Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Abécédaire de la bêtise ambiante (Jusqu'où va-t-on descendre ?)
Alain Soral  (Éditions Pocket)  2004

Alain Soral remporta, semble-t-il, un succès en librairie avec Jusqu’où va-t-on descendre ? (nous présentons ici la deuxième édition parue en poche), puisqu’il décida de lui donner une suite par ce livre intitulé Socrate à St-Tropez. Et on se demande bien pourquoi tant Jusqu’où va-t-on descendre ? et Socrate à St-Tropez sont peu dignes de l’auteur de La vie d’un vaurien, Misères du désir ou encore Chute ! Éloge de la disgrâce.

Écrire, en effet, cet "abécédaire de la bêtise ambiante" en deux parties et avec des entrées de quelques lignes ou de quelques pages eût été une bonne idée si l’entreprise ne trahissait pas, en fait, une certaine paresse intellectuelle en raison de l’impossibilité pour le lecteur, une fois refermé Jusqu’où va-t-on descendre ? ou Socrate à St-Tropez, d’en retenir la moindre idée intéressante.

Dans Jusqu’où va-t-on descendre ?, Alain Soral amuse parfois (lire les définitions "Alonso, Isabelle", "Animateur télé", "Star (1)" et "Star (2)"), mais il déçoit davantage par ses partis pris sur les femmes ("Pantalon"), les homosexuels, etc. J’ai même l’impression d’entendre Alain Finkielkraut sur un plateau de télévision, lorsque Soral s’exprime, par exemple, sur les "z’y va" et autres jeunes issus de l’immigration.

Certes, le ton du polémiste peut expliquer certaines approximations. Comme disciple de Lucien Goldmann, Soral ne s’en rend pas moins "traître" à sa fonction de clerc. Comment peut-on rejeter les origines juives du christianisme, comme le laisse entendre Alain Soral dans Jusqu’où va-t-on descendre ?, mais aussi dans Socrate à St-Tropez ? Il s’oppose, en fin de compte, à ses propres idéaux concernant son engagement en faveur du marxisme, marxisme qu’il doit plus à Goldmann et à Henri Lefebvre qu’à Marx. En effet, il est difficile pour Soral de faire le lien entre Christianisme et Démocratie (cette simplification abusive de l’histoire en devenir fait penser au livre de Louis Rougier, Du paradis à l’utopie, qui voyait dans la religion Chrétienne l’annonciatrice du Communisme), tout en niant toute relation entre Ancien et Nouveau Testament : les affirmations de Soral feraient rire n’importe quel historien spécialisé dans l’histoire des religions !

Au-delà de ce point, j’ai l’impression que Soral me prend pour un imbécile, ainsi que son cher petit peuple de France qui lui sert avant tout de reflet. Critiquer le judaïsme, au nom d’un postulat d’universalisme qui se limite, en vérité, à une adhésion à un nationalisme sans faille de type barrésien, ne peut nous abstraire de rechercher la vérité, moins pas une fausse originalité au niveau des idées que par une quête "métaphysique" de l’étant. Bref, Jusqu’où va-t-on descendre ?, à l’instar de Sociologie du dragueur, n’oblige pas l’être humain à s’élever dans une compréhension supérieure de la réalité. C’est un essai comme les intellectuels médiatiques Luc Ferry, Bernard-Henri Lévy, Alain Finkielkraut, André Glucksmann, Jacques Attali… en publient chaque semaine (l’humour en moins, peut-être).

Enfin, j’ajoute que si Soral, dans Socrate à St-Tropez, ne voit pas de distinction entre l’écrivain et son engagement dans la vie, il admettra sans doute que son parcours politique qui va du Parti Communiste Français, en passant par Jean-Pierre Chevènement, et jusqu’au Front National de Jean-Marie Le Pen, déteint, hélas, sur son œuvre, et qu’il devrait justement se ressaisir plutôt que de s’acoquiner maintenant avec le comique pas drôle Dieudonné, personnage qu’il avait naguère dénoncé dans Jusqu’où va-t-on descendre ?.

 

Thomas Dreneau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 17 février 2019 : Presque le printemps

De Kafka à Kukafka, Miossec à Berlioz, il y a de quoi lire, voir, écouter cette semaine dans la petite sélection culturelle de nos chroniqueurs. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Gallipoli" de Beirut
"Ulysse et Mona" de Minizza
Rencontre avec Miossec autour de son album "Les Rescapés"
Une discographie d'Hector Berlioz par Jérôme Gillet
"Been meaning to tell you" de Ina Forsman
"4eme jour, Kan Ya Ma Kan" de Interzone
"A thousand days" de June Bug
EP de Bertille
"Morning room EP" de Catfish
"Souviens toi" de Laurent Montagne
"Blood siren" de Sarah McCoy
"Complètement flippé" de 16 Kat
et toujours :
"Persona" de Betrand Belin
"Les rivages barbelés" de Intratextures
"The mirror" de Nicolas Gardel et Rémi Panossian
"La révolte des couverts" de Wildmimi
"The sublime" de Yeruselem
"Aksham" de Aksham
"Last train" de Big Dez
"Tightrope EP" de Bigger
Caroline Loeb au Grand Point Virgule pour jouer "Comme Sagan" en live
Présentation du 11ème festival de Beauregard et de sa programmation
"Kalune EP" de Kalune

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Kafka sur le rivage" au Théâtre de la Colline
"Matin et Soir" au Théâtre de l'Aquarium
"J'ai pris mon père sur mes épaules" au Théâtre du Rond-Point
"Pourquoi dis, m'as-tu volé mes yeux" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Les membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Le bois dont je suis fait" au Théâtre de Belleville
"Peur(s)au Théâtre L'Etoile du Nord
"A vue" au Théâtre de la Tempête
"Merci" à La Folie Théâtre
"Barber Shop Quartet - Chapitre IV" au Théâtre Essaion
"Maria Dolorès y Habibi Starlight" au Café de la Danse
les reprises:
"Grande" au Centquatre
"Politiquement correct" au Théâtre de l'Oeuvre
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Roux ! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel" au Musée Jean-Jacques Henner
et dernière ligne droite pour "Rodin - Dessiner Découper" au Musée Rodin

Cinéma avec :

le film de la semaine : "Le jeune Picasso" de Phil Bradsky

Lecture avec :

"Dans la neige" de Danya Kukafka
Interview de Nylso dans le cadre du festival de la Bande Dessinée d'Angoulême
"L'île longue" de Victoire de Changy
"La main noire" de Robert Vincent illustré des musiques de Anthony Reynolds
"Le manufacturier / responsabilité absolue" de Mattias Köpling / Jocko Willink & Leif Babin
"Sans compter la neige" de Brice Homs
"So sad today" de Melissa Broder
et toujours :
"Angola janga" de Marcelo D'Salete
Interview de Stella Lory dans le cadre du festival de la BD d'Angoulême
"Gangs of L.A." de Joe Ide
"Hunger : une histoire de mon corps" de Roxane Gay
"L'Amérique derrière moi" de Erwan Desplanques
"L'ombre d'un père" de Christoph Hein
"Le président des ultra riches" de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot
"Que faire des cons ?" de Maxime Rovere
"Une éducation" de Tara Westover

Froggeek's Delight :

"I Will Survive" petit tour d'horizon des jeux dits "Survival"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=