Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sébastien Schuller - This is the Kit
La Cigale  (Paris)  18 juin 2009

Pour fêter la sortie de son deuxième album, Evenfall, Sébastien Schuller s'offre un concert lumineux – quoi que parcouru de quelques longueurs – à La Cigale.

C'est la sympathique This is the Kit (nom de scène de la chanteuse anglaise Kate Stables) qui ouvre la soirée. Seule sur scène avec sa guitare, elle distille de touchantes petites chansons folk sans prétention. Malgré une belle voix, nous n'irons pas plus loin qu'un regard bienveillant en ce qui nous concerne. Il y a encore du travail pour que cette chanteuse aux longues couettes natées rejoigne Alela Diane au Panthéon des grandes voix folk.

Les roadies s'affairent lors du changement de scène, puis le rideau rouge se referme, nous laissant dans l'expectative. Après une bonne demi-heure, le groupe arrive. Sébastien Schuller se place tout devant, derrière son micro et ses multiples instruments et machines (claviers, sampler, guitare, ordinateur...).

Sans plus attendre, ils entament "Open Organ", l'un des titres phares du nouvel album. Il démarre par une ligne de synthé rythmée et de délicates nappes de cuivres. Puis le chant fébrile et touchant du français vient délicatement s'ajouter et participer à ces splendides harmonies. On est sous le charme. Le son s'épaissit progressivement jusqu'à ce que la batterie fasse une entrée fracassante après un break réussi. Celui-ci fait partir la chanson et la rend aussi entraînante que mélodique. Sébastien Schuller ne nous avait pas habitués à pareil débordement d'énergie, et c'est tant mieux.

Le chanteur est accompagné de quatre musiciens (un guitariste, un clavier, un basssite / trompettiste et un batteur) qui serviront parfaitement les titres tout au long de la soirée.

Ses curieux choix vestimentaires (jean / t-shirt / casquette) jurent avec la délicatesse de ses chansons, mais on ne lui en tiendra pas rigueur. Suivent "The Border" et "Balançoire", deux autres nouveaux titres qui sont encore une fois d'agréables surprises. On avait peur que les versions live de ses très belles compositions manquent d'envergure, ce n'est visiblement pas le cas.

Il faut dire que pour avoir vu Sébastien Schuller sur sa tournée précédente (après la sortie de son premier album Hapiness, en 2005), on pouvait avoir quelques craintes. Le chanteur avait paru peu sûr de lui, rongé par sa grande timidité, et on avait été déçu par les versions des (excellents) titres du premier album, un peu trop plates à notre goût. Ainsi, tout au long de la soirée, les nouvelles chansons passeront mieux l'épreuve du live.

Il y a beaucoup de chant sur Evenfall, contrairement au premier album qui était très instrumental. Les titres sont également beaucoup plus produits, servis par des arrangements très fouillés. Ce qui peut expliquer la dimension nouvelle du groupe en live. Ce dernier est visiblement très bon, la voix du chanteur est bien en place, il chante avec plus d'assurance qu'auparavant. Ce n'est toujours pas un monstre de charisme, mais il parle tout de même à plusieurs reprises avec le public, blague avec lui. Au final, les titres d'Evenfall joués au début du concert passeront mieux que celles du premier album. Sébastien Schuller semble avoir trouvé, avec ce véritable groupe de scène, une alchimie après laquelle il courrait depuis un moment.

Sébastien Schuller a retenu la leçon de sa tournée précédente, car les versions de "Sleeping Song" et "Tears Coming Home" exécutées juste après sont autrement plus convaincantes qu'il y a quelques années. Le public garde un lien affectif très fort avec les titres d'Hapiness, et chacun de ses extraits est accueilli avec joie. Mais le français a eu l'intelligence de remodeler ses compositions pour les rendre plus attrayantes sur scène. C'est tout à son honneur et c'est une vraie réussite. Du coup, le concert accuse très peu de temps morts, et ses chansons retrouvent une vraie fraîcheur.

Les projections de vidéos sur un écran géant rajoutent une touche supplémentaire à l'atmosphère poétique du concert : patineurs sur lac gelé, couples de danseurs, manèges de fête foraine... Les films sentent bon la nostalgie et collent parfaitement à la mélancolie latente des titres de Sébastien Schuller.

"Awakening", venue s'intercaller entre les deux extraits du premier album, enchante. La bizarre mais captivante "Edward's Hands" clôt avec brio l'excellente première moitié du concert, mais aurait gagné à être jouée dans une version plus courte. C'est un des défauts de la plupart des titres de Sébastien Schuller, et "Edward's Hands" annonce malheureusement une fin de soirée un peu longuette.

C'est donc cette première moitié de concert – véritablement passionnante – que nous retiendrons, tant le concert baisse en intensité et en qualité par la suite.

A l'image d'Evenfall, beaucoup plus intéressant dans sa première partie, la suite du concert alternera entre le bon (l'introduction de "Midnight" – qui se vautre ensuite dans un brouillard progressif peu convaincant, "Weeping Willow") et le moins bon.

Le show accusera trop de longueurs pour parvenir à nous tenir éveillés jusqu'au bout. C'est dommage. On peut aussi regretter la curieuse absence de certains titres dans la set-list : pas de "Morning Mist" (le splendide titre d'ouverture d'Evenfall, point culminant de l'album), "Le Dernier Jour", "1978" pourtant trois de ses plus belles chansons. Curieux.

On était sorti de son concert précédent en se disant que Sébastien Schuller était un artiste à écouter chez soi, dans son canapé. Il nous a fait la preuve ce soir, pendant trois premiers quarts d'heure de toute beauté, qu'il valait la peine de se déplacer et de venir l'écouter sur scène.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Happiness de Sébastien Schuller
La chronique de l'album Evenfall de Sébastien Schuller
La chronique de l'album Heat Wave de Sebastien Schuller
Sébastien Schuller en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Sébastien Schuller en concert au Festival La Route du Rock 2007 (vendredi)
La conférence de presse de Sébastien Schuller (13 août 2005)
L'interview de Sébastien Schuller (avril 2009)
La chronique de l'album Krülle bol de This is the kit
This is the Kit en concert à La Maroquinerie (15 octobre 2007)

En savoir plus :
Le site officiel de This is the Kit
Le Myspace de This is the Kit
Le Myspace de Sébastien Schuller
Le blog de Pierre Baubeau

Crédits photos : Fabrice Delanoue (Toute la série sur Taste of Indie)


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=