir ensemble.

Vous avez une si grosse tournée que ça, cet été ?

Martin : D'ici la fin de l'été, il y à environ quarante dates, on fait les Eurockéennes, les Vieilles Charrues ...
David : On fait Benicassim, Sziget, Solidays, aussi.
Eurobelix : Des festivals ou on n’est jamais allés, du coup on est très contents.
Martin : Là, on peut dire que le tourneur à vraiment bien bossé. 

Y'a un endroit ou vous regrettez d'avoir accepté ?

En cœur : NON !
Martin : Quelque soit l'endroit ou on a joués, c'était toujours de bonnes expériences. Même quand il n'y avait pas beaucoup de monde dans la salle ou que ça ne se passait pas très bien.
David : Sauf une fois, on devait jouer dans un club lounge, et y'avait pas de matériel, il n'y avait que des petites enceintes de bar, la galère des musiciens quoi.

Vous préparez une release party pour votre album Wallace, vous y prévoyez des surprises, dites nous en un peu plus.

Martin : Ca va être un gros concert pour fêter l'album, qui sera sorti une semaine avant.
David : Il y aura peut être la surprise du retour de John Coltrave, qui était le quatrième membre des Naïve New Beaters, il l’est toujours, mais ça fait longtemps qu'il s’est exilé à New York.
Martin : Avec qui ça fait longtemps qu'on à pas fait de musique aussi, et qui est censé nous préparer un petit truc. 
David : Ah ben il prépare, il prépare et on l’attend pour son solo de quatre minutes (rires)
Eurobelix : Tu as dit qu'il faisait du saxo ? 

Avec un nom comme ça, ça parait évident.

David : Oui normalement, si tout se passe bien, il doit un peu toucher au sax. Sinon, pour la première partie on ne sait toujours pas. 
Martin : On à des idées, mais c'est secret.
David : On pense à Joe Private, pour une apparition sur Live Good. 
Martin : Mais ça, c'est déjà fait. Peut-être l'accordéoniste qui était venu jouer avec nous à la Boule Noire et la Maroquinerie, ça c'était plutôt bien passé. 
David : Il pris la grosse tête maintenant, il joue qu'avec les grands. 

On vous taxe de plein de styles différents, vous en pensez quoi ? Vous diriez quoi pour décrire votre musique ?

Martin : Ah, pour ça David Boring à le sens de la formule.
David : Ben nous on fait de la pop rapée, avec des sentiments chaloupés. C'est plus ce mélange qu'on fait. Mais c'est pas grave si les gens ils disent électro-pop ou autre chose tu vois. 
Eurobelix : Des fois les gens mettent ce qu'ils veulent dedans.
Martin : Les gens n'ont ni tort, ni raison, ça permet de jouer dans des endroits et devant des gens différents. C'est un peu prétentieux de dire ça, mais c’est aussi parce qu'on est quelque part, inclassables, entre guillemets.
David : En fait, nous on taxe de rock, pop, hip-hop etc… mais ça dépend avec quel style de musique avec lequel la  personne est le plus familier. Du coup, la personne va plutôt aller vers l'opposé du style qu'il aime, je sais pas si je suis très clair là. Par exemple un rappeur va plus dire qu'on fait du rock par exemple. 
Martin : On nous qualifie de styles très différents. 
David : C'est cool pour nous, ça nous à permis de jouer en première partie de Cassius, de Marcel et son Orchestre, on à fait des soirées rock, d’autres électro, on a tourné avec The Kills, donc tu vois, des choses qui n'ont rien à voir entre elles. Ca c'est marrant.
Eurobelix : On m'a dit que suivant les FNAC, on ne serait pas rangés dans les mêmes bacs. Je trouve ça assez cool.

J'ai lu quelque part que le groupe marchait plutôt bien à l'étranger, est-ce vrai ? 

David : On à pas mal joué en Angleterre, en Allemagne.
Eurobelix : Belgique, Suisse.
Martin : Attention, ce sont deux pays différents hein.
David : Belgique et Suisse, qui sont un peu l'étranger aussi.
Eurobelix : Ce sont des petits concerts, pour l'instant l'album n'est pas encore sorti, ça reste de la découverte pour le public.
David : Ou des gens qui nous découvrent sur Myspace, l'an dernier on à fait deux dates au Mexique grâce à des gens qui nous on proposés de venir jouer là bas. Du coup, on à dit oui. 
Eurobelix : On nous demande souvent des disques à la sortie des concerts, on n'avait que les démos à leur proposer, maintenant les gens pourront repartir avec un album. 
David : Pour un groupe français on à quand même la chance d'aller jouer un peu à l'étranger. Le clip de Live Good à pas mal tourné sur internet et ça, ça aide.

