Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Izia - Stuck In The Sound - Joe Gideon & The Shark - Phoenix - Sleepy Sun - Ghinzu - Blood Red Shoes - Franz Ferdinand - The Night Marchers - Vitalic - Boss Hog  (Angoulême, Ferme des Valettes)  vendredi 17 juillet 2009

Qui n’a pas un jour fantasmé sur un festival en pleine nature, un sandwich au foie gras dans une main et un litron de rosé dans l’autre ? Vous en aviez rêvé ? La Nef l’a fait. En effet, depuis trois ans la mythique salle d’Angoulême organise sur le site de la ferme des Valettes un festival rock alliant programmation souvent irréprochable, restauration de qualité et démarche de développement durable.

Entre gobelets réutilisables, cendriers géants, toilettes à la sciure ou bidons destinés à faire du compost, la Garden Nef Party demeure un modèle du genre. Au point d’en faire le meilleur festival français à taille raisonnable – à égalité avec la Route du rock. Deux scènes face à un terrain en pente, une douzaine de groupes et une dizaine de milliers de personnes chaque soir.

Première invitée de cette édition 2009, la pluie qui jouera à cache-cache avec les festivaliers tout au long du week-end.

Histoire de lancer les hostilités en beauté, les organisateurs ont eu l’idée lumineuse de faire appel à la petite Izia.

Auréolée d’une filiation en béton armé – avec un paternel répondant au nom de Jacques Higelin, cette enfant de la balle aura tôt fait de faire oublier son jeune âge en assenant une bonne dose de gros rock gonflé à bloc.

Rien de franchement novateur au niveau des compositions : les boys abattent du riff au kilomètre pendant que la gamine gueule comme une possédée. Efficacité maximale garantie.

Papa a d’ailleurs dû veiller au grain pour le recrutement du backing band – d’où un décalage évident avec la chanteuse. Pourtant, malgré une balance effroyable, force est de constater que du haut de ses dix-huit ans, Izia impressionne et magnétise son auditoire. Usant de sa spontanéité comme de sa gouaille pour faire mouche.

Translation vers la grande scène pour Stuck In The Sound dont on ne peut que constater les progrès faits depuis leur Rock En Seine 2005.

Le quatuor parisien semble avoir gagné en maîtrise instrumentale et scénique ce qu’il a perdu en fraicheur. En effet, l’écriture tendue des débuts a laissé place à une approche plus travaillée, plus ambitieuse. Pour un résultat fort décevant, la majorité des nouveaux titres tournant désespérément à vide. Reste une prestation aussi sympathique qu’inoffensive, ponctuée de trop rares réussites ("Toyboy").

Pas mécontent donc de reprendre la direction de la scène Valette pour Joe Gideon & The Shark, reprenant la classique recette du duo masculin-féminin guitare-batterie.

Contrairement aux White Stripes, nos deux acolytes sont véritablement frère et sœur dans la vraie vie.

S’adonnant à un blues aussi minimaliste que poisseux – bien que très sage, le duo gratifiera les spectateurs d’une sympathique prestation, idéale en cette après-midi alors que le soleil pointe timidement le bout de son nez.

Pour avoir croisé leur route à de nombreuses reprises – au point de croire un temps à une malédiction, on savait que Phoenix s’apparentait à un groupe de bal pour midinettes. Pourtant, la sortie unanimement acclamée de leur nouvel opus – timidement intitulé Wolfgang Amadeus Phoenix – suggérait de faire table rase du passé.

Pour cette tournée estivale, le quatuor recevait le renfort de Rob, sorte de Sébastien Chabal adulte auteur de musiques pour somnambules. Du sacré beau linge. Dès les premiers morceaux, tout porte à croire que Thomas Mars et ses acolytes ont changé : décontractés du polo, plus communicant avec le public, moins pédant qu’à l’habitude. On se prend à croire un instant à un revirement historique. Sur scène, le groupe arrose – au pistolet à eau – sur le dernier album, réchauffe les tubes pop putassiers du premier. Une bien belle machine... Carrément bien huilée qui plus est. Du travail d’orfèvres. Rien ne dépasse. On mangerait par terre.

Et c’est bien là le drame des versaillais. Malgré des intentions certainement louables, Phoenix s’empêtre dans des compositions pop ambitieuses, aussi complexes qu’insipides. Totalement inexpressives.

