Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Abécédaire de la bêtise ambiante (Jusqu'où va-t-on descendre ?)
Alain Soral  (Éditions Pocket)  2004

Alain Soral remporta, semble-t-il, un succès en librairie avec Jusqu’où va-t-on descendre ? (nous présentons ici la deuxième édition parue en poche), puisqu’il décida de lui donner une suite par ce livre intitulé Socrate à St-Tropez. Et on se demande bien pourquoi tant Jusqu’où va-t-on descendre ? et Socrate à St-Tropez sont peu dignes de l’auteur de La vie d’un vaurien, Misères du désir ou encore Chute ! Éloge de la disgrâce.

Écrire, en effet, cet "abécédaire de la bêtise ambiante" en deux parties et avec des entrées de quelques lignes ou de quelques pages eût été une bonne idée si l’entreprise ne trahissait pas, en fait, une certaine paresse intellectuelle en raison de l’impossibilité pour le lecteur, une fois refermé Jusqu’où va-t-on descendre ? ou Socrate à St-Tropez, d’en retenir la moindre idée intéressante.

Dans Jusqu’où va-t-on descendre ?, Alain Soral amuse parfois (lire les définitions "Alonso, Isabelle", "Animateur télé", "Star (1)" et "Star (2)"), mais il déçoit davantage par ses partis pris sur les femmes ("Pantalon"), les homosexuels, etc. J’ai même l’impression d’entendre Alain Finkielkraut sur un plateau de télévision, lorsque Soral s’exprime, par exemple, sur les "z’y va" et autres jeunes issus de l’immigration.

Certes, le ton du polémiste peut expliquer certaines approximations. Comme disciple de Lucien Goldmann, Soral ne s’en rend pas moins "traître" à sa fonction de clerc. Comment peut-on rejeter les origines juives du christianisme, comme le laisse entendre Alain Soral dans Jusqu’où va-t-on descendre ?, mais aussi dans Socrate à St-Tropez ? Il s’oppose, en fin de compte, à ses propres idéaux concernant son engagement en faveur du marxisme, marxisme qu’il doit plus à Goldmann et à Henri Lefebvre qu’à Marx. En effet, il est difficile pour Soral de faire le lien entre Christianisme et Démocratie (cette simplification abusive de l’histoire en devenir fait penser au livre de Louis Rougier, Du paradis à l’utopie, qui voyait dans la religion Chrétienne l’annonciatrice du Communisme), tout en niant toute relation entre Ancien et Nouveau Testament : les affirmations de Soral feraient rire n’importe quel historien spécialisé dans l’histoire des religions !

Au-delà de ce point, j’ai l’impression que Soral me prend pour un imbécile, ainsi que son cher petit peuple de France qui lui sert avant tout de reflet. Critiquer le judaïsme, au nom d’un postulat d’universalisme qui se limite, en vérité, à une adhésion à un nationalisme sans faille de type barrésien, ne peut nous abstraire de rechercher la vérité, moins pas une fausse originalité au niveau des idées que par une quête "métaphysique" de l’étant. Bref, Jusqu’où va-t-on descendre ?, à l’instar de Sociologie du dragueur, n’oblige pas l’être humain à s’élever dans une compréhension supérieure de la réalité. C’est un essai comme les intellectuels médiatiques Luc Ferry, Bernard-Henri Lévy, Alain Finkielkraut, André Glucksmann, Jacques Attali… en publient chaque semaine (l’humour en moins, peut-être).

Enfin, j’ajoute que si Soral, dans Socrate à St-Tropez, ne voit pas de distinction entre l’écrivain et son engagement dans la vie, il admettra sans doute que son parcours politique qui va du Parti Communiste Français, en passant par Jean-Pierre Chevènement, et jusqu’au Front National de Jean-Marie Le Pen, déteint, hélas, sur son œuvre, et qu’il devrait justement se ressaisir plutôt que de s’acoquiner maintenant avec le comique pas drôle Dieudonné, personnage qu’il avait naguère dénoncé dans Jusqu’où va-t-on descendre ?.