Justement, ce clip de Live Good doit être une sacré bonne carte de visite ?

Eurobelix : Ben là, autant l'univers du clip, que la musique, ça nous correspond complètement. Et un an après on est toujours aussi contents de le montrer.

Comment il à été tourné, tout en incrustation ?

David : Oui ce sont des fonds verts, il a couté 620€ (rires)

Mais vous n’êtes pas allés sur les lieux de tournage qu’on voit dans le clip alors ?

David : Si, on à tourné à Venice Beach, c'est la classe.

Ben alors c'est pas 620€ !!??

David : On a des astuces, on s'est débrouillés avec des arnaques aux multinationales et tout ça (rires)
Martin : On a voyagé en soute.

Qui l'a fait ?

Martin : Megaforce.
David : Ceux qui avaient fait le premier clip de Bang Bang.

Celui-ci à du être beaucoup moins agréable à tourner.

David : Oui, ça faisait mal. Le pire ce sont les revers de la main, ça fait super mal. (NDLR : dans ce clip David passe sont temps à recevoir des baffes.)

Quel est le meilleur moment du groupe, qui vous marque encore ?

David : J'ai bien aimé la fois ou on est allés jouer à Cannes, c'était un peu ambiance Hollywood.
Martin : Il dit ça pour placer le fait qu'il connait Jean Roques.
David : Oui, c'est vrai je lui ai fait la bise, et j'ai eu un texto pour la bonne année "Bonne année, love JR xxxo" (rires) On à serré la main de Franck Dubosc, de Ariel Wizman, on à  vu Mickey Rourke.
Martin : La présentatrice de la météo.
David : On à fait la bise à Louise Bourgoin, on lui a offert des pin's, même qu'elle a pas voulu les mettre sur sa robe, tout parce que c’était un prêt, j'étais un peu vexé.
Eurobelix : Le Mexique c'était bien. On à eu un article dans l'Express, ça m'a fait un truc, c'est tellement éloigné de nous, c'est un peu le magazine des parents en fait. 

Et maintenant, un coup dur. 

Martin : Cramer le matériel avant de monter sur scène !!
Eurobelix : J'ai eu d'énormes problèmes avec le matériel. Avant, j'avais une vieille machine, du coup quand je l’allumais pour un concert, je savais jamais si ça allait marcher ou pas.  C’était vraiment du vieux matériel.
David : Et une fois sur deux, y'avais un technicien de la salle qui penchait le disque dur, pour que ça charge.
Eurobelix : Une fois chargé, il fallait plus toucher au sampler si on voulait que ça marche. 
David : On avait fait un concert à Saint-Tropez, on a un morceau, Bang Bang, qui doit durer trois minutes normalement, il en a duré dix-sept. 
Eurobelix : Du coup tu essaye de rattraper le truc, de faire avancer la machine, mais rien à faire ça tournait en boucle, on avait plus qu'a tout arrêter. Mais bon, j'ai investi dans du matériel maintenant, il ne reste plus que les quelques erreurs humaines. 
David : Oui, on fait encore des remix glauques, c'est bizarre, mais c'est pas mal. 

Quelle est la question qu'on vous pose trop et à laquelle vous en avez marre de répondre ? 

David : Est-ce que ça marche plus avec les filles maintenant.

On vous la pose vraiment ? 

David : (rires) Ouais. 
Eurobelix : La réponse est nulle en plus, parce que forcément c'est non, du coup pour la légende, c'est moyen. 

Est-ce que vous pensez relancer la mode de pulls des années 80 ?

David : C'est plutôt 78 - 79 si je peux être plus précis. 
Martin : La découpe est un peu eighties.
Eurobelix : Si c'est un pull de bonne qualité, tu peux le porter longtemps, au-delà des modes.
David : Ouais, mais les pulls chauve-souris, ça craint pour ta vie en fait.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Divers EP de Naive New Beaters
La chronique de l'album Wallace de Naive New Beaters
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du samedi - Chew Lips - K'Nann - Viva and the Diva - Plan B - Quadricolor
Naive New Beaters en concert à Denfert Rochereau (dimanche 21 juin 2009)
Naive New Beaters en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Naive New Beaters en concert à Paléo Festival #34 (2009) - 2ème
Naive New Beaters en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Naive New Beaters en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009) - 2ème
Naive New Beaters en concert au Festival FNAC Indétendances 2009 (samedi 15 août 2009)
Naive New Beaters en concert au Fil (30 avril 2010)
Naive New Beaters en concert au Festival Rock en Seine 2010 (samedi 28 août 2010)
Naive New Beaters en concert au Festival Beauregard #8 (édition 2016) - samedi 2 juillet

En savoir plus :
Le Myspace de Naive New Beaters
Le site officiel de Naive New Beaters

crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Monsieur Var         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=