Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Placebo
Battle for the sun  (Pias)  juin 2009

Que se passe-t-il quand un artiste a épuisé ses propositions initiales ? Quand il est allé au bout de ce qu'il avait tout d'abord eu à dire ? Il peut commencer à se répéter, tourner autour de lui-même sans fin ni feu, dans une logique de répétition plus commercialement productive qu'artistiquement satisfaisante. C'est certainement dans ce type d'enfermement que l'on a un jour perdu les Rolling Stone ou Metallica, qui ne savent plus nous donner que des joies régressives toujours un rien coupables.

L'autre solution consiste au contraire à ouvrir ses horizons à nouveau. La formule peut être radicale, comme chez ces originaux de Godspeed ! You Black Emperor qui, au sommet de leur popularité, se sont tout simplement mis en "hiatus indéfinis", depuis plusieurs années maintenant. Elle peut l'être moins, aussi, le renouveau venant de l'intérieur, d'une capacité d'adaptation, de réinvention qui accepte le risque de l'échec. Serge Gainsbourg ou David Bowie, chacun à leur façon, ont été des champions de cet art.

C'est à cette aventure de la réinvention que se confronte Placebo avec son sixième album. Il n'échappera d'ailleurs pas à ceux qui auront le plaisir de voir le making-of vidéo de l'album sur le DVD de l'édition limitée que c'est le point central autour duquel tourne toute la com' officielle de ce Battle for the sun. Il faut donc comprendre que, suite aux années noires (la drogue, la perte de repères, la dépression, le clash avec le batteur), Brian et sa troupe luttent maintenant pour le soleil, dans un album qui se veut plus lumineux, positif, voire même : psychédélique. Jusqu'aux paroles de "Kitty Litter", le titre d'ouverture : "I need a change of skin". Symboliques de renouveau à foison, donc.

Au point que, chroniqueur méfiant, j'en viens, forcément, à me demander s'il n'y a pas là-dedans un rien d'ostentation. Trop revendiqué pour être honnête, le grand renouveau de Placebo ? Disons tout simplement qu'avant de remonter, il faudra bien accepter de le toucher, ce fond. Et là, on a surtout l'impression que Placebo lutte pour faire comme s'il n'y avait pas seulement eu de problème. Vous savez, comme votre copain fraîchement divorcé qui s'éclate tellement dans sa nouvelle vie de célibataire. Moralité : un album en demies-teintes, loin des flamboyances annoncées et privé des obscurités dans lesquelles il aurait facilement pu trouver à se réfugier.

Les amateurs retrouveront la voix maniérée de Brian Molko, peut-être poussée à peine plus loin, ses paroles sensuelles, dépressives et finalement abstraites quand elles ne sont pas naïves, le sens habituel des compositions du trio, qui laisse une large place à la répétition. Peut-être le nouveau batteur, Steve Forrest, un blond et tatoué californien de vingt-deux ans, apporte-t-il quelque chose de plus sec et de plus impétueux dans la frappe. On retrouvera aussi l'opulence de bidouillages plus ou moins essentiels, d'enjolievements et enluminures musicales qui donnent aux compositions de la formation une complexité de plus en plus grande depuis, disons Black Market Music. On reste donc là en droite ligne de l'évolution du power trio original en sextet scénique.

Pour le reste, l'album du renouveau sent encore le tatonement, avec ses bons et ses mauvais moments. Outre le titre éponyme (et premier single), entêtant à souhait, on retiendra surtout : "The never ending why", pour son côté direct très percutant ; la touche très 80's de "Breathe underwater" ou "For what it's worth" (qui pourrait bien rappeler le "I was made for loving you" de Kiss). En oubliant l'antienne du renouveau musical, on appréciera aussi "Kitty litter", "Bright lights" et "Devil in the details", tellement typiques de Placebo qu'on les dirait tirés de Meds ou Sleeping with Ghosts.

On saura toujours gré à un artiste de chercher à se renouveler, même si cela implique, parfois, quelques déceptions ; même si cela exige, toujours, de perdre un peu celui qu'il fût. De cela, on fera crédit à Brian Molko et aux siens. On ne se méprendra cependant pas pour autant : aussi sympathique soit-il, Battle for the sun est loin d'être le meilleur album de la formation. Peut-être même pas le plus inventif, d'ailleurs. On se contentera donc de lire entre les lignes du renouveau tant clamé les promesses d'un renouveau souhaité, gage d'évolutions à venir. Comme si la bataille ne faisait que commencer.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Sleeping with ghosts de Placebo
La chronique de l'album Once More With Feeling de Placebo
La chronique de l'album Meds de Placebo
Placebo en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2003
Placebo en concert au Festival des Vieilles Charrues 2006 (vendredi)
Placebo en concert au Festival International de Benicassim 2006 (dimanche)
Placebo en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2007 (Samedi et dimanche)
Placebo en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Placebo en concert au Festival Pukkelpop 2010 (jeudi 19 août 2010)
Placebo en concert au Festival BIME Live! 2014 (édition #2) - vendredi 31 octobre
Placebo en concert au Festival Artrock 2015
Placebo en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017)
Placebo en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - vendredi 7 juillet

En savoir plus :
Le site officiel de Placebo
Le Myspace de Placebo


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=