 

Thomas Dreneau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 décembre 2018 : l'empire d'essence

Pénurie d'essence peut être, mais pas de pénurie des sens avec notre sélection hebdomadaire à lire, à voir et à écouter. C'est parti sans plus attendre pour une semaine de plaisirs.

Du côté de la musique :

"L'allégresse" de DaYtona
"C'est la vie" de Phosphorescent
"Oak leaf" de Raoul Vignal
"Karl Maria Von Weber : Symphonie N 1 & concertos" de l'Orchestre Victor Hugo, Jean François Verdier, Nicolas Baldeyrou, David Guerrier et Thomas Bloch
"City walk" de Adrien Chicot
"Tribute to an imaginary folk band" de Bedmakers
Rencontre avec Emma Solal, accompagnée d'une session acoustique aux couleurs de l'Italie
"Valdevaqueros" de Fred Nevché
"Chapitres V et VI" de La Pietà
"Parallel universe blues" de Papercuts
et toujours :
"Persuasive" de Persuasive
"About Bridges" de Régis Boulard et Nico Sacco
"No tourists" de The Prodigy
"Kings and bastards" de Roberto Negro
"Tout bleu" de Tout Bleu"
Plutôt me rendre" de Anne Darban
Nicolas Vidal en interview accompagnée de sa Froggy's session live, autour de son album "Bleu Piscine"
"Il était fou" de JUR
"Young girls punk rock" de Lilix & Didi
Mokado, Clozee et Grandepolis dans une sélection singles et EP
"S/T" de The Balkanys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antigone" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Love, Love, Love" au Théâtre de Belleville
"Un Picasso" au Studio Hébertot
"Bérénice Paysages" au Théâtre de Belleville
"J'admire l'aisance..." au Studio Hébertot
"Le Double" au Théâtre 14
"J'ai des doutes" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ecole des femmes" au Théâtre Dejazet
"Kiss & Cry" à la Scala
"Dans ma chambre" au Théâtre La Flèche
"F(r)iction" au CNAC de Châlons-en-Champagne
les reprises :
"Stuck Plastik, une pièce en plastique" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Aglaé" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ombre de la baleine" au Théâtre Lepic
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Barbara amoureuse" au Théâtre Essaion
la chronique des spectacles de novembre
et la chronique des autres spectacles de décembre

Expositions avec :

"La Galerie des Sculptures" au Petit Palais
"Youssef Chahine" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Pachamama" de Juan Antin
"Utoya 22 juillet" de Erik Poppe
"Rêver sous le capitalisme" de Sophie Bruneau
"Le sous bois des insensés" de Martine Deyres
Oldies but Goodies avec :
"Le Solitaire" de Michael Mann dans le cadre de la Rétrospective James Caanà la Cinémathèque française
et "La Cousine Bette" de Max de Rieux dans le cadre du Cycle Balzac à la Cinémathèque française
la chronique des sorties de novembre
et la chronique des autres sorties de décembre

Lecture avec :

"Le coup d'état Macron, le Prince contre la nation" de Guillaume Larrivé
"Allez tous vous faire foutre" de Aidan Truhen
"Dialectique de la pop" de Agnès Gayraud
"Inconnu à cette adresse", "84, Charing cross road" et "Les heures silencieuses" de Kressmann Taylor, Helene Hanff et Gaëlle Josse
"Pierre Laval, un mystère français" de Renaud Meltz
et toujours :
"Humains dans la rue : Histoires d'amitiés, avec ou sans abri" de Jean Marc Potdevin, Anne Lorient et Lauriane Clément
"Le meurtre du commandeur, livre 2 : La métaphore se déplace" de Haruki Murakami
"Les vérités cachées de la guerre d'Algérie" de Jean Sévillia
"No society" de Christophe Guilluy
"Séance infernale" de Jonathan Skariton
"Tous les Mayas sont bons" de Donald E. Westlake

Froggeek's Delight :

bientôt Noël... pensez aux cadeaux
"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=