Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gossip
Music for men  (Columbia)  juin 2009

Longtemps dans l'ombre d'une multitude de groupes punk militants américains plus ou moins connus, Gossip a connu son heure de gloire en 2006 avec leur troisième album Standing in the Way of Control. Fort de quelques tubes incroyables, d'une voix soul rare chez les groupes punk-rock et de prestations scéniques ultra-énergiques, Gossip est donc sorti du lot pour toucher un large public, porté par la charismatique Beth Ditto, obèse et homosexuelle largement revendiquée et bien dans sa peau.

Évidemment, ce succès ne pouvait qu'attirer curiosité et convoitises et le groupe s'est donc laissé emporter de leur label indépendant, PIAS en France, vers une grosse machine de ce qu'il faut appeler l'industrie du disque (n'ai-je pas déjà dit ce que je pensais de ce terme apposé vulgairement à l'art ?) à savoir Columbia.

Mais ce n'est pas le seul changement car l'extension budgétaire accordée au groupe pour conquérir le monde a visiblement permis (obligé ?) de lécher la production, auparavant plus punk et même parfois presque live, grâce à la participation de Rick Rubin. Il faut dire que le célèbre producteur, aux airs de gourou barbu et chevelu, est désormais directeur adjoint de Columbia avec, pour mission, de redresser la barre de la vénérable maison. Autant dire que c'est le moment de mettre le paquet et que l'heure est plutôt à produire du lourd (pas de jeu de mot) que de jouer aux découvreurs de talents.

C'est donc à un disque clairement plus vendeur ou en tout cas taillé pour l'être, auquel nous avons à faire avec Music For Men, quatrième disque du trio Gossip. On remarque rapidement deux choses à l'écoute de cet album. Tout d'abord, si la voix est toujours aussi présente et constitue la colonne vertébrale des chansons (sans la voix, on se retrouverait bien souvent avec des gimmicks répétitives bien peu engageants), on remarque que les autres instruments sont plus clairement mis en avant, presque à l'extrême et parfois, cela donne l'impression que la production a été faite pour que l'auditeur puisse identifier facilement chaque piste. Tout est propre, rien ne se monte dessus malgré la richesse de certains morceaux, un peu comme s'il s'agissait de premix de TV on the Radio pas encore passés à la moulinette de David Sitek ("Four lettre word").

L'autre chose que l'on ne peut éviter, c'est le côté ultra années 80 de l'ensemble. Effets disco, arrangements electro, mélodies... On est souvent bien loin du punk des débuts même si le "oi oi" qui entame "Spare me from the wolrd" rassure sauf... qu'il s'agit du dernier titre.

Au-delà de ces remarques, on se retrouve avec un album agréable, avec des basses qui claquent, une batterie qui sonne (dans les deux sens du terme) et une Beth Ditto à la voix toujours aussi puissante et sensuelle. On pardonnera alors au groupe de ne pas forcément être allé là où on l'attendait, c'est-à-dire vers un punk-rock plus radical au détriment d'un chemin plus commercial mais tout tracé vers le succès, avec ce qu'il faut de tubes pour plaire à un large public.

Ainsi "Heavy cross" et sa montée en puissance semble taillé pour relancer les milieux de concerts et "Love long distance" qui ressemble à un tube dance des années 80 interpreté par Skunk Anansie est parfait pour l'élection de miss camping cet été. "Pop goes the world" est sans doute pire avec ses sons electro écoeurants mais ce qui est vraiement affreux, c'est quu'on aura la faiblesse de trouver ce titre super efficace et réjouissant.

Néanmoins, ce disque reste de très haute volée et n'a pas son pareil dans la production actuelle ce qui le sauve et apporte aussi à l'auditeur son pesant de sensations rock qui manquent largement en ce moment. Espérons quand même que tous les albums de Columbia ne seront pas tous produits par le gourou Rubin, sinon le rock "indie", qui n'en a déjà plus que le nom, risque assez vite de rejoindre la variété qui, elle, ne l'a jamais été aussi peu variée.

Mais nous n'en sommes pas là et il y a encore largement de quoi s'agiter sur les rythmes de Gossip... Et surtout en live, le spectacle étant aussi, et parfois surtout, visuel.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Gossip parmi une sélection de singles (juillet 2007)
La chronique de l'album Standing in the way control de Gossip
Gossip en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Gossip en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Gossip en concert au Festival Le Rock Dans Tous ses Etats 2008
Gossip en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Gossip en concert au Festival Furia Sound 2009
Gossip en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Gossip en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Samedi
Gossip en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - dimanche
Gossip en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi & dimanche
Gossip en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Les Découvertes
Gossip en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Jeudi 4 juillet

En savoir plus :
Le site officiel de Gossip
Le Myspace de Gossip


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=