Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gossip
Music for men  (Columbia)  juin 2009

Longtemps dans l'ombre d'une multitude de groupes punk militants américains plus ou moins connus, Gossip a connu son heure de gloire en 2006 avec leur troisième album Standing in the Way of Control. Fort de quelques tubes incroyables, d'une voix soul rare chez les groupes punk-rock et de prestations scéniques ultra-énergiques, Gossip est donc sorti du lot pour toucher un large public, porté par la charismatique Beth Ditto, obèse et homosexuelle largement revendiquée et bien dans sa peau.

Évidemment, ce succès ne pouvait qu'attirer curiosité et convoitises et le groupe s'est donc laissé emporter de leur label indépendant, PIAS en France, vers une grosse machine de ce qu'il faut appeler l'industrie du disque (n'ai-je pas déjà dit ce que je pensais de ce terme apposé vulgairement à l'art ?) à savoir Columbia.

Mais ce n'est pas le seul changement car l'extension budgétaire accordée au groupe pour conquérir le monde a visiblement permis (obligé ?) de lécher la production, auparavant plus punk et même parfois presque live, grâce à la participation de Rick Rubin. Il faut dire que le célèbre producteur, aux airs de gourou barbu et chevelu, est désormais directeur adjoint de Columbia avec, pour mission, de redresser la barre de la vénérable maison. Autant dire que c'est le moment de mettre le paquet et que l'heure est plutôt à produire du lourd (pas de jeu de mot) que de jouer aux découvreurs de talents.

C'est donc à un disque clairement plus vendeur ou en tout cas taillé pour l'être, auquel nous avons à faire avec Music For Men, quatrième disque du trio Gossip. On remarque rapidement deux choses à l'écoute de cet album. Tout d'abord, si la voix est toujours aussi présente et constitue la colonne vertébrale des chansons (sans la voix, on se retrouverait bien souvent avec des gimmicks répétitives bien peu engageants), on remarque que les autres instruments sont plus clairement mis en avant, presque à l'extrême et parfois, cela donne l'impression que la production a été faite pour que l'auditeur puisse identifier facilement chaque piste. Tout est propre, rien ne se monte dessus malgré la richesse de certains morceaux, un peu comme s'il s'agissait de premix de TV on the Radio pas encore passés à la moulinette de David Sitek ("Four lettre word").

L'autre chose que l'on ne peut éviter, c'est le côté ultra années 80 de l'ensemble. Effets disco, arrangements electro, mélodies... On est souvent bien loin du punk des débuts même si le "oi oi" qui entame "Spare me from the wolrd" rassure sauf... qu'il s'agit du dernier titre.

Au-delà de ces remarques, on se retrouve avec un album agréable, avec des basses qui claquent, une batterie qui sonne (dans les deux sens du terme) et une Beth Ditto à la voix toujours aussi puissante et sensuelle. On pardonnera alors au groupe de ne pas forcément être allé là où on l'attendait, c'est-à-dire vers un punk-rock plus radical au détriment d'un chemin plus commercial mais tout tracé vers le succès, avec ce qu'il faut de tubes pour plaire à un large public.

Ainsi "Heavy cross" et sa montée en puissance semble taillé pour relancer les milieux de concerts et "Love long distance" qui ressemble à un tube dance des années 80 interpreté par Skunk Anansie est parfait pour l'élection de miss camping cet été. "Pop goes the world" est sans doute pire avec ses sons electro écoeurants mais ce qui est vraiement affreux, c'est quu'on aura la faiblesse de trouver ce titre super efficace et réjouissant.

Néanmoins, ce disque reste de très haute volée et n'a pas son pareil dans la production actuelle ce qui le sauve et apporte aussi à l'auditeur son pesant de sensations rock qui manquent largement en ce moment. Espérons quand même que tous les albums de Columbia ne seront pas tous produits par le gourou Rubin, sinon le rock "indie", qui n'en a déjà plus que le nom, risque assez vite de rejoindre la variété qui, elle, ne l'a jamais été aussi peu variée.

Mais nous n'en sommes pas là et il y a encore largement de quoi s'agiter sur les rythmes de Gossip... Et surtout en live, le spectacle étant aussi, et parfois surtout, visuel.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Gossip parmi une sélection de singles (juillet 2007)
La chronique de l'album Standing in the way control de Gossip
Gossip en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Gossip en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Gossip en concert au Festival Le Rock Dans Tous ses Etats 2008
Gossip en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Gossip en concert au Festival Furia Sound 2009
Gossip en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Gossip en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Samedi
Gossip en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - dimanche
Gossip en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi & dimanche
Gossip en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Les Découvertes
Gossip en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Jeudi 4 juillet

En savoir plus :
Le site officiel de Gossip
Le Myspace de Gossip


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=