Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tom Brosseau - PJ Harvey & John Parish
Bataclan  (Paris)  17 mai 2009

"A une époque, lors de mes tournées, je ne jouais aucune chanson de Ten Years After. Je ne faisais que des nouveaux titres pour tenter d’échapper à ce que j’appelle le "syndrome du juke-box itinérant" (…). Puis un jour je suis allé voir Jerry Lee Lewis en concert et il n’a joué aucun de mes morceaux rock favoris. Je me suis promis que je ne traiterai plus jamais mon public de la sorte". Ces propos d’Alvin Lee (Rock & Folk n° 492, Août 2008, p.36), ancien leader du groupe culte des 70’s Ten Years After, on ne les comprend que trop alors que l’on ressort du Bataclan dans un état de frustration rarement atteint à la suite d’un concert.

La soirée avait pourtant bien commencé, avec une sympathique première partie : Tom Brosseau, chanteur folk américain, se présente seul devant nous avec sa guitare, visiblement impressionné et pas très à l’aise. Avec son look de premier de la classe, il paraît tout fragile, et même si, physiquement, il a quelque chose de Bowie jeune, la comparaison s’arrête là. En effet, le jeune américain, contrairement à son homologue anglais, semble être doté d’un charisme d’endive. Fort heureusement, il possède une très belle voix, et ses chansons sont plus qu’honorables (notamment le très beau "Here Comes The Water Now"). Nous ne courrons pas acheter son nouvel album (Posthumous Success), mais son honnête première partie était une bonne introduction au concert tant attendu de PJ Harvey.

21h : précédée de son groupe et de John Parish, PJ Harvey arrive, mettant fin à l’insoutenable attente. Vêtue d’une robe noire, pied nue, cheveux noirs, bougeant de façon totalement désordonnée, sourire vissé aux lèvres derrière son micro, elle fait irrémédiablement penser à une petite fille (et ce malgré ses bientôt 40 ans). Le concert débute par "Black Hearted Love", chef d’œuvre de rage contenue ouvrant le dernier album. D’emblée, on est consterné par le manque d’envergure de l’interprétation livrée par le groupe ce soir : les guitares rugissantes et le chant puissant ont fait place à des guitares sous anesthésie, bien trop sages, et à un chant à peine audible. On ne le savait pas encore, mais ce sentiment de déception allait se poursuivre tout au long de la soirée, et on ne se remettra jamais vraiment de cette impression de gâchis initial.

La faute à qui ? La faute à quoi ? Comme on le craignait avant le concert, la coupable est toute désignée : la set-list. C’est bien simple, les titres joués ce soir sont exclusivement tirés du dernier (et très inégal) A Woman / A Man Walked By et du dispensable Dance Hall At Louse Point, précédent album écrit conjointement  par John Parish et PJ Harvey en 1996. On a longtemps gardé l’espoir d’entendre ce soir des extraits de "Uh Huh Her" ou de "Stories From The City, Stories From The Sea", mais le suspense a rapidement tourné court, puisque juste avant d’attaquer la splendide "Leaving California", la fluette anglaise prend le temps de préciser que "ce soir, le groupe ne jouera que des titres composés par John Parish et (elle)". Consternation totale… Il est vrai que l’affiche annonce "PJ Harvey & John Parish", et on se doutait bien que ce A Woman / A Man Walked By occuperait une place de choix ce soir, mais de là à jouer l’album dans sa totalité et à faire abstraction du reste de son impressionnante carrière et de 7 de ses 9 albums, il y a plus qu’un pas… Certes, on ne s’attendait pas à ce que PJ nous délivre un best of ce soir, mais on n’a clairement pas obtenu ce qu’on était venu chercher…

Nous éprouvons le plus profond respect pour cette artiste, et notamment pour son désir toujours plus ardent de toujours se renouveler. C’est la marque des grands, et peu d’artistes aujourd’hui en sont capables avec autant d’audace et de réussite qu’elle. Mais on avait déjà été à moitié convaincu par son dernier album qui, s’il contenait pas moins de cinq pépites ("Black Hearted Love" en tête, suivie de "Sixteen, Fifteen, Fourteen", "Leaving California", "The Soldiers", et "Passionless, Pointless"), comptait également trois chansons proprement insupportables ("April", "A Woman A Man Walked By", et surtout l’épouvantable "Pig Will Not"). Et force est de constater qu’il n’y a pas grand-chose à sauver de Dance Hall At Louse Point, dont quatre extraits seront joués ce soir.