Mais quel ingrédient peut bien manquer ? Très clairement la touche de génie : on n’accouche pas d’un Pacific Ocean Blue en en faisant son disque de chevet durant quinze ans. Phoenix demeure plus que jamais un groupe aussi besogneux qu’ennuyeux. En moins insupportable qu’avant toutefois. Et le désamour de continuer…

Découverts en plein cagnard dans le cadre improbable du parc Juan Miro en marge de Primavera, Sleepy Sun constituait sans conteste un des principaux highlights de cette première journée. Une véritable leçon de rock psychédélique moderne en prévision. Clairement, Sleepy Sun ne fait guère avancer le genre tant son style sonne comme un assemblage de diverses influences sans réelle synthèse personnelle : entre Comets On Fire et Brightblack Morning Light pour les plus jeunes, Big Brother & The Holding Company et Crazy Horse pour les ainés. Ou comment rabibocher stoners et hippies.

Pourtant l’intégrité, la radicalité dont font preuve ces jeunes californiens force le respect. Par ailleurs, la puissance scénique dégagée par le sextet, entre hurlements de guitares, grondements de batteries, vrombissements de basse s’avère stupéfiante. Tout comme ces passages calmes, libérés, secoués de percussions tribales, comme directement sorties du premier album de Santana. Voilà enfin lancée l’édition 2009 de la Garden Nef Party !

Etrange jeu de montagnes russes, auquel se sont livrés les programmateurs en ce premier jour… En effet, arrive ensuite Ghinzu, pour ce qui restera sans conteste comme le plus mauvais concert du week-end.

Rien à sauver… De la grandiloquente entrée sur le thème de Star Wars à la panoplie du parfait poseur des musiciens (lunettes et costumes noirs, clopes au bec…), le tout porté par un mauvais goût musical caractérisé, l’arrogant quintet belge ne recule devant rien. Un spectacle d’une telle médiocrité, une telle succession de clichés éculés prête à rire tout en agaçant copieusement. Espérons que la direction du festival ait eu la présence d’esprit de pisser dans leurs bières avant leur retour dans les loges pour laver un tel affront. Pitoyable.

Révélation de l’année 2008, Blood Red Shoes nous avait fait forte impression à l’ATP Breeders en mai dernier : une alchimie surprenante, de l’énergie à revendre, un batteur-chanteur plus stupéfiant encore que sa partenaire…

Malheureusement, tétanisés par l’enjeu, le duo britannique semblait ne pas avoir donné la pleine mesure de son talent. Dès son arrivée sur scène, Laura-Mary Carter décoche quelques riffs bien sentis, aussitôt soutenu par Steven Ansell derrière ses fûts. Ces deux là jouent les yeux fermés, à un rythme effréné, avec une complicité rarement observée.

Oubliés ce soir les gênantes ressemblances entre les titres ou les agaçants accents pop à la Brian Molko, leur prestation tutoiera les sommets, virant même carrément noisy en dernière partie de set pour notre plus grand plaisir.

L’heure de la revanche a sonné. En effet, autant dire qu’après cet Olympia en mars dernier où nos quatre écossais ont trouvé le moyen de foirer un concert de Franz Ferdinand, réparation était attendue de pied ferme. Fort heureusement, ce soir Franz Ferdinand fut à peu près intouchable ; sans pour autant atteindre les sommets d’un Rock En Seine 2005. Malgré un final toujours aussi raté sur "Lucid Dreams" et une moitié de nouveaux titres tout aussi dispensables.

Pour le reste, rien à redire durant les quatre vingt dix minutes de show : de l’entame survoltée sur "No You Girls", au trio magique "Matinee" - "Michael" - "Take Me Out" en passant par "Do You Want To" et "Ulysses", Franz Ferdinand déballe une impressionnante série de tubes. Confirmant son statut de poids lourd du rock actuel porté par un Alex Kapranos littéralement déchaîné, s’adonnant sans retenue à une pratique inattendue du français : "Vous kiffez ?", "Vous vous éclatez ?", "Vous êtes formidables !". Difficile de succéder à un tel ouragan.

C’est pourtant la tâche ingrate incombant à The Night Marchers. Lesquels s’en sortent honorablement l’espace de quelques chansons. Avant que leur rock-punk hyper speedé finisse par tourner sérieusement en rond. Pas désagréable dans l’absolu mais clairement épuisant sur la longueur.

Inutile ensuite de s’attarder devant l’infâme mascarade electro donnée par Vitalic devant un troupeau d’aficionados ayant manifestement subi une ablation partielle du cerveau pour supporter un tel spectacle.

Le français n’a pas encore mis un terme à ses bouffonneries que déjà, sur la scène Valette, Jon Spencer trépigne d’impatience. Installé devant ses amplis, peaufinant ses derniers réglages, il tentera en vain de convaincre ses compères d’attaquer avant la fin de l’autre concert. En digne gardien du temple rock’n’roll face à un tel déluge de décibels électronique.

