Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sonic Youth
The Eternal  (Matador / Beggars)  juin 2009

Un nouvel album de Sonic Youth est toujours un événement… Pardon, je recommence. Un nouvel album de Sonic Youth était toujours un événement, en effet depuis quelques années, soit je vieillis (ça, c’est inéluctable !), soit ce sont eux.

Toujours est-il que le dernier album qui vaille le détour chez les new-yorkais, date d’il y a fort longtemps. Washing Machine ? Je ne sais même plus. Les diverses productions des dernières années ne m’ont pas, et je ne suis pas le seul, beaucoup emballé. A telle enseigne, que je n’ai même pas prêté l’oreille aux deux derniers albums, et il parait d’ailleurs que c’est un tort, mais bon. Mis à part les séries SYR, qui sont dans l’ensemble, des tortures auditives peu intéressantes, les albums réguliers pêchaient au niveau du fond de commerce. Soit la bande de Thurston Moore se singeait elle-même (Murray Street), soit elle partait dans des envolées peu intéressantes et onanistes (NYC Ghosts and Flowers).

Aujourd’hui, la (plus très) jeunesse sonique a changé de maison de disques et officialise l’arrivée d’un nouveau membre, Mark Ibold, qui collabore avec eux depuis quelques années. The Eternal est donc le nouvel opus et ne déclenche pas l’émoi que cela provoquait quelques années auparavant.

Bon, il faut bien que je me plonge dans l’écoute… Il semble que le groupe ait décidé d’arrêter de se caricaturer et soit revenu à un son plus standard. Les envolées et digressions sonores sont maitrisées et ne partent pas dans des délires interminables et sans fin. Le seul problème, c’est que tout ce qu’on entend, ils l’ont déjà fait dans les vieux albums, et presque à l’identique. Le titre "The Antenna" en est l’exemple parfait. "Calming the Snake" est un titre sauvage comme Kim Gordon aime à nous les servir. Ici aussi, rien de très neuf.

Les titres à retenir, car il y en a, sont tout de même légion, à commencer par "Sacred Trickster", un morceau très rentre dedans, très bien orchestré, dans le plus pur classicisme soniquien. Le titre suivant "Anti-Orgasm" est, lui, marqué par un travail à plusieurs voix qui se répondent sur une instrumentation radicale et encore une fois, pas très novatrice. La mélodie vocale de "Poison Arrow" est particulièrement intéressante. L’ensemble est impeccablement réalisé et mené à terme. Pour finir l’album, un titre de plus de neufs minutes, "Massage The History", qui prend son temps pour développer des idées, Kim Gordon y chante parfaitement, un excellent titre peut-être le plus haletant et novateur de tout ce disque.

Pour l’enregistrement, Sonic Youth a changé ses méthodes de travail, en programmant des enregistrements prévus à l’avance de deux ou trois titres par session, en fonction de leurs planning, plutôt que de réserver une longue période de studio intensif, comme à leur habitude. Peut-être cela a rendu l’écriture plus efficace, en tout cas l’album est largement écoutable, voire vaudrait même le détour, s'il n’était pas le seizième album du groupe. Pas de renouvellement de genre ici, on creuse le sillon initié il y a quelques années. Ce qui pose la question de la durée de vie d’un groupe, mais aussi de la durée de vie d’un auditeur.

En effet, loin de porter les torts au groupe, c’est du côté de l’auditeur qu’une partie de la réponse se trouve. Suis-je prêt au changement quand ce groupe (vénéré) a sorti ses tripes, et bien plus encore il y a des années ? Et suis-je prêt à supporter la continuité, c'est-à-dire entendre encore et toujours les mêmes schémas, les mêmes sonorités, l’œil humide de nostalgie ? Et vous autres, posez-vous la question, quel est le dernier album de Sonic Youth qui vous a marqués ? Qu’y a-t-il de différent sur celui-ci ? Lequel des deux conservera un intérêt sur la durée à vos yeux ? A mon avis, tout est de ma faute et cet album ne restera pas comme impérissable dans la discographie de nos idoles, loin de là.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Simon Werner a disparu... : bande originale du film de Sonic Youth
Sonic Youth en concert au Festival Rock en Seine 2004
Sonic Youth en concert au Festival Art Rock 2005 (Jeudi)
Sonic Youth en concert au Festival Art Rock 2005 (Vendredi)
Sonic Youth en concert Place Poulain Corbion (3 juin 2005)
Sonic Youth en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005
Sonic Youth en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005 (vendredi)
Sonic Youth en concert au Festival La Route du Rock 2005 (Dimanche)
Sonic Youth en concert au Festival La Route du Rock 2005 (dimanche)
Sonic Youth en concert au Festival Primavera sound 2007 (samedi)
Sonic Youth en concert au Festival La Route du Rock 2007 (vendredi)
La conférence de presse de Sonic Youth (4 juin 2005)
La conférence de presse de Sonic Youth (14 août 2005)
La chronique de l'album Trees outside the academy de Thurston Moore
La chronique de l'album The Best Day de Thurston Moore
La chronique de l'album Rock'n'Roll Consciousness de Thurston Moore
Thurston Moore en concert au Festival All Tomorrow's Parties
Thurston Moore en concert au Festival Rock en Seine 2014
Thurston Moore en concert au Festival BIME Live! 2014 (édition #2) - vendredi 31 octobre
Thurston Moore en concert au Festival La Route du Rock #25 (vendredi 14 août 2015)
Thurston Moore en concert à l'Elysée Montmartre (lundi 31 octobre 2016)

En savoir plus :
Le site officiel de Sonic Youth
Le Myspace de Sonic Youth


Monsieur Var         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=