Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Abécédaire de la bêtise ambiante (Jusqu'où va-t-on descendre ?)
Alain Soral  (Éditions Pocket)  2004

Alain Soral remporta, semble-t-il, un succès en librairie avec Jusqu’où va-t-on descendre ? (nous présentons ici la deuxième édition parue en poche), puisqu’il décida de lui donner une suite par ce livre intitulé Socrate à St-Tropez. Et on se demande bien pourquoi tant Jusqu’où va-t-on descendre ? et Socrate à St-Tropez sont peu dignes de l’auteur de La vie d’un vaurien, Misères du désir ou encore Chute ! Éloge de la disgrâce.

Écrire, en effet, cet "abécédaire de la bêtise ambiante" en deux parties et avec des entrées de quelques lignes ou de quelques pages eût été une bonne idée si l’entreprise ne trahissait pas, en fait, une certaine paresse intellectuelle en raison de l’impossibilité pour le lecteur, une fois refermé Jusqu’où va-t-on descendre ? ou Socrate à St-Tropez, d’en retenir la moindre idée intéressante.

Dans Jusqu’où va-t-on descendre ?, Alain Soral amuse parfois (lire les définitions "Alonso, Isabelle", "Animateur télé", "Star (1)" et "Star (2)"), mais il déçoit davantage par ses partis pris sur les femmes ("Pantalon"), les homosexuels, etc. J’ai même l’impression d’entendre Alain Finkielkraut sur un plateau de télévision, lorsque Soral s’exprime, par exemple, sur les "z’y va" et autres jeunes issus de l’immigration.

Certes, le ton du polémiste peut expliquer certaines approximations. Comme disciple de Lucien Goldmann, Soral ne s’en rend pas moins "traître" à sa fonction de clerc. Comment peut-on rejeter les origines juives du christianisme, comme le laisse entendre Alain Soral dans Jusqu’où va-t-on descendre ?, mais aussi dans Socrate à St-Tropez ? Il s’oppose, en fin de compte, à ses propres idéaux concernant son engagement en faveur du marxisme, marxisme qu’il doit plus à Goldmann et à Henri Lefebvre qu’à Marx. En effet, il est difficile pour Soral de faire le lien entre Christianisme et Démocratie (cette simplification abusive de l’histoire en devenir fait penser au livre de Louis Rougier, Du paradis à l’utopie, qui voyait dans la religion Chrétienne l’annonciatrice du Communisme), tout en niant toute relation entre Ancien et Nouveau Testament : les affirmations de Soral feraient rire n’importe quel historien spécialisé dans l’histoire des religions !

Au-delà de ce point, j’ai l’impression que Soral me prend pour un imbécile, ainsi que son cher petit peuple de France qui lui sert avant tout de reflet. Critiquer le judaïsme, au nom d’un postulat d’universalisme qui se limite, en vérité, à une adhésion à un nationalisme sans faille de type barrésien, ne peut nous abstraire de rechercher la vérité, moins pas une fausse originalité au niveau des idées que par une quête "métaphysique" de l’étant. Bref, Jusqu’où va-t-on descendre ?, à l’instar de Sociologie du dragueur, n’oblige pas l’être humain à s’élever dans une compréhension supérieure de la réalité. C’est un essai comme les intellectuels médiatiques Luc Ferry, Bernard-Henri Lévy, Alain Finkielkraut, André Glucksmann, Jacques Attali… en publient chaque semaine (l’humour en moins, peut-être).

Enfin, j’ajoute que si Soral, dans Socrate à St-Tropez, ne voit pas de distinction entre l’écrivain et son engagement dans la vie, il admettra sans doute que son parcours politique qui va du Parti Communiste Français, en passant par Jean-Pierre Chevènement, et jusqu’au Front National de Jean-Marie Le Pen, déteint, hélas, sur son œuvre, et qu’il devrait justement se ressaisir plutôt que de s’acoquiner maintenant avec le comique pas drôle Dieudonné, personnage qu’il avait naguère dénoncé dans Jusqu’où va-t-on descendre ?.

 

Thomas Dreneau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=