Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Raymonde Howard - Apple Jelly - Cobra killer
Le Fil  (Saint-Etienne)  6 juin 2009

Du 4 au 6 juin se déroulait la 3e édition du festival gay-friendly nommé Autrement Gay organisant des rencontres, des diffusions de films et des spectacles dans l’intention de sensibiliser autour de la culture gay. Pour clôturer le festival, un concert était organisé ce samedi soir. A l’affiche pour la première partie Raymonde Howard, un duo stéphanois qui joue dans un registre folk rock. Ensuite viendra Apple Jelly, un groupe d’electro-pop d’origine grenobloise. Le tout finira avec les très attendues Cobra Killer duo féminin servant une électro berlinoise complètement déjantée !

21H le concert débute. Le public est surtout représentatif de la communauté homosexuelle du coin, c’est un peu dommage pour un festival de sensibilisation. Raymonde et un homme, que nous appellerons Howard, rentrent sur scène humblement. Howard se place derrière les futs et Raymonde s’arme de sa grat’, de quelques pédales au sol et lance le premier morceau.

Les deux compères nous livrent alors une musique folk simple mais pas simpliste. Le public semble réceptif. Puis les morceaux s’étoffent, une boucle de guitare par la, une voix doublée par ci, on peut dire que la jolie voix de Raymonde est bien mise en valeur. Puis, les riffs se font moins doux, le rythme s’accélère, les morceaux gagnent ainsi en énergie pour virer un peu plus dans le rock, pour notre plus grand plaisir. On sent que Raymonde Howard n’en est pas à son coup d’essai et maîtrise son sujet, aussi il n’est pas étonnant de les retrouver dans le groupe La Seconda Volta. Le concert est une réussite et fait l’effet d’un bon tour de chauffe pour la suite.

 

La suite parlons-en. Apple Jelly. L’écoute de leur dernier album m’avait laissé dubitatif, un bonbon pop-rock, qui fait penser à The Good, the Bad and the Queen mais avec moins de saveur. Je suis donc un peu craintif. Mais sur la scène du club, c’est un autre groupe que j’ai découvert.

Dès leur arrivée sur scène, on sent que le groupe est en forme. Les yeux se tournent instantanément sur le charismatique chanteur, son maquillage façon "Un indien dans la ville" n’y est pas pour rien. Première bonne surprise ce n’est pas de la soupe qu’on nous sert, mais un son électro-rock très accrocheur. Une chanson et quelques mots de Benn le chanteur suffisent à condenser le public. Un mince filet de groupies défraichies (comprendre de plus de 16 ans) s’est rassemblé devant la scène. Benn bouge dans tous les sens, attire le regard, joue avec le public et les photographes. Accompagné de ses sbires, il livre un son puissant et survolté. En trois chansons, Apple Jelly a réussi à embraser le public qui s’est mis à danser. Le groupe maintient le feu sans faiblir jusqu’à la fin et on en redemande. De véritables bêtes de scènes sur lesquelles il va falloir garder un œil !

23H et des patates, l’heure est venue pour les très attendues Cobra Killer. Talons immenses, Imper en cuir noir, oreilles d’elfes, lunettes de soleil, gant médical en latex à la main droite qui tient une bouteille de vin. L’ambiance est posée. Le son est fidèle aux bizarreries sonores typiques des deux filles.

Celles ci sont réputées pour avoir un grain sur scène, sautant dans le public, se vidant du vin sur la tronche, de vraies rock stars. Et elles ne faillirent pas aux habitudes, très rapidement les deux filles accomplissent le rituel vinicole. Elles finissent la chanson et filent en backstage pour revenir avec des serviettes sur la tête. Je tique: les cobras s’embourgeoiseraient-ils ? Le show continue et la salle est surexcitée. Mais une certaine routine s’installe, les cobras lancent les morceaux sur les platines avec des enchaînements foireux et douloureux pour les tympans, puis elles reviennent chanter et poser sur le devant la scène.

Les groupies, lesbiennes cette fois-ci, sont toujours hystériques, mais pourtant on ne peut s’empêcher de ressentir une certaine fadeur, l’impression tenace que le spectacle n’est qu’une répétition sans âme. Mais on espère encore que ça va changer. Une nouvelle chanson commence, "Au revoir Saint-Etienne". Une pluie d'applaudissements s'ensuit, des cris s'élèvent dans l'attente d'un rappel… qui ne viendra pas.

Quelqu’un regarde sa montre, seulement 45 minutes de concert. On a envie de dire "What the f*** !?!". On rentre, frustré. Les Cobra Killer auraient intérêt à revoir leur copie pour l’avenir car ce n’est pas la tête d’affiche que l’on retiendra de cette soirée.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album For all the bruises black eyes and peas de Raymonde Howard
La chronique de l'album Le Lit de Raymonde Howard
La chronique de l'album S.W.E.A.T. de Raymonde Howard
Raymonde Howard en concert au Fil (22 novembre 2008)
Raymonde Howard en concert au Fil (mercredi 6 octobre 2010)
L'interview de Raymonde Howard (16 avril 2010)
L'interview de Raymonde Howard (lundi 3 mars 2014)
La chronique de l'album Nanana Club de Apple Jelly

En savoir plus :
Le Myspace de Cobra Killer
Le site officiel de Raymonde Howard
Le Bandcamp de Raymonde Howard
Le Myspace de Raymonde Howard
Le Facebook de Raymonde Howard
Le Myspace de Apple Jelly

crédits photos : Eric Ségelle (Toutes les séries sur Taste of Indie)


Bubba         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Raymonde Howard (9 août 2014)
Raymonde Howard (5 janvier 2011)


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=