Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Delano orchestra
Interview  (Paris)  12 mai 2009

Tu as d’abord commencé en tant qu’artiste solo sous le nom de Derek Delano. Comment as-tu démarré et comment s’est effectuée la transition vers le Delano Orchestra ?

Je faisais des morceaux seul mais j’avais toujours eu envie de les jouer en groupe. Plusieurs choses m’ont décidé : j’ai eu la possibilité de faire un concert dans une salle plus importante à l’été 2005, j’ai vu Bright Eyes en concert où il y avait 10 personnes sur scène. Le changement s’est donc fait assez naturellement.

Pourquoi le nom Delano Orchestra ?

Je ne l’explique jamais trop, mais il existe depuis environ deux ans.

Comment as-tu choisi tes musiciens ? N’était-ce pas trop difficile de confier ses morceaux à d’autres gens ?

En fait, la plupart du temps, il s’agissait de proches, qui venaient aux concerts et qui connaissaient ma musique. Certains s’étaient montrés intéressés. C’est un mix de personnes intéressées par mon projet et d’autres avec qui j’avais vraiment envie de jouer. Le trompettiste est arrivé plus tard, pendant l’enregistrement du premier album, et il est devenu naturel qu’il joue avec nous sur scène.

As-tu laissé les autres membres de ton groupe modifier tes chansons ? Ont-ils participé à une certaine réécriture ?

Sur le premier album pas trop. Il y avait plus de parties imposées. Pour le deuxième album, il y a eu plus de live, plus de répétitions. Du coup, chacun a amené un peu de son univers et l’album ressemble plus au groupe.

Comment avez-vous intégré la trompette et le violoncelle ?

La trompette était juste prévue pour des interventions dans le premier album. On n’avait pas beaucoup de références avec des trompettes, à part Bright Eyes. Puis, comme cela correspondait à notre musique, on l’a gardée. Pour le violoncelle, c’est un peu la même chose, il correspondait bien à certains de nos morceaux.

Vous avez à la fois l’aspect très dépouillé du folk et le côté très arrangé du post-rock. Est-ce à cause de vos influences ?

On ne voulait pas se couper d’une base de morceaux folk, ne pas faire des morceaux à rallonge. On ne voulait pas faire de la musique pour faire des grandes envolées même si on l’a fait au final. Le but était d’arranger des chansons folks. Donc a priori, cela ne ressemble pas à des groupes de post-rock mais il y a quand même de petites touches.

Votre premier album a été enregistré dans des conditions rudimentaires. Qu’en est-il pour celui-là ?

Le premier a été fait en une prise live, pendant un jour, puis j’ai fait les arrangements chez moi. Pour le nouvel album, on a eu quinze jours en studio, financés par notre ancien label. Depuis, on a dû racheter tout ça pour sortir sous Kütu Folk. En studio, il faut être efficace ; c’est une autre contrainte. Avec le recul, je pense qu’un juste milieu serait l’idéal. Je me suis retenu de faire des bidouilles sur les morceaux, mais du coup, certaines personnes s’y retrouvent moins car cet album fait plus studio. Bon, j’ai quand même bidouillé un peu !

Vous avez lancé le projet Winter & Bonfire. Peux-tu nous en parler un peu ?

On ne savait pas trop ce que ça allait être au départ. On a joué dans un festival qui s’appelle Hibernarock et ils nous ont proposé d’enregistrer une semaine dans une maison, ce qu’on a fait. L’idée était que le collectif Kütu se réunisse pour jouer les morceaux des uns et des autres. Du coup,  on a un peu inversé les choses puisque le groupe s’appelle Winter & Bonfire et le titre est Kütu Folk Records.

Vous avez poussé le concept encore plus loin dans le cadre de la tournée des concerts cousus main, en reprenant les morceaux de chaque groupe et en les réorchestrant.

Cela nous a toujours plu de faire des collaborations entre musiciens et de faire des concerts ensemble. Après, cela apporte plus à certains qu’à d’autres mais c’est toujours très enrichissant.

Kütu a été créé il y a quatre ans maintenant, avec le statut d’association. Quelle était l’idée de base ?

Au départ, on était déjà regroupé, on commençait à organiser des concerts. C’est à partir du moment où Leopold Skin et moi avons eu un projet commun assez instrumental, enregistré à la maison, que l’on s’est posé la question du support, de la distribution, du nom. Et c’est à partir du format qu’on a décidé de monter le label. C’était assez naturel. Du coup, tous les artistes du label ont sorti leurs albums sous ce format là. A 100, puis 200, puis 1000 exemplaires. Il y a eu une première sortie en avril, puis la distribution nationale.

Peux-tu définir ta musique en trois mots ?

Personnelle, sombre et puissante.

Retrouvez Delano orchestra
en Froggy's Session
pour 5 titres acoustiques en cliquant ici !
 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Will Anyone Else Leave Me de The Delano Orchestra
La chronique de l'album Dossier Kütu Folk Records de Pastry Case - St-Augustine - Leopold Skin - The Delano Orchestra
La chronique de l'album Now that you are free my beloved love de The Delano Orchestra
La chronique de l'album EITSOYAM de The Delano Orchestra
La chronique de l'album MVAT MVCT MLWY de The Delano Orchestra
La chronique de l'album Babel de Jean-Louis Murat & The Delano Orchestra
La chronique de l'album Live aux [PIAS] Nites de Jean-Louis Murat & The Delano Orchestra
Delano orchestra en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Vendredi)
Delano orchestra en concert au Festival FNAC Indétendances 2008
Delano orchestra en concert au Nouveau Casino (8 avril 2009)
Delano orchestra en concert à Château Grange-Fort (9 mai 2009)
Delano orchestra en concert au Festival La Route du Rock 2009 (vendredi)

En savoir plus :
Le Myspace de Delano orchestra
Le site officiel de Kütu Folk Records
Le Myspace de Kütu Folk Records

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


Camille         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=