Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Eurockéennes de Belfort #21 (2009)
Presqu’île du Malsaucy  (Territoire de Belfort)  vendredi 3 juillet 2009

Les eurockéennes de Belfort nous voilà, enfin ! On ne peut pas dire que ce fut une mince affaire d'arriver devant la scène du concert ! L'organisation du festival a du être pondue par un homme sombre et torturé. Je lui souhaite de comprendre que le festivalier doit marcher pour aller d'un endroit à l'autre et que cela prend du temps de passer d’un concert à un autre. Cela nous oblige à rater un peu de début ou un peu de fin du spectacle offert par les groupes. Frustrant... Mais passons-là ces invectives douteuses et concentrons nous sur ce qui nous intéresse : les concerts !

Les Yeah Yeah Yeahs, figure emblématique du rock indie new-yorkais viennent nous faire l'honneur de sa présence pour la tournée de son tout nouvel album. Et c'est une bombe qui est lancée sous le feu des projecteurs ! La chanteuse, accoutrée d'une manière toujours aussi délirante, transmet son énergie débordante au public et on ne peut qu’adorer. Karen O dispose d'un canon à confettis qu'elle active au summum de l'intensité des morceaux donnant un joli effet visuel. Le set est composé d'une avalanche de tubes ; les anciens comme les futurs. Alors que le son avait tendance à se calmer sur le dernier album pour introduire des sonorités plus électros, moins post-punk, sur scène c'est un retour aux fondamentaux : beaucoup plus déchaîné et rock'n'roll, on se régale. Le public semble bien du même avis que moi car cela bouge dans tous les sens. Les Yeah Yeah Yeahs se sont montrés fidèles à leur réputation et on s'en souviendra !

Pas le temps de souffler qu'il faut courir pour voir l'introduction des cultissimes Cypress Hill !

Les enfants terribles de L.A. sont la surprise de ce festival suite à la désertion des NTM pour raisons judiciaires. Une foule immense est massée devant la grande scène.

A l'instar du groupe précédent les morceaux cultes s'enchaînent "Insane in the brain", "How I Could Just Kill a Man", mais quelque chose cloche. Le flow des rappeurs est à la hauteur, mais le DJ souffre d'un son mal réglé qui rend sa partie quasiment inaudible durant la premiere partie du set.

Les rappeurs par provoc' allument un spliff sur scène sur le classique "I wanna get high". Les morceaux manquent de l'étincelle qui transforme un bon concert en un objet de culte. La beuh y est peut-être pour quelque chose.

Heureusement, le monstrueux titre "Rock superstar" vient terminer le set de manière épique. Mais on restera sur l'impression générale : un moment juste agréable puisque l’on reste sur sa faim, persuadés qu'ils auraient pu donner beaucoup plus et déçus par les ténors du rapcore.

En parlant de déception, enchaînons avec The Kills. Le duo londonien nous a fourni une prestation de bien piètre qualité. Pourtant, le groupe de garage rock a tout pour plaire : des riffs minimalistes et entêtants, couplés à une  voix suave, le duo version studio fait un malheur sur la platine. Mais le groupe souffre sur scène d'un énorme handicap. En effet, le duo est seulement complété par une boite à rythme. Et ce batteur de synthèse joue toujours de la même manière, cruellement trop fort et dans une monotonie désespérante. Cette pollution sonore met à mal tous les hits qui se sont déroulés le long du set. A côté de ça, le show du duo n'apporte pas vraiment d'éléments pour compenser. De fait, le public se refroidit bien vite et paraît même somnoler en dépit du volume sonore qui pourrait réveiller les morts. On me raconta plus tard que ce n'était pas une faute de parcours pour les Kills mais plutôt une très mauvaise habitude. Prions qu'ils changent de façon de faire rapidement.

Heureusement, les concerts qui clôtureront  cette soirée de vendredi éclipseront les deux déceptions.

Retour sur la grande scène, la foule est encore plus dense qu'auparavant. On ne s'en étonne pas, car ce sont les Prodigy qu'ils sont venus voir ! Et les furieux du Big Beat sont là pour répondre à nos attentes, ils vont tout mettre à feu et à sang ! Le trio, qui a sorti un nouvel album, est accompagné pour le coup d'un gratteux et d'un batteur (avis aux Kills !). Le son est lourd et puissant, et personne ne peut y échapper. Le public s'embrase et s’agite depuis la fosse jusqu’au fond. Le son est là mais il n'est pas seul. En effet, d'innombrables projecteurs de toutes sortes remplissent l'espace et nous plongent dans une atmosphère de folie. Je n'ai tout simplement jamais vu autant de projecteurs sur une scène ! Avec des rythmes stroboscopiques et des flashs de couleur incessants, ils sont la parfaite illustration de la musique des Prodigy. Dessous, les deux chanteurs sautent et virevoltent dans tous les coins de la scène avec une hargne sans limite. Ils appellent et rappellent les "french warriors" à se défouler, et ceux-ci s'exécutent naturellement sans sommation. Ils réussissent avec difficulté à faire s’assoir tout le monde, pour mieux les faire bondir juste après : effet garanti ! Le groupe embrigade tout le monde dans son univers survolté. Les Surfant sur la vague du revival 90 la bande nous sert un set façon old school : "Firestarter", "Breathe", "Voodoo people", "Poison"... tous les monstrueux singles de l'époque sont là, réarrangés et encore plus énervés pour toujours plus de bonheur ! Les Prodigy nous servent quelques morceaux du dernier album en parfaite adéquation avec les anciens. Le groupe termine le concert sur le "reggaetisant" "Out of space" qui laisse les spectateurs heureux et lessivés !

