Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Papier Tigre - John & Jehn - Cold War Kids - Zone Libre VS Casey & Hamé - The Ting Tings - The Jim Jones Revue - Mix Master Mike & Rahzel - TV On The Radio - Gossip - The Night Marchers - Etienne de Crecy  (Angoulême, Ferme des Valettes)  samedi 18 juillet 2009

Deuxième et dernier jour de festival, avec un peu de retard Papier Tigre allume enfin les amplis de la grande scène. Le concert du trio nantais est très attendu… enfin par nous et quelques centaines de festivaliers au goût très sûr. Fidèle à leur indie-math-rock, Papier Tigre envoie lourd dès les premières notes. On n’en attendait pas moins d’eux. Avec deux guitares et une batterie précise et audacieuse, la puissance créative qui s’en dégage n’est pas sans rappeler celle de Fugazi, Shellac, 31 Knots ou encore Battles, particulièrement dans le jeu de guitare d’Arthur De La Grandière.

Le trio, n’ayant pourtant pas l’habitude de jouer dans si grand espace, ne faiblit pas et joue tendu jusqu’au bout. Avec ferveur, Eric Pasquereau entonne en fin de set le fameux titre-casse-tout "Restless Empire", issu de leur dernier album The Beginning And End Of Now. La foule, densifiée, applaudit chaudement et acquiesce du chapeau la prestation convaincante de ce groupe français à suivre absolument.

Direction la petite scène, aKa la scène de la Valette, pour découvrir ceux dont on parle, et particulièrement ici, puisque les deux expatriés londoniens John & Jehn, sont en fait angoumoisins (oui c’est moche, mais c’est bien ainsi qu’on qualifie les choses ou personnes relatives à Angoulême).

Gravement looké, le duo entame son set en formation guitare/claviers. La sauce prend tout de suite auprès d’un public acquis à leur cause. Pourtant, nous ne sommes pas complètement convaincus. Leur rock habituellement sombre, voluptueux et rugueux à la fois, perd de sa superbe au (non) profit d’un rock plus gadget (trop de claviers ?) et plus électro (trop de claviers) ? Heureusement, après quelques titres Jehn enfourche sa basse, rendant au groupe son style rock simple, noisy et efficace.

S’en suit le groupe blockbuster Cold War Kids.

Un des avantages des festivals, c’est de pouvoir découvrir à moindre frais de grosses formations mainstream qui n’attisent habituellement pas notre curiosité.

Bon, pas de bol, notre optimisme et notre bonne volonté ne sont pas récompensés cette fois-ci. Du gros rock américain taillé pour les stades, sans personnalité et sans âme.

Pire, les types font le boulot sans aucune conviction, puisqu’à part le chanteur qui fait à peu près bonne figure, le reste de l’équipe tire clairement la tronche. Bref, passons.

C’est avec une certaine curiosité et pour être franc, avec encore plus de scepticisme, que nous rejoignons la petite scène pour découvrir Zone Libre VS Casey & Hamé. Ce split-project n’inclut pourtant que des grands noms : Serge Teyssot-Gay (Noir Désir), Marc Sens (Yann Tiersen band), Cyril Bilbeaud (ex Sloy), et Casey & Hamé (La Rumeur).

Hamé ne sera pas présent ce soir, puisqu’hyper actif, le rappeur doit gérer en parallèle d’autres projets. C’est donc un autre artiste, B. James qui prend le micro aux côtés de la rageuse Casey.

Mais peu importe, car quelle claque ! Les riffs incisifs de Teyssot-Gay portent on ne plus justement le verbe acerbe des deux rappeurs. L’osmose est évidente, le mélange idéal et l’énergie communicative. On ne peut qu’être convaincu et touché par l’intelligence et la cohérence musicale de ce projet mélangeant rock et hip-hop rageur. Après une telle prestation, nous nous en voulons d’avoir eu tant de doutes quant au bien fondé de cette mixité musicale. Cons de préjugés, cons de nous…

Toujours dans l’exaltation de cette heureuse découverte, direction La Garden Stage pour les plus conventionnels The Ting Tings. Nous les avions découverts en live lors du dernier festival des Inrocks. Et on se souvient d’avoir été agréablement surpris par le duo. Qu’en sera-t-il ce soir ?

Après une petite introduction de la blonde chanteuse, nous expliquant que "son français est mwerdique" (le reste du discours, nous ne l’avons effectivement pas compris), le duo se lance dans ce qu’il sait faire de mieux : faire danser les foules. Leur pop-électro-rock tubesque jouée avec une joyeuse énergie, fait cette fois encore très bien le boulot. "Great DJ", "Shut Up And Let Me Go", "That’s Not My Name", un enchaînement de petites sucreries que la foule déguste avec plaisir. Extrêmement sympathiques, les Ting Ting sont toujours aussi agréables à voir et à entendre.

