Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Solidays 2009
Conférence de presse  (Paris)  9 juin 2009

Avant de revenir sur cette conférence de presse, voici la liste des artistes programmés cet année dans le cadre du festival :

LA PROGRAMMATION

Vendredi 26 Juin : NTM, Groundation, The Dø, Stuck In The Sound, Hugh Coltman, Sinsemilia, Sporto Kantès, Debout Sur Le Zinc, Tony Allen, Hockey, Moonraisers, Neïmo, Poni Hoax, Lexicon, Oxmo Puccino, Magistrates, Marine Goodmorning, Audrey Lavergne, Talents Ouï Love Myspace, Paris Jeune Talents (Ben Mazué, Lippie, Jil Is Lucky).
Nuit Electro : Digitalism, Yuksek, South Central, Dirtyphonics, Stand High Sound System.

Samedi 27 Juin : Keziah Jones, Bénabar, Amadou & Mariam, The Virgins, The Ting Tings, Alela Diane, Anthony Joseph & The Spasm Band, Beat Assailant, Les Blérots de R.A.VE.L., Seyfu, Yodelice, Stephanie McKay, Friendly Fires, La Casa, La Phaze, Sebastian Sturm, Miss Platnum, Creature, Les Artistes du Métro RATP (LPB Club, Milana, Brune), Talents Région Île-De-France (Kesiena, Lil Shazz, Mua Dib Awakening, Nancy Murillo, Zalyka), Mon Défi Live Contre Le Sida.
Nuit Electro : DJ Zebra (DJ Set), Buraka Som Sistema, Girl Talk, Surkin, Autokratz, Beardyman.

Dimanche 28 Juin : Manu Chao, Ayo, Cocoon, Emir Kusturica & The No Smoking Orchestra, Pep's, La Grande Sophie, Caravan Palace, Piers Faccini, Metronomy, Syd Matters, Les Wampas, Puppetmastaz, Izia, Naïve New Beaters, Alborosie, Che Sudaka, John & Jehn, Fête à Mouss & Hakim.

Comme chaque année, Solidays mise sur un éclectisme musical en programmant des artistes de toutes les tendances : rock, électro (2 nuits électro les vendredi et samedi), hip-hop, soul, folk, reggae, chanson, musique tzigane... Après une excellente édition anniversaire l'an dernier (le festival soufflait sa dixième bougie), tant au niveau de la qualité des artistes programmés que du nombre record d'entrées, Solidays frappe encore plus fort cette année.

Une nouvelle fois, la programmation est foisonnante et très alléchante. Année après année, Solidays renforce un peu plus sa position de n°1 des festivals français en terme de rapport qualité/prix. Le public ne s'y est d'ailleurs pas trompé en s'arrachant les pass 3 Jour à prix réduit proposés en avril (10 000 pass à 35€ épuisés en 3 heures). De plus, alors que nous sommes à un peu plus de deux semaines du festival, tous les pass 2 et 3 jours ont dors-et-déjà été vendus. Pour les retardataires, il reste des pass journée à 30€. Mais dépêchez-vous, le festival attend une affluence record cette année.

On peut aisément comprendre cet engouement populaire à la vue de la programmation. Sans renier sa volonté de programmer des artistes montants et de créer des tremplins pour les jeunes groupes (Talents Ouï Love Myspace, Paris Jeune Talents, Les Artistes du Métro RATP, Talents Région Île-De-France, Mon Défi Live Contre Le Sida), le festival accueille cette année des artistes à la fois rassembleurs et à la réputation scénique qui n'est plus à faire (Manu Chao, NTM, Keziah Jones, Emir Kusturica,...).

Mais Solidays c'est aussi et surtout un festival militant, organisé par l'association Solidarité Sida et dont le but est d'une part de sensibiliser et informer les spectateurs des divers risques et problèmes liés au virus (notamment l'accès aux traitements dans les pays du tiers-monde) et d'autre part de récolter des fonds pour la recherche contre le SIDA. Le festival ouvre également sa porte à d'autres associations au sein du Village Associatif, situé au coeur du festival. Cette conférence a été l'occasion pour les divers intervenants de rappeler la dimension militante du festival et le travail qu'il permet année après année d'accomplir, notamment auprès des populations des pays du sud.