Retour au chapiteau pour The Ting Tings, dernier groupe à jouer ce soir. Le duo, encore anglais, est composé d'un batteur-sampleur et d'une guitariste-chanteuse.

Les Ting Tings sont en grande forme et nous livrent leurs singles dont leur efficacité en live n'est plus à prouver.

Logiquement, le public déjà chauffé à blanc par les prédécesseurs, ne tarde pas à remuer les fesses. Au bout de quelques morceaux, la chanteuse, très sexy dans son haut à paillettes, nous fait la lecture d'un texte qu'elle a préparé.

Sur un ton argotique inattendu pour son niveau de français, elle nous gratifie des habituels remerciements et de la joie d'être là, mais le ton rend le propos émouvant et drôle.

Katie White enchaîne directement sur un nouveau morceau sous les acclamations du public. Les morceaux se suivent, la machine fonctionne. La fin s'approchant, les Ting Tings quittent la scène pour faire crier un peu le public.

Au retour il n'y a que Jules De Martino armé d'un appareil photo qui filme le public en liesse, pour "ramener des souvenirs aux copains". Toujours seul, il se place derrière un clavier et nous offre un petit set de DJ en nous proposant quelques extraits de standards de la pop. Succès immédiat.

Dans un dernier enchaînement, la chanteuse revient et démarre leur dernier morceau. Le public épanoui applaudira longtemps le duo. Il se fait tard et votre reporter ne restera pas pour les sets de DJ qui permettront de continuer la fête jusqu'à tard dans la nuit.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Yeah Yeah Yeahs en concert au Trabendo (10 juin 2003)
Yeah Yeah Yeahs en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Yeah Yeah Yeahs en concert au Festival Art Rock 2006 (Samedi)
Yeah Yeah Yeahs en concert au Festival Art Rock 2006 (Samedi) - 2ème
Yeah Yeah Yeahs en concert au Festival Primavera Sound 2006 (vendredi)
Yeah Yeah Yeahs en concert au Festival Rock en Seine 2009 (vendredi 28 août 2009)
La chronique de l'album Rise Up de Cypress Hill
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du vendredi - Minus The Bear - All Time Low - Roken is Dodelijk - Band of
Cypress Hill en concert au Festival Rock en Seine 2010 (vendredi 27 août 2010)
Cypress Hill en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Top 3 des meilleurs sets de ReS 2010
Cypress Hill en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - dimanche
Cypress Hill en concert au Festival de Beauregard #7 (édition 2015) - Vendredi
Cypress Hill en concert au Festival Cabaret Vert #13 (édition 2017) - Jeudi 24 août
La chronique de l'album Keep on your mean side de The Kills
La chronique de l'album No wow de The Kills
La chronique de l'album Midnight Boom ! de The Kills
La chronique de l'album Blood Pressures de The Kills
La chronique de l'album Ash & Ice de The Kills
The Kills en concert à La Cigale (7 juin 2003)
The Kills en concert au Festival Les Inrockuptibles 2003
The Kills en concert au Festival La Route du Rock 2004 (vendredi)
The Kills en concert à La Cigale (3 juin 2005)
The Kills en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005
The Kills en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005 (vendredi)
The Kills en concert au Festival des Vieilles Charrues 2005 (samedi)
The Kills en concert à la Salle des Fêtes de Ramonville (30 mai 2005)
The Kills en concert au Festival International de Benicassim 2005 (vendredi)
The Kills en concert au Festival International Benicàssim 2008
The Kills en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
The Kills en concert au Festival La Route du Rock 2009 (samedi)
The Kills en concert au Festival La Route du Rock 2009 (samedi) - 2ème
The Kills en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du vendredi
The Kills en concert au Festival La Route du Rock #21 (samedi 13 août 2011)
The Kills en concert au Festival Rock en Seine 2011 (vendredi 26 août 2011)
The Kills en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - vendredi
The Kills en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Vendredi
The Kills en concert au Festival Beauregard #8 (édition 2016) - samedi 2 juillet
The Kills en concert au Festival Cabaret Vert #13 (édition 2017) - Vendredi 25 août
La conférence de presse de The Kills (août 2004)
La chronique de l'album Super Critical de The Ting Tings
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du dimanche - Wallis Bird - The Temper Trap - Success - The Black Angels
The Ting Tings en concert au Festival La Route du Rock 2008
The Ting Tings en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
The Ting Tings en concert à Paléo Festival #34 (2009)
The Ting Tings en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)

En savoir plus :
Le site officiel du festival Les Eurockéennes de Belfort
Le Myspace du festival Les Eurockéennes de Belfort

Crédits photos : Vincent Courtois (Toute la série sur Taste of Indie)


Bubba         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=