On continue notre route, mais cette fois-ci, on ne rigole plus. Au placard le bubble-gum rose saveur fraise-framboise. Place au Rock N’ Roll ! Le vrai, le poilu, le tatoué, celui qu’on qualifiait autrefois de musique du diable. Et pour ceux qui ne savent toujours pas pourquoi, The Jim Jones Revue se propose de donner une très bonne explication. Sexy, violent, transcendant, hypnotisant, transpirant, sale. Grrrrrrrr ! La bête est bel(le) et bien réveillée !

Autour, les gens sont dingues. Ils ne dansent pas, ils se secouent comme des possédés au son des guitares hurlantes, du piano fou, de la batterie féroce et de la voix écorchée du gourou Jim Jones. Le fantôme de Little Richard n’est pas loin, c’est d’ailleurs ce qu’on pourrait reprocher à la formation mais qu’importe ! Il n’est pas question de réfléchir pour le moment, mais bien de prendre du plaisir !

Retour sur terre, un peu brutal d’ailleurs, puisque les organisateurs annoncent officiellement l’annulation du concert de Santigold, la demoiselle ayant un gros mal de gorge. Pas que nous soyons ravagés par la déception, loin de là, mais il est vrai que nous étions curieux de découvrir le phénomène touche-à-tout anglais. C’est donc Mix Master Mike & Rahzel, normalement programmés bien plus tard dans la nuit, qui remplacent au pied levé la souffrante. Terrain totalement inconnu en ce qui nous concerne, puisque les deux messieurs sont DJ. Mix Master Mike, DJ officiel des Beasties Boys et Rahzel n’est autre que le Human Beat Box des Roots. Difficile pour nous de supporter les bootlegs et aux massacres musicaux (pitié, laissez "Killing In The Name" à Zach De La Rocha), nous nous dirigeons donc vers le stand des fouées aux rillettes de thon… sûrement bien meilleures performers.

Viennent ensuite ceux qu’on attend avec impatience. TV On The Radio. Les albums, comme les prestations live des new-yorkais, sont d’ores et déjà entrés dans l’histoire (David Bowie, lui-même, avait encensé leur indispensable premier album).

C’est dans une obscurité quasi absolue que Tunde Adembimpe, de sa voix de velours, lance le show. Merveilleuse fusion de free jazz, de post-rock, de psyché et de soul, TV On The Radio reste fidèle à son univers. Trop ? Peut-être.

Le set est irréprochable, pourtant nous sommes un peu moins enthousiastes qu’à l’accoutumé. Mais la réconciliation est totale, au moment de leur sublime "Staring At The Sun", interprété magistralement en conclusion de set.

Avant dernier concert rock du festival, Gossip entre en scène sous les hurlements de fans agglutinés. Beth Ditto, superbe dans sa robe moulante blanche à motifs, ne va encore pas s’économiser ce soir. Le set est on ne plus rodé, le groupe avance sur des rails c’est évident, mais en mettant ça de côté, il y a de quoi passer un bon moment.

Le public ne boude d’ailleurs pas son plaisir, que ce soit sur "Heavy Cross", ou sur l’indispensable "Standing In The Way Of Control". Comme d’habitude, la belle pulpeuse s’amuse à nous taquiner en reprenant quelques notes d’un titre culte. Cette fois-ci, ce sera "Psycho Killer" des Talking Heads. La dame a du goût.

Pour la deuxième fois du week-end, The Night Marchers remonte sur scène. Mix Master Mike & Rahzel ayant déjà accompli leur tâche en remplacement de Santigold, le groupe de San Diego se propose donc de jouer les redondants. Ni plus, ni moins que la veille, les garçons balancent sans temps mort leur garage-punk sans finesse ni réelles aspérités. Malgré tout, on savoure ces dernières notes d’énergie rock du week-end.

Le grand final du festival se fait donc, comme il se doit avec un artiste électro, Etienne de Crecy. Pour qu’une ultime fois, le public se défoule devant l’immense et désormais célèbre Rubik’s cube lumineux de l’artiste.