1h20 de concert, 15 titres, tout ça paraît un peu court. Le public semble curieusement conquis, et on a la sensation bizarre qu’il était acquis d’avance. Il en réclame davantage, crie, siffle, tape dans ses mains tout ce qu’il peut. C’est vraiment une étrange expérience que de se retrouver en décalage complet avec la majorité de la salle. Lorsque l’anglaise revient pour un rappel, des spectateurs lui réclament certains titres, mais PJ Harvey explique qu’ils ne les connaissent pas, qu’ils ne les ont pas répétés. Elle s’en sort avec une pirouette, avouant qu’ils n’ont "pas assez d’espace de mémoire" et ajoutant "quand tu auras mon âge tu comprendras…". Le public en rigole, on ne peut s’empêcher de rire jaune.

Au final, il y aura eu quelques moments de grâce pure : "The Soldiers", magnifique titre accompagné d’un ukulélé et de quelques notes de piano ; "Leaving California", sûrement la plus belle chanson du dernier album où la splendide voix de PJ Harvey est magnifiquement mise en valeur par le jeu de guitare sobre de John Parish ; "Sixteen, Fifteen, Fourteen" et son banjo rock & roll,  et la très belle "Passionless, Pointless". Pour le reste, rien que des expérimentations bruitistes touche-pipi. On ne sera d’ailleurs pas loin du ridicule sur "A Woman A Man Walked By" et "Pig Will Not". Le concert se terminera par "April", où la chanteuse gémit tellement qu’on a envie d’abréger ses souffrances, et les nôtres par la même occasion.

Une question reviendra sans cesse durant le concert : "Mais quand va-t-elle empoigner sa guitare, bon sang ?". On espèrera en vain jusqu’à la dernière note sans succès. Ce n’est pas la PJ Harvey qu’on espérait voir qui a joué ce soir, et rarement on sera sorti à ce point énervé d’un concert. La prochaine fois que nous serons amenés à voir l’anglaise sur scène, nous veillerons à ce qu’il ne soit pas mentionné "& John Parish" sur l’affiche. Ça nous évitera d’éprouver la désagréable sensation d’avoir été en quelque sorte pris en otage, embarqué dans une aventure qu’on imaginait autrement plus excitante. C’est fort regrettable, mais faisons lui confiance pour redresser la barre lors de sa prochaine tournée.

 
Set-list PJ Harvey : 01 Black Heated Love, 02 Sixteen, Fifteen, Fourteen, 03 Rope Bridge Crossing, 04 Urn With Dead Flowers In A Drained Pool, 05 The Soldiers, 06 Taut, 07 Un Cercle Autour Du Soleil, 08 The Chair , 09 Leaving California, 10 A Woman A Man Walked By / The Crow Knows Where All The Little Children Go, 11 Passionless, Pointless, 12 Cracks In The Canvas, 13 Pig Will Not / rappel / 14 False Fire, 15 April

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Empty houses are lonely de Tom Brosseau
La chronique de l'album A woman a man walks by de PJ Harvey
PJ Harvey en concert au Festival Summercase 2007 (vendredi)
PJ Harvey en concert au Festival Beauregard #8 (édition 2016) - dimanche 3 juillet
PJ Harvey en concert au Festival La Route du Rock #27 (édition 2017)
La chronique de l'album Screenplay de John Parish
John Parish en concert à La Maroquinerie (11 décembre 2005)

En savoir plus :
Le Myspace de Tom Brosseau
Le site officiel de Tom Brosseau
Le Myspace de PJ Harvey
Le site officiel de PJ Harvey
Le Myspace de John Parish
Le site officiel de John Parish


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=