Après quasiment dix ans d’absence, on attendait avec le retour de Boss Hog, celui de Cristiana Martinez. Vêtu d’un collant et d’une veste de fourrure, Cristiana magnétise autant qu’elle aguiche les derniers irréductibles par son jeu de scène des plus sensuels. Mais étrangement, en dépit d’un positionnement volontairement en retrait, ce diable de Jonathan réussit encore à tirer son épingle du jeu, finissant même par reléguer sa femme au second plan au bout de quelques titres.

Travailleur de fond, architecte du son Boss Hog, le guitariste de Blues Explosion irradie le public de son attitude rock’n roll innée comme de son atypique jeu de guitare. Bon point au niveau de la setlist : les nombreux inédits dévoilés devraient laissent présager la sortie d’un nouvel album. Chouette prestation dont on ne pourra que déplorer l’étrange positionnement ainsi que l’horaire trop tardif (2h30). Une journée certes longue à démarrer mais émaillée de franches réussites et d’excellentes surprises. Angoulême comme on l’aime.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Izia
Izia en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Izia en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mercredi 14)
Izia en concert au Fil (mercredi 29 février 2012)
Izia en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Samedi
Izia en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2015 - mercredi 29 avril
Izia en concert au Festival Artrock 2015
L'interview de Izia (30 avril 2009)
La chronique de l'album Shoegazing Kids de Stuck in the Sound
Stuck In The Sound parmi une sélection de singles (septembre 2011)
La chronique de l'album Pursuit de Stuck in the Sound
La chronique de l'album Billy Believe de Stuck in the Sound
Stuck In The Sound en concert au Café de la Plage (1er février 2005)
Stuck In The Sound en concert à La Maroquinerie (15 décembre 2005)
Stuck In The Sound en concert à Fête de la Musique 2007 (21 juin 2007)
Stuck In The Sound en concert au Bataclan (mai 2009)
Stuck In The Sound en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
Stuck In The Sound en concert à Main Square Festival 2012 - Programmation
Stuck In The Sound en concert à Main Square Festival 2012 - Vendredi
Stuck In The Sound en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi
Stuck In The Sound en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2012 - jeudi - 2ème
Stuck In The Sound en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du dimanche
Stuck In The Sound en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Marseille
Stuck In The Sound en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Samedi 29 septembre
L'interview de Stuck in the Sound (vendredi 22 mars 2019)
La chronique de l'album Lean that way forever de Ai Phoenix
La chronique de l'album The driver is dead de Ai phoenix
La chronique de l'album Phoenix de The Warlocks
La chronique de l'album I've been gone - Letter One de Ai Phoenix
La chronique de l'album It's never been like that de Phoenix
La chronique de l'album The lights shines almost all the way de Ai Phoenix
La chronique de l'album Wolfgang Amadeus Phoenix de Phoenix
La chronique de l'album I, Vigilante de Crippled Black Phoenix
La chronique de l'album Buffalo de The Phoenix Foundation
La chronique de l'album Ti Amo de Phoenix
Phoenix en concert au Festival La Route du Rock 2004 (samedi)
Phoenix en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (samedi)
Phoenix en concert à La Cigale (25 mai 2009)
Phoenix en concert à La Malterie (samedi 21 mai 2011)
Phoenix en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2013
Phoenix en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Samedi
Phoenix en concert au Festival Rock en Seine 2013 (samedi 24 août 2013)
Phoenix en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017)
Phoenix en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - samedi 8 juillet
Phoenix en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2017 - du 13 au 16 juillet 2017
Phoenix en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)
L'interview de Ai Phoenix (Avril 2003)
La conférence de presse de Phoenix (août 2004)
La chronique de l'album Blow de Ghinzu
La chronique de l'album Electronic jacuzzi de Ghinzu
La chronique de l'album Mirror Mirror de Ghinzu
Ghinzu en concert à La Boule Noire (13 septembre 2004)
Ghinzu en concert au Normandy (3 novembre 2004)
Ghinzu en concert à l'Elysée Montmartre (1er février 2005)
Ghinzu en concert à l'Antipode (1er avril 2005)
Ghinzu en concert au Festival Garorock 2005 (samedi)
Ghinzu en concert à l'Olympia (13 juin 2005)
Ghinzu en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005 (samedi)
Ghinzu en concert au Festival Solidays 2005 (vendredi)
Ghinzu en concert au Fil (8 avril 2009)
Ghinzu en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Ghinzu en concert au Festival Art Rock 2010
Ghinzu en concert au Festival de Beauregard #8 (édition 2016) - vendredi 1er juillet
Ghinzu en concert au Festival Rock en Seine 2016 - Dimanche 28 août
L'interview de Ghinzu (24 mars 2009)
La chronique de l'album Fire Like This de Blood Red Shoes
La chronique de l'album eponyme de Blood Red Shoes
Blood Red Shoes en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Blood Red Shoes en concert au Festival GéNéRiQ 2008 (28 février 2008)
Blood Red Shoes en concert au Festival Art Rock #25 (2008)
Blood Red Shoes en concert au Festival Musiques en Stock 2008
Blood Red Shoes en concert au Festival Le Rock Dans Tous ses Etats 2008
Blood Red Shoes en concert au Nouveau Casino (jeudi 15 avril 2010)
Blood Red Shoes en concert au Festival Pukkelpop 2010 (vendredi 20 août 2010)
Blood Red Shoes en concert au Festival Rock en Seine 2014
Blood Red Shoes en concert au Festival Rock en Seine 2014 (Dimanche 23 août 2014)
La chronique de l'album eponyme de Franz Ferdinand
La chronique de l'album You Could Have It So Much Better de Franz Ferdinand
Franz Ferdinand parmi une sélection de singles (juin 2006)
La chronique de l'album Tonight : de Franz Ferdinand
La chronique de l'album Always Ascending de Franz Ferdinand
Franz Ferdinand en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Franz Ferdinand en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
Franz Ferdinand en concert au Festival La Route du Rock 2006 (dimanche)
Franz Ferdinand en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Franz Ferdinand en concert à L'Aéronef (16 mars 2009)
Franz Ferdinand en concert à l'Olympia (17 mars 2009)
Franz Ferdinand en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Franz Ferdinand en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009) - 2ème
Franz Ferdinand en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Dimanche
Franz Ferdinand en concert au Festival Rock en Seine 2013 (vendredi 23 août 2013)
Franz Ferdinand en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #26 (édition 2014) - Samedi
Franz Ferdinand en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2014 - Vendredi
Franz Ferdinand en concert au Festival Cabaret Vert #13 (édition 2017) - Samedi 26 août
Franz Ferdinand en concert à Music Festival Reims La Magnifique Society #3 (édition 2019)
Franz Ferdinand en concert à Music Festival Reims La Magnifique Society #3 (édition 2019) Vendredi 14 juin
La vidéo de DVD par Franz Ferdinand
La conférence de presse de Franz Ferdinand (24 avril 2004)
The Night Marchers en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Vitalic parmi une sélection de singles (été 2006)
Vitalic en concert au Festival de Dour 2004 (jeudi)
Vitalic en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005
Vitalic en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005 (vendredi)
Vitalic en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Samedi)
Vitalic en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2008
Vitalic en concert au Festival Rock en Seine 2009 (vendredi 28 août 2009)
Vitalic en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Samedi
Vitalic en concert au Festival des Eurockéennes 2017 - Samedi 8 juillet
Vitalic en concert au Festival Nancy Jazz Pulsations #44 (édition 2017)
Vitalic en concert à RUSH Festival #4 (édition 2019)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Garden Nef Party 2009
Le Myspace du Festival Garden Nef Party 2009

