Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sébastien Schuller - This is the Kit
La Cigale  (Paris)  18 juin 2009

Pour fêter la sortie de son deuxième album, Evenfall, Sébastien Schuller s'offre un concert lumineux – quoi que parcouru de quelques longueurs – à La Cigale.

C'est la sympathique This is the Kit (nom de scène de la chanteuse anglaise Kate Stables) qui ouvre la soirée. Seule sur scène avec sa guitare, elle distille de touchantes petites chansons folk sans prétention. Malgré une belle voix, nous n'irons pas plus loin qu'un regard bienveillant en ce qui nous concerne. Il y a encore du travail pour que cette chanteuse aux longues couettes natées rejoigne Alela Diane au Panthéon des grandes voix folk.

Les roadies s'affairent lors du changement de scène, puis le rideau rouge se referme, nous laissant dans l'expectative. Après une bonne demi-heure, le groupe arrive. Sébastien Schuller se place tout devant, derrière son micro et ses multiples instruments et machines (claviers, sampler, guitare, ordinateur...).

Sans plus attendre, ils entament "Open Organ", l'un des titres phares du nouvel album. Il démarre par une ligne de synthé rythmée et de délicates nappes de cuivres. Puis le chant fébrile et touchant du français vient délicatement s'ajouter et participer à ces splendides harmonies. On est sous le charme. Le son s'épaissit progressivement jusqu'à ce que la batterie fasse une entrée fracassante après un break réussi. Celui-ci fait partir la chanson et la rend aussi entraînante que mélodique. Sébastien Schuller ne nous avait pas habitués à pareil débordement d'énergie, et c'est tant mieux.

Le chanteur est accompagné de quatre musiciens (un guitariste, un clavier, un basssite / trompettiste et un batteur) qui serviront parfaitement les titres tout au long de la soirée.

Ses curieux choix vestimentaires (jean / t-shirt / casquette) jurent avec la délicatesse de ses chansons, mais on ne lui en tiendra pas rigueur. Suivent "The Border" et "Balançoire", deux autres nouveaux titres qui sont encore une fois d'agréables surprises. On avait peur que les versions live de ses très belles compositions manquent d'envergure, ce n'est visiblement pas le cas.

Il faut dire que pour avoir vu Sébastien Schuller sur sa tournée précédente (après la sortie de son premier album Hapiness, en 2005), on pouvait avoir quelques craintes. Le chanteur avait paru peu sûr de lui, rongé par sa grande timidité, et on avait été déçu par les versions des (excellents) titres du premier album, un peu trop plates à notre goût. Ainsi, tout au long de la soirée, les nouvelles chansons passeront mieux l'épreuve du live.

Il y a beaucoup de chant sur Evenfall, contrairement au premier album qui était très instrumental. Les titres sont également beaucoup plus produits, servis par des arrangements très fouillés. Ce qui peut expliquer la dimension nouvelle du groupe en live. Ce dernier est visiblement très bon, la voix du chanteur est bien en place, il chante avec plus d'assurance qu'auparavant. Ce n'est toujours pas un monstre de charisme, mais il parle tout de même à plusieurs reprises avec le public, blague avec lui. Au final, les titres d'Evenfall joués au début du concert passeront mieux que celles du premier album. Sébastien Schuller semble avoir trouvé, avec ce véritable groupe de scène, une alchimie après laquelle il courrait depuis un moment.

Sébastien Schuller a retenu la leçon de sa tournée précédente, car les versions de "Sleeping Song" et "Tears Coming Home" exécutées juste après sont autrement plus convaincantes qu'il y a quelques années. Le public garde un lien affectif très fort avec les titres d'Hapiness, et chacun de ses extraits est accueilli avec joie. Mais le français a eu l'intelligence de remodeler ses compositions pour les rendre plus attrayantes sur scène. C'est tout à son honneur et c'est une vraie réussite. Du coup, le concert accuse très peu de temps morts, et ses chansons retrouvent une vraie fraîcheur.

Les projections de vidéos sur un écran géant rajoutent une touche supplémentaire à l'atmosphère poétique du concert : patineurs sur lac gelé, couples de danseurs, manèges de fête foraine... Les films sentent bon la nostalgie et collent parfaitement à la mélancolie latente des titres de Sébastien Schuller.

"Awakening", venue s'intercaller entre les deux extraits du premier album, enchante. La bizarre mais captivante "Edward's Hands" clôt avec brio l'excellente première moitié du concert, mais aurait gagné à être jouée dans une version plus courte. C'est un des défauts de la plupart des titres de Sébastien Schuller, et "Edward's Hands" annonce malheureusement une fin de soirée un peu longuette.

C'est donc cette première moitié de concert – véritablement passionnante – que nous retiendrons, tant le concert baisse en intensité et en qualité par la suite.

A l'image d'Evenfall, beaucoup plus intéressant dans sa première partie, la suite du concert alternera entre le bon (l'introduction de "Midnight" – qui se vautre ensuite dans un brouillard progressif peu convaincant, "Weeping Willow") et le moins bon.

Le show accusera trop de longueurs pour parvenir à nous tenir éveillés jusqu'au bout. C'est dommage. On peut aussi regretter la curieuse absence de certains titres dans la set-list : pas de "Morning Mist" (le splendide titre d'ouverture d'Evenfall, point culminant de l'album), "Le Dernier Jour", "1978" pourtant trois de ses plus belles chansons. Curieux.

On était sorti de son concert précédent en se disant que Sébastien Schuller était un artiste à écouter chez soi, dans son canapé. Il nous a fait la preuve ce soir, pendant trois premiers quarts d'heure de toute beauté, qu'il valait la peine de se déplacer et de venir l'écouter sur scène.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Happiness de Sébastien Schuller
La chronique de l'album Evenfall de Sébastien Schuller
La chronique de l'album Heat Wave de Sebastien Schuller
Sébastien Schuller en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Sébastien Schuller en concert au Festival La Route du Rock 2007 (vendredi)
La conférence de presse de Sébastien Schuller (13 août 2005)
L'interview de Sébastien Schuller (avril 2009)
La chronique de l'album Krülle bol de This is the kit
This is the Kit en concert à La Maroquinerie (15 octobre 2007)

En savoir plus :
Le site officiel de This is the Kit
Le Myspace de This is the Kit
Le Myspace de Sébastien Schuller
Le blog de Pierre Baubeau

Crédits photos : Fabrice Delanoue (Toute la série sur Taste of Indie)


Pierre Baubeau         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=