Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival International Benicàssim #15 (2009)
Dent May & His Magnificent Ukulele - Calexico - TV on the Radio - White Lies - Giant Sand - The Psychedelic Furs - Friendly Fires - Lykke Li - Los Planetas - The Killers - Pete Doherty - Birdy Nam Nam - Laurent Garnier - "Rinôçérôse" - DJ Hell  (Benicàssim, province de Castellón)  dimanche 19 juillet 2009

18h30 : Ca commence bien avec l’Américain Dent May, folkeu adepte du ukulélé et des mélodies sixties langoureuses.

Il est entouré de musiciens agrémentant toutes les chansons de jolis chœurs et de guitares acoustiques ou électriques un tantinet surf. Les chemises hawaïennes, les Beach Boys et encore pas mal de cette imagerie semblent planer autour de ce concert simple et réussi.

L’enchaînement est pas mal trouvé puisque Calexico débute ensuite sur la scène Fiberfib. Suite à la tempête, cette scène est désormais dénuée de toile protectrice.

Le soleil, rasant une colline dénudée, cogne encore juste derrière le groupe et me transporte en Arizona ou au Nouveau-Mexique (bon OK, j’exagère un peu…).

Les quadras offrent un spectacle de bon aloi, forcément parfait techniquement, avec ses solos de trompette mariachi et ses envolées de slide guitare. Les morceaux mythiques comme "Crystal Frontier" ou "El picador" sont aussi de la fête.

Juste après eux, TV on the Radio secoue la scène Fiberfib. Beaucoup d’énergie dégagée, son excellent et musiciens parfaits. "Wolf like me" au mileu, "Staring at the sea" à la fin : les gros singles sont là.

Le chanteur, Tunde, donne tout ce qu’il a. Du haut niveau, donc, mais ce groupe ne m’a jamais suffisamment accroché pour que je rentre à fond dans leurs prestations.

Pendant ce temps, les White Lies jouaient sur la grande scène. Je n’ai donc pas pu voir ce que donne cette grosse machine anglaise new-wave. Ils sont suivis par les vieux anglais de The Psychedelic Furs ; leur bon vieux rock à papa avec saxo tendance new-wave (encore !) ne transcende pas la foule et le chanteur en fait des tonnes en arrivant à rester insipide. Je ne comprends pas ce qu’il peut y avoir d’intéressant à regarder ce live. Bon, on va dire que ce n’est pas pour moi ; à moins qu’il n’existe des groupes qui se reforment juste pour l’argent ?

Et à force d’essayer de tout voir, j’ai finalement loupé les potes de Calexico, Giant Sand (le groupe de Howe Gelb), sur la petite scène. Il y avait matière à entendre de la bonne country-folk plutôt que d’attendre un revival new-wave sur la grande scène.

23h : Heureusement, Friendly Fires fait danser la scène Fiberfib et moi-même par son rock électro sautillant. Ca groove grave mais je pars quelques instants vers la petite scène Fib Club pour voir ce qu’il s’y passe.

Et là, j’hallucine complètement sur Lykke Li, une espèce de petite blague blonde suédoise, qui s’énerve dans son micro en faisant plein de mouvements parasites et en tapant comme une sourde sur une cymbale plantée au milieu de la scène.

J’ai du mal à contenir une crise de rire tant j’ai l’impression de contempler une parodie de pop électronique fashion par les Inconnus ou Gad Elmaleh. Après l’avoir écoutée sur Deezer, je ne trouve pas ça plus intéressant mais il y avait quand même autre chose à faire sur scène. Mais forcément, dans l’ambiance du Fib, avec quelques fans aux premières loges, ça s’anime un chouille dans l’audience.

Peu après, un des groupes déprogrammés du vendredi qui est aussi un des groupes phare de la scène pop-rock espagnole, Los Planetas, fait un tabac sur la scène Fiberfib.

0h15 : Je ne vais pas voir The Killers. De toute façon, il y a assez de monde comme ça devant la grande scène. Et je n’ai pas envie de voir 30.000 Anglais s’agiter les bras en l’air sur ce genre de tubes paramétrés que je déteste.

Ca tombe bien, Pete Doherty va jouer sur la scène Fiberfib. Depuis plusieurs années maintenant, Monsieur est à l’heure, chante et joue bien ; c’est une nouvelle fois le cas ce soir. Apparemment, le groupe Babyshambles est bel et bien derrière lui. Des danseuses classiques viennent même parfois s’immiscer dans le show. Tous les tubes (hormis ceux des Libertines) fusent, de "I wish" au début, à "Fuck forever" à la fin, en passant par "Delivery". Inutile de décrire l’état hystérique des Anglais présents dans l’audience. Et il en reste tout de même beaucoup vu que les Killers n’attirent pas vraiment le même public.

Un peu plus tard, les quatre chefs frenchies de Birdy Nam Nam sont en charge de nous faire goûter du bon scratch sur son coulis de samples.

Techniquement, ils déchirent mais je suis de moins en moins convaincu par certains sons employés.