Crédits photos : Stéphanie Rophille


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 août 2019 : Sur la Route du Rock

Nous voici en route pour Saint Malo et son inimitable Route du Rock que nous aimons tant. Pour le voyage on vous a sélectionné quelques disques et quelques bouquins pour préparer gentiment la rentrée. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

Nos valises sont prêtes, en route pour La Route du Rock
"Onda" de Jambinai
Rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society
et toujours :
"When I have tears" de The Murder Capital
Seun Kuti en interview au festival Terre du Son ou nous l'avons également vu en live avec Egypt 80
vendredi au Foreztival avec The Inspector Cluzo, Feu! Chaterton entres autres
samedi au Foreztival toujours avec Tiken Jah Fakoly, Goran Bregovic, Thérapie Taxi

Au théâtre :

des comédies avec des inoxydables à voir ou revoir tels :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Le Gros diamant du Prince Ludwig" au Palace
et des outsiders à découvrir :
"Jean-Louis XIV" au Théâtre des Béliers parisiens
"La Moustache" au Théâtre du Splendid
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Azzedine Alaïa - Une autre pensée nde la mode : la Collection Tati" à la Galerie Azzedine Alaïa

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon
et toujours :
"Le voleur d'eau" de Claire Hajaj
"Paix et guerre" de Ronan Farrow
"UK serial killers" de Emily Tibbatts

Froggeek's Delight :
"Old man's journey" sur PS4, PC, Mac, Xbox, Switch, iOS et Android

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=