LA CONFERENCE DE PRESSE

Antoine De Caunes est vraiment incorrigible. Le président d'Honneur (de longue date) de Solidarité Sida n'a décidémment n'a pas son pareil pour sortir des conneries plus grosses que le monde afin de détendre l'atmosphère. Il distilla une nouvelle fois quelques pointes d'humour bien senties lors de cette très sérieuse conférence de presse. Tout d'abord, alors qu'on n'attendait plus que le président de la région Île-de-France pour commencer, il glissa dans le micro, d'un ton informel et avec un sourire en coin, que "Monsieur Jean-Paul Huchon (était) encore dans son lit". Un peu plus tard, alors que Luc Barruet (président de Solidarité Sida) lui avait donné la parole, il se lança dans une tentative d'analyse du concept de "Zone érogène de solidarité" en essayant d'expliquer la différence entre plaisir solidaire et plaisir solitaire ("entre plaisir solidaire et plaisir solitaire, il n'y a pas tant de différence que ça : au mieux, une toute petite lettre. On peut prendre son pied avec, ou la prendre au pied, question de nuance."). Enfin, alors qu'un débat extrêmement sérieux était en cours à propos de la représentativité de la gente féminine au sein de Solidarité Sida et de l'équipe du festival (il n'y avait que des hommes devant nous aujourd'hui), il s'empara du micro en déclarant "non, mais franchement... on ne peut pas décemment laisser des femmes venir s'exprimer au micro...".

Jean-Paul Huchon, président de la région Île-de-France, prit le premier la parole pour réaffirmer le soutien indéfectible de la Région à Solidays (premier partenaire du festival avec 800 000 € de subventions). Celle-ci étant la première touchée par le virus du SIDA (28 500 personnes diagnostiquées jusqu'à aujourd'hui), cette mobilisation est "naturelle" pour Jean-Paul Huchon, qui va même plus loin en parlant de "devoir de mobilisation".

Ce soutien se traduit notamment par un travail d'information et de prévention (financé à hauteur de 5 Millions d'€ par an) : financement du CRIPS (Centre Régional d'Information et de Prévention du SIDA, qui intervient surtout dans lycées et collèges), aide aux associations, distribution de préservatifs gratuits,... Le président de la Région déplore un relâchement dans le domaine de la prévention et rappelle une nouvelle fois l'importance de cette mobilisation: "Cette cause est victime à la fois de son caractère dramatique et de sa durée. C'est dur de tenir une mobilisation très forte dans la durée".

Le second volet de ce soutien concerne la lutte au plan mondial : 150 000 € par an pour des actions locales de lutte contre le SIDA au Mali, en Mauritanie, à Santiago du Chili, en Afrique du Sud,... La Région est également impliquée dans le Fonds Solidarité SIDA Afrique (créé par Luc Barruet), par l'intermédiaire de 15 projets (financés à hauteur de 150 000 €) dans les associations locales de 9 pays (Burkina Faso, Bénin, Côte d'Ivoire, Kenya, Mali, Niger, République Démocratique du Congo, Rwanda et Togo).

Sur le site du festival, on pourra retrouver le Stand Île-de-France abritant plusieurs associations franciliennes (CRIPS, Jeunes Violence Ecoute, Suicide Ecoute, Association Française de Contraception). De plus, pour la deuxième année consécutive, la Région met en place les chèques culture Tick'Art, qui permettent aux jeunes franciliens d'accéder au festival pour un coût minime. Ceci contribue à "l'effort de la région pour faciliter l'accès à la prévention". Cette année encore, la Région sera donc fidèle au poste. En guise de conclusion, Jean-Paul Huchon réaffirme une nouvelle fois l'importance de cette cause : "Ce que nous souhaitons, c'est pouvoir fêter un jour Solidays sans cette menace, sans cette tristesse et cette gravité. Mais ça n'est pas pour demain, ça n'est pas pour aujourd'hui, et d'ici-là, il faut continuer à se battre à vos côtés."

Puis Luc Barruet, co-fondateur de Solidarité Sida, pilier de l'association et du festival depuis ses débuts, prend la parole pour faire un tour d'horizon de cette 11ème édition du festival. Il dresse tout d'abord le bilan du dernier festival : "2008 a été une année exceptionnelle : pas une goutte de pluie, une fréquentation record et des bénéfices jamais vus d'1 Million 400 000 € nets. C'est d'autant plus une bonne surprise que l'édition 2007 était à la baisse."

A 3 semaines du festival, les organisateurs sont satisfaits de la programmation, et notamment d'avoir réussi à attirer Manu Chao à Longchamp : "ça fait 10 ans qu'on lui court après, on a enfin réussi à lui mettre la main dessus". Comme l'an dernier, il y aura 5 scènes et 2 nuits électro. Cette année le festival a signé un partenariat avec le label Because (la même chose avait été réalisée l'an dernier avec le label Ed Banger), la programmation du samedi leur étant largement dédiée. Cette année, la couverture médiatique sera encore accrue : outre la présence de France 2 et MTV dans les sponsors, le festival sera à nouveau retransmis en direct sur Radio Nova et Ouï FM. La nouveauté est l'arrivée de France 4, , qui proposera une émission en direct de longchamp le samedi soir pendant 3 heures.