Quoi qu’il en soit, ils foutent le feu à la petite scène en transmettant grave leur ferveur au public. Je dansouille un peu bourré, surtout quand je reconnais des bouts de mon morceau fétiche "Trans Boulogne Express".

Dans le même temps, le festival a décidé de programmer deux autres Français : Les Montpelliérains électro-rock de "Rinôçérôse" sur la grande scène et le dieu vivant de la techno, Laurent Garnier, sur la scène Fiberfib. Il y a donc des groupes français sur toutes les scènes vers 3h du mat’. Bref, le coq français a encore frappé. Je ne comprends pas vraiment pourquoi "Rinôçérôse" était à pareille fête mais leurs tubes "Bitch" (divinement chanté en guest par Jessie du groupe Fancy) et "Cubicle" (plutôt connu pour être une musique de pub iPod) ont bien fonctionné devant une assemblée encore assez conséquente.

Laurent Garnier joue un live avec machines et musiciens (cuivres type saxo + piano Rhodes). On est ici plutôt dans la deep-house jazzy qui ne m’émeut guère. Garnier s’est malheureusement quelque peu Davidguettaïsé pour ce show, en lançant pas mal de "come on Benicassim !" ou trucs du genre pour relancer les cris du public. Pas hyper convaincant, mais la sauce prend quand même assez bien avec le public du Fib ; le final est pas mal avec le titre "The man with the red face" et sa montée lancinante. J’aurais tant voulu rester pour écouter Laurent Garnier mixer (il revient en DJ set à 5h du mat’ après DJ Hell) mais je suis trop claqué pour cette nuit.

Finalement, les Benicassim se suivent et commencent à se ressembler : on y découvre toujours quelques petites choses intéressantes, mais l’essentiel des groupes présents est marketé pour des spectateurs anglais ou espagnols, faisant que le Fib se ghettoïse de plus en plus. J’ajoute que cette année restera dans les annales du Fib comme étant l’année de la tempête maudite. Bref, je sens comme une étrange lassitude désormais chez moi…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Garden ruin de Calexico
La chronique de l'album Carried to dust de Calexico
La chronique de l'album Algiers de Calexico
Calexico en concert à l'Olympia (3 avril 2003)
Calexico en concert au Festival International de Benicassim 2003
Calexico en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Calexico en concert à La Flèche d'Or (16 février 2006)
Calexico en concert à La Maroquinerie (4 avril 2006)
Calexico en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (mercredi)
Calexico en concert au Festival La Route du Rock 2006 (vendredi)
Calexico en concert à La Cigale (mardi 14 octobre 2008)
Calexico en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Calexico en concert à L'Aéronef (dimanche 24 février 2013)
La vidéo de World Drifts In - Live at the Barbican London par Calexico
La chronique de l'album Desperate youth, blood thirsty babes de Tv on the radio
La chronique de l'album Return to Cookie Mountain de TV on the radio
La chronique de l'album Dear Science de TV on the radio
TV on the Radio en concert au Festival La Route du Rock 2004 (samedi)
TV on the Radio en concert à La Laiterie (6 août 2004)
TV on the Radio en concert à La Boule Noire (18 mai 2006)
TV on the Radio en concert au Festival La Route du Rock 2006 (samedi)
TV on the Radio en concert au Festival Les Inrocks 2006
TV on the Radio en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (dimanche)
TV on the Radio en concert au Festival Les Vieilles Charrues (vendredi)
TV on the Radio en concert à Paléo Festival #34 (2009)
TV on the Radio en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
La conférence de presse de Tv on the radio (août 2004)
La chronique de l'album To Lose my Life... de White Lies
La chronique de l'album White lies for dark times de Ben Harper and Relentless 7
La chronique de l'album Big TV de White Lies
White Lies en concert au Festival Pukkelpop 2010 (vendredi 20 août 2010)
La chronique de l'album Blurry Blue Mountain de Giant Sand
Giant Sand en concert au Festival La Route du Rock - Collection Hiver 2006
La chronique de l'album eponyme de Friendly Fires
Friendly Fires en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Friendly Fires en concert au Festival International de Benicàssim #17 (vendredi 15 juillet 2011)
La chronique de l'album I Never Learn de Lykke Li
Lykke Li en concert au Festival Rock en Seine 2011 (dimanche 28 août 2011)
Los Planetas en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
La chronique de l'album Hot Fuss de The Killers
La chronique de l'album Sam's town de The Killers
The Killers en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2009 (jeudi)
La chronique de l'album Grace/Wastelands de Pete Doherty
Pete Doherty en concert au Festival International de Benicassim 2006 (vendredi)
Pete Doherty en concert au Festival Art Rock 2010
Livres : Pete Doherty - Busty
Laurent Garnier en concert au Festival Les Nuits Secrètes
La chronique de l'album Schizophonia de rinôçérôse
Rinocerose en concert à La Boule Noire (7 décembre 2005)
L'interview de « rinôçérôse » (7 décembre 2005)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival International Benicàssim 2009
Le Myspace du Festival International Benicàssim 2009

Crédits photos : Spud


Spud         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=