Voilà, c’est fini, comme dirait Jean-Louis. Cette quatrième édition de la Garden Nef Festival aura connu une nouvelle fois un très beau succès : 18 000 personnes sur deux jours. Pas suffisant pourtant, pour que le festival équilibre les comptes. On espère malgré tout que celui-ci pourra vivre longtemps, puisqu’il est, à tous points de vue, d’une rare qualité. Tant par les choix musicaux faits par les programmateurs (une sélection de petits groupes créatifs à découvrir, et des têtes d’affiches efficaces et cohérentes), que par sa responsabilité écologique. Et le lieu bien sûr ! La ferme des Valettes, au pied des remparts d’Angoulême. À croire que la nature avait spécialement dessiné le site pour y accueillir le festival !

Bref, vivement l’année prochaine et longue vie à la Garden Nef Party !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Cold War Kids parmi une sélection de singles (janvier 2007)
La chronique de l'album Robbers and cowards de Cold War Kids
La chronique de l'album Mine is yours de Cold War Kids
Cold War Kids en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (samedi)
Cold War Kids en concert au 106 (28 juin 2007)
Cold War Kids en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Cold War Kids en concert à L'Aeronef ( 25 mai 2009)
Cold War Kids en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Cold War Kids en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - vendredi
Cold War Kids en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Samedi
La chronique de l'album Faites vibrer la chair de Zone Libre
La chronique de l'album Les contes du chaos de Zone Libre vs Casey & B. James
Zone Libre en concert au Bataclan (26 mai 2007)
Zone Libre en concert au Festival GéNéRiQ 2009
Zone Libre en concert au Fil (28 mars 2009)
Zone Libre en concert au Festival Furia Sound 2009
Zone Libre en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - samedi
Zone Libre en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - samedi
Zone Libre en concert au Festival Beauregard #6 (édition 2014)
Zone Libre en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - samedi
Zone Libre en concert à La Maroquinerie (mercredi 2 décembre 2015)
Casey en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mardi 13)
Casey en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 30 juillet 2010)
Casey en concert au Festival Rocktambule 2010 (16ème édition)

La chronique de l'album Super Critical de The Ting Tings
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du dimanche - Wallis Bird - The Temper Trap - Success - The Black Angels
The Ting Tings en concert au Festival La Route du Rock 2008
The Ting Tings en concert au Festival International Benicàssim 2008
The Ting Tings en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
The Ting Tings en concert à Paléo Festival #34 (2009)
La chronique de l'album Burning Your House Down de The Jim Jones Revue
The Jim Jones Revue en concert au Festival Les Nuits de L'Alligator 2009
The Jim Jones Revue en concert au Festival Les Nuits de L'Alligator 2009 - 2ème
The Jim Jones Revue en concert au Festival Cool Soul #1 Paris 2011
The Jim Jones Revue en concert au Festival Cool Soul #1 Lille 2011
The Jim Jones Revue en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du samedi
The Jim Jones Revue en concert au Festival Rock en Seine 2011 (samedi 27 août 2011)
L'interview de The Jim Jones Revue (mardi 7 septembre 2010)
La chronique de l'album Desperate youth, blood thirsty babes de Tv on the radio
La chronique de l'album Return to Cookie Mountain de TV on the radio
La chronique de l'album Dear Science de TV on the radio
TV On The Radio en concert au Festival La Route du Rock 2004 (samedi)
TV On The Radio en concert à La Laiterie (6 août 2004)
TV On The Radio en concert à La Boule Noire (18 mai 2006)
TV On The Radio en concert au Festival La Route du Rock 2006 (samedi)
TV On The Radio en concert au Festival Les Inrocks 2006
TV On The Radio en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (dimanche)
TV On The Radio en concert au Festival Les Vieilles Charrues (vendredi)
TV On The Radio en concert à Paléo Festival #34 (2009)
TV On The Radio en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
La conférence de presse de Tv on the radio (août 2004)
Gossip parmi une sélection de singles (juillet 2007)
La chronique de l'album Standing in the way control de Gossip
La chronique de l'album Music for men de Gossip
Gossip en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Gossip en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Gossip en concert au Festival Le Rock Dans Tous ses Etats 2008
Gossip en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Gossip en concert au Festival Furia Sound 2009
Gossip en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Samedi
Gossip en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - dimanche
Gossip en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - samedi & dimanche
Gossip en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Les Découvertes
Gossip en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Jeudi 4 juillet
The Night Marchers en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Etienne de Crecy en concert au Festival Les Transmusicales 2007 (Vendredi)
Etienne de Crecy en concert au Festival de Beauregard #7 (édition 2015) - Vendredi
Etienne de Crecy en concert au Festival Beauregard #11 (édition 2019) - Vendredi 5 juillet

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Garden Nef Party 2009
Le Myspace du Festival Garden Nef Party 2009

Crédits photos : Stéphanie Rophille


Syx         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

K! Karina Duhamel (3 avril 2018)


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=