Les chiffres de billetterie sont encourageants : pass 2 et 3 jours complets, seuls restent des pass journée à 30€. Le festival accueille 7 nouveaux partenaires financiers et ne déplore aucune défection des anciens. Luc Barruet rappelle ensuite la double volonté du festival d'avoir un esprit éco-responsable (Solidays renouvelle l''utilisation d'éco-cup plutôt que des goblets jetables) et convivial. En ce sens, le festival accueille une nouveauté cette année (une zone de restaurants du monde : nourriture thaïlandaise, ethiopienne, brésilienne,...), tout en maintenant l'espace enfants (de 6 à 12 ans, l'entrée au festival étant gratuite pour eux), et la palmeraie. Point essentiel d'un festival qui se veut convivial, le traditionnel camping (découpé cette année en deux zones : ZAP pour les fêtards, ZEN pour les dormeurs) affiche déjà complet.

Le festival proposera comme chaque année un stand de saut à l'élastique . Il sera encadré par des professionnels d'une association de lutte contre le SIDA, tous les gens qui y travaillent étant bénévoles. L'exposition Sex In The City sera une fois de plus présente à Solidays, plongeant lsans tabou es festivaliers dans l'univers de la sexualité. A noter : l'exposition de guitares dédicacées à la FNAC des Halles, vendues aux enchères au bénéfice de Solidarité SIDA le 17 Juin à 18h, avec un showcase d'artistes à l'affiche du festival. Dernière info annoncée par Luc Barruet : le retour de la Nuit du Zapping (le 24 Octobre à Bercy, et en tournée dans toute la France).

Luc Barruet, enfin, rappelle le sens premier du festival, qui est le thème principal depuis ses débuts : l'accès aux traitements dans les pays en développement. Il sera une nouvelle fois traité en long et en large au travers de débats, expositions, prises de paroles sur scène.,.. Il prend une résonance encore plus importante cette année du fait de la crise. C'est entre autre pourquoi l'exposition "Renaître à la vie", mise en place par le fonds mondial, sera accueillie cette année par Solidays. Elle vise à témoigner par l'image des bienfaits de l'accès aux traitements anti-viraux, notamment dans les pays en voie de développement. Elle utilise des photos de reporters qui ont suivi des malades aux quatre coins du monde sur une durée assez longue. Le but est d'enfoncer le clou et d'accentuer encore la prise de conscience sur le sujet. Cette exposition est "un ode au courage et à la volonté des malades", selon Luc Barruet.

La parole est donnée à Sébastien Folin, parrain de l'association, et qui animera un débat sur le festival à propos des militants du sud. :"Pendant le festival on sensibilise le public : quelques tables rondes et débats sont organisés dans le village des associations. Le premier jour (vendredi à 17h30) , on va profiter de la célébration de pas mal d'anniversaires (notamment les 20 ans d'Act' Up) et de la tenue de la gay pride le même Week-End pour faire une table ronde sur la relation entre la lutte contre le sida et le droit des homosexuels. Le lendemain (samedi, à 15h, animé par Sébastien Folin), on va faire une rencontre entre les associations du sud et les festivaliers. Il est étonnant de voir l'énergie folle qu'ils dépensent malgré l'ampleur des difficultés qu'ils rencontrent. Le dimanche (à 15h30, animé par Harry Roselmack), on parlera de ce qu'est être militant aujourd'hui."

Claude M'Barali (a.k.a. MC Solaar) : "Ce qui est impressionnant c'est cette constante dans la solidarité : chaque année je suis témoin, je vois tous ces bénévoles, leur goût de l'engagement. Année après année, les bénévoles se renouvellent avec le même plaisir de s'engager (...). Je recommande à tous l'expoisition "Renaître à la vie", qui m'attire énormément (...) . Je trouve ça très bien que le festival soit gratuit pour les moins de 12 ans, que les familles puissent découvrir le festival ensemble. Il n'y a pas d'âge pour être solidaire."

Yvan Lebolloch' : "Je vais ouvrir grand mes yeux pendant ce festival, essayer de comprendre comment un tel événement peut se poursuivre avec autant de succès depuis 11 ans (...). Evidemment, j'ai des choses en commun avec l'esprit de la solidarité, la lutte contre les discriminations, les déséquilibres nord/sud. Il me semble important d'amener ma modeste contribution pour aider l'association à gagner des fonds. Il y a les chiffres qui m'ont marqué : 2 malades sur 3 vivent en Afrique, 1 malade sur 3 a accès aux traitements. Pour les gens de ma génération, il y a aussi des choses personnelles qui interviennent (...) : on en a vu partir un paquet. Donc par rapport à eux et aux autres, ça me paraissait important de venir rejoindre l'équipe. "

Quelques infos de dernière minute, qui sont rarement de bonnes nouvelles : tout d'abord, Late Of The Pier annule sa tournée et ne sera donc pas présent à Solidays. Deuxième mauvaise nouvelle, et non des moindres : Joey Starr a été condamné le 12 juin à deux ans de prison dont six mois ferme pour une agression à coups de hachoir le 1er juin dernier à Paris... Par conséquent, la prestation de NTM le 26 Juin que tant de gens attendaient semble fort compromise...

 

En savoir plus :
Le site officiel du festival


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=