Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sébastien Schuller
Interview  (Paris)  avril 2009

Quatre ans après Happiness et le succès de "Weeping Willow", Sébastien Schuller revient avec un nouvel opus, à paraître en mai. Un soupçon plus organique, toujours aussi climatique, Evenfall confirme le talent et le goût du Français pour l'expérimentation.

Il s'est passé quatre ans depuis Happyness. Que s'est-il passé ?

Déjà, il a eu trois musiques de film entre temps et une fin de tournée. Quand je me suis remis à composer, j'avais envie de faire des morceaux avec plus de rythme, plus entraînants. C'était dans mon cahier des charges (sourire). J'étais aussi inspiré par certains groupes que j'avais pu écouter, qui utilisaient pas mal d'arrangements de cuivres et de vents. Je me suis acheté un logiciel qui permet de jouer de plusieurs instruments et pour la première fois, j'ai créé des arrangements avec des cuivres, des cordes et vent. C'était un peu les ingrédients de départ. Je voulais plus de rythme. Naturellement, je m'orientais sur quelque chose de plus enjoué que Happiness même si je me rends compte que le résultat reste mélancolique et axé sur les mélodies. J'avais pas mal de jeux de lumière en tête et si Happiness est plutôt un album hivernal, Evenfall est plus printanier avec des morceaux comme "Open organ" ou "Balançoire", plus ouverts. Je me suis aperçu qu'il y avait un fil conducteur entre différents moments de la journée et différents moments de lumière.

D'où le titre, Evenfall (crépuscule en Français) et ceux des morceaux ("Morning Mist", "Midnight").

Oui c'est vrai. Le crépuscule est mon moment préféré de la journée. J'ai l'impression que l'album se suit un peu comme une journée se déroule. J'ai donné les titres au fur et à mesure. Parfois la musique existait avant avec un titre provisoire mais par contre le morceau était déjà placé à cet endroit-là, dans la chronologie du disque. Même sans les titres, il y avait déjà cette chronologie.

Comment expliques-tu cela ?

Je ne sais pas. Toute la première partie de l'album a été conçue à un moment donné où ma vie a changé, je me suis marié, je pense que je devais avoir plus de lumière en moi, ça donne les morceaux les plus organiques. Pour la deuxième partie, je me suis remis un peu plus à des morceaux électroniques, ça me ramène vers des sonorités plus sombres. Ce sont de bonnes surprises qui me tombent dessus quand je finis par trouver des liens aux choses de manière assez naturelle.

C'est toi qui fais tout ? Compos, écriture, interprétation ?

Je ne joue pas de tous les instruments même si j'ai composé toutes les parties. Il y a des parties que je fais rejouer parce qu'elles vont être mieux interprétées par les musiciens qui m'accompagnent. Principalement, je joue de tous les claviers. Certaines de mes guitares sont refaites par mon guitariste. Je me suis remis un peu à la batterie, mon premier instrument, mais c'est principalement Jean-Michel Pires qui joue, notamment sur "Battle" dont il a su faire exploser la fin et ramener sa touche personnelle.

On dit que tu composes tout seul dans ta chambre du 18e arrondissement. Est-ce que c'est toujours vrai ?

Dans l'ensemble oui, même si maintenant je partage mon temps entre Paris et Philadelphie. Je compose et j'arrange tout chez moi où j'enregistre pas mal de voix, pas mal de parties. Ensuite, comme pour Happiness, les enregistrements sont faits en studio sur de courtes périodes et tout ce que je peux faire dans la longueur, c'est chez moi.

Comment définirais-tu cet album ?

Si l'envie était d'être plus rythmique et plus entraînante, au résultat ce n'est pas forcément le cas. Il y a une première partie vraiment organique et une deuxième un peu plus électronique. C'est vraiment une histoire de lumière. Ca commence par "Morning mist", la brume matinale, en passant par "The Border", un morceau en plein soleil, jusqu'à "Battle" et "High Green Grass" qui sont des morceaux du couché du soleil et "Midnight", un morceau peut-être un peu plus club d'une certaine manière, enfin dans ma notion du club...

Quelles sont tes sources d'inspiration ? La nature, la vie ? Est-ce que la musique, le cinéma, l'actualité t'inspirent ?

Je crois que tout joue un rôle. Sur un seul et même morceau, il y a différentes influences, elles peuvent être aussi bien musicales que personnelles, s'inspirer de ce qu'on a pu vivre dans la journée avec tout ce que cela comporte de frustrations, de peines, de fatigue, de bonheur. C'est rarement un seul élément. En tant que musicien, on a un peu comme des antennes, on capte ce qui se passe autour de nous et on est assez réactifs aux éléments. Ca peut passer par l'information, par n'importe quel phénomène dans la rue, ce sont des choses qui peuvent être retranscrites d'une façon ou d'une autre qui te nourrissent et qui à un moment donné ressortent dans ta musique. Sans parler de toute la vie personnelle et bien sûr de musique, de film.

Tout n'est pas forcément conscient.

C'est même parfois totalement inconscient. Parfois on se retrouve avec des choses qui nous viennent de notre plus tendre enfance et même des choses qu'on a pu écouter et digérer et qu'on ressort beaucoup plus tardivement d'une manière totalement inattendue.

Si tu devais choisir un morceau, ce serait lequel et pourquoi ?

Aujourd'hui ce serait "Midnight" parce qu'on est en train d'adapter les morceaux pour le live et d'une certaine manière j'ai l'impression qu'il m'amène ailleurs, là où j'ai encore plus envie d'expérimenter. Ca se ressent dans sa version live. J'ai l'impression qu'il sera un bon mélange de musique électronique et organique. Il y a comme un ressenti un peu à la Talking Heads, vraiment intéressant et même un peu dansant, chose que je recherchais justement.

