Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival La Route du Rock 2009 (vendredi)
My Bloody Valentine - Tortoise - Deerhunter - A place to bury strangers  (Saint Malo - Saint Père (35))  14 août 2009

Conférence de presse – un peu – chaotique, américain mâchouillé et dégaine d’homme paillasson, Bradford Cox c’est Deerhunter, un groupe dont on n’a jamais vraiment su quoi penser. Encensé par Pitchfork dès leurs débuts, le – jeune – groupe joue ce soir en quasi ouverture de la scène du fort de St Père. Étonnamment, les premières chansons du set sont rageuses, tranchantes, portées par la taille 36 d’un leader qui flotte dans ses vêtements. Songwriting avisé, présence scénique plus que correcte, Deerhunter, ok, donne une bonne prestation, la foule éparse a de quoi savourer un peu de mélodie, avant l’arrivée de My Bloody Valentine... On en parle deux paragraphes plus loin.

Premières têtes d’affiches à poser les pieds sur la scène du Fort, Tortoise débute en fanfare avec les titres du dernier album en date, l’excellent Beacons of Ancestorship.

Fanfare, c’est le terme exact pour décrire le concert de Tortoise. Une lente montée de majorettes à moitié chauves sur un rythme tribal ; les premiers titres sont – logiquement – ceux du dernier album, et avouons-le clairement, ils s’écoutent de façon bien plus digeste que les plus vieux titres.

C’est du moins la première impression, en écoutant les Chicagoans. Tour à tour jazz smooth ou soft-rock, chaque titre s’habille de montées, de crashs, d’un peu de violence fulgurante. A l’aube de la nuit, Tortoise impressionne, par son jeu pur et instrumental, mais aussi pour les changements de rôle. Tour à tour batteurs, synthés, guitaristes, les musiciens de Tortoise s’amusent sans un mot, s’interchangent comme des robes ; bref, un beau défilé qui dure hélas un peu trop, jusqu’à ces 20 minutes de batucada prog’ où le rythme des deux batteries ressemble davantage à jam brésilien qu’à du Tortoise. Anyway, la basse de Doug Mc Combs fait vibrer les intestins, on oscille entre les rythmes de l’Afrique et le kraut neuronal, le tout se finit sur un titre historique de TNT (1998) et toute la foule semble y trouver son compte.

23h, l’heure du larsen, voilà la star attendue de la première journée, voirée du festival. Kevin Shields, My Bloody Valentine, pour leur unique concert en France cette année. Dire que l’attente est insoutenable, c’est encore en dessous de la réalité pour le groupe symbole des late 80’.

Vingt ans plus tard, Shields ressemble davantage à Bill Murray dans Lost in Translation qu’à un chanteur de rock. Dur à dire, mais Shields ne dit rien, en entrant sur la scène, devant ses enceintes de mur du son. Que dire d’autre ? Avalanche de guitares, 123dB au compteur, un Shields mécontent de ne pouvoir jouer plus fort, un public qui se bouche les oreilles, de gros problèmes de son qui polluent le mix, des dizaines de spectateurs qui fuient le concert, des centaines qui rappliquent...

My Bloody Valentine fait gicler le sang des enceintes, c’est indéniable. "C’est moins fort qu’en 1992" confie un fan. Tout de même assez pour couvrir le chant de Shields, un concert ressemblant davantage à une jam entre potes de Manchester qu’à un retour triomphal.

On voit d’ici les fans transis nous couvrir d’insultes (et c’est bien leur droit), mais My Bloody Valentine en 2009, c’est Airbus + Tsunami + Larsen. Extrêmement