Qu'est-ce qui te guide dans ta démarche artistique ? Le plaisir, l'expérimentation ? Un message que tu voudrais faire passer ?

Je ne sais pas réellement quel est le besoin d'en faire mais depuis que j'ai commencé, je n'ai jamais pu m'arrêter, c'est vraiment quelque chose qui me tient. Après, l'envie c'est de ne pas se répéter, d'essayer de nouveaux terrains, de maîtriser de nouvelles choses, de comprendre de nouvelles manières de composer, d'apprendre de nouveaux instruments, de chercher de nouvelles sonorités et d'essayer de s'amuser avec. Ca passe beaucoup par la recherche d'originalité. Beaucoup de choses ont été faites par le passé mais il y a encore des mélanges qui se font, qui apportent quelque chose de nouveau. J'aime essayer de comprendre comment certains morceaux classiques peuvent si bien fonctionner, quels sont les "trucs" qui font que ça marche, qu'un morceau sonne terriblement bien, qu'il donne envie de danser ou de pleurer. Ce qui est peut-être arrivé de manière totalement naturelle et inconsciente.

Quels sont les artistes qui te touchent et qui t'on forgé ? Actuels et passés ?

Je parle souvent de Marc Hollis de Talk Talk. Il m'a mis le pied à l'étrier. J'ai passé beaucoup de temps à lire ses quelques interviews pour essayer d'analyser comment il pouvait créer sa musique et comment lui-même l'analysait. Il parlait des silences dans la musique, comme Miles Davis qui disait : "Il vaut mieux jouer trois notes et les bonnes qu'une suite de démonstrations de notes". J'ai toujours pris ce parti-là, de trouver les accords et les mélodies en épurant. Pour les autres artistes, j'ai été agréablement surpris de découvrir des artistes comme Sufjan Stevens pour son travail harmonique et d'arrangements. Je suis beaucoup Animal Collective aussi, pour tout le côté créatif qu'ils peuvent avoir et leur façon de créer un nouveau langage.

Et Philadelphie, c'est uniquement familial ou c'est une ville qui t'attirait, dans laquelle tu te retrouves ?

Je me sens plutôt bien à Philadelphie mais c'est surtout que j'en avais marre de Paris. C’est une ville qui m'étouffe un peu. Encore que c'est plus facile quand on fait de la musique et qu'on est moins dans le stress de métro-boulot-dodo. J'avais juste besoin de bulle d'air et de nature. Philadelphie, c'est vraiment le hasard de la rencontre, mais c'est une ville agréable, il y a moins de personnes au km2, on peut faire du vélo, marcher, sans croiser trop de gens. On a un peu l'impression de campagne, comme peuvent l'être Edimbourg ou Boston où il y a pas mal de place pour les parcs, beaucoup d'arbres. J'ai toujours trouvé que Paris manquait de nature mais je crois que c'est surtout la densité de personnes qui fait que ça en devient étouffant à un moment. Donc oui, c'est une ville très agréable pour ça, pour compléter ce manque que je peux avoir de temps en temps.

Est-ce que tu peux nous parler de ta future potentielle carrière aux Etats-Unis ?

En fait, je ne sais pas du tout si c'est prévu (rires). Vu que j'y vis, je voudrais essayer d'y faire quelques concerts. Mais pour vraiment faire carrière, il faut sortir des disques là-bas, être bien distribué. Mon envie personnelle, c'est de commencer à faire des petits concerts là-bas puis je verrai. Mais parler d'une carrière là-bas, c'est un peu précoce.

Quels sont ton pire et ton meilleur souvenir de ta carrière de musicien ?

Hmmm. Le pire je pense, c'est quand tu as vraiment du mal à finir la production de ton disque alors que les morceaux te semblaient si évidents. Quand tu passes tant de temps à essayer de recréer des choses et à communiquer ce que tu as en tête. Quand la communication devient un peu difficile. Le meilleur souvenir, c'est peut-être que les choses finissent par se placer à un autre endroit et construire ton disque. Et le moment où tu termines ton album, c'est un énorme soulagement. Ce n’était pas forcément prévu de cette manière-là. C'est peut-être ce qui soulage le plus musicalement, quand tu arrives vraiment à mettre le point final au disque. Si j'y réfléchis à deux fois, je pense que le meilleur souvenir c'est quand tu crées des morceaux, quand tu les découvres, qu'ils sont tout frais, que c'est des choses qui s'amènent à toi. C'est la meilleure sensation du monde.

Pour finir, comment imagines-tu la suite ?

Il va y avoir pas mal de festivals et une tournée. Ensuite, l'envie c'est de tourner en m'arrêtant le moins possible, de continuer à faire des concerts. J'ai l'impression qu'il faut réussir à rester dans le mouvement de la création et de la représentation, du spectacle. Et l'envie, c'est de réécrire des morceaux le plus rapidement possible et de pousser encore plus le bouchon dans l'aspect rythmique que je recherchais initialement. Mais je sais pas, on a toujours des envies mais dire exactement ce qu'on va faire demain... C'est la porte ouverte à toutes les inspirations !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Happiness de Sébastien Schuller
La chronique de l'album Evenfall de Sébastien Schuller
La chronique de l'album Heat Wave de Sebastien Schuller
Sébastien Schuller en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Sébastien Schuller en concert au Festival La Route du Rock 2007 (vendredi)
Sébastien Schuller en concert à La Cigale (18 juin 2009)
La conférence de presse de Sébastien Schuller (13 août 2005)

En savoir plus :
Le Myspace de Sébastien Schuller


MarieG         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"G.R.AI.N. - Histoire de fous" à la Manufacture des Abbesses
"Evita - Le destin fou d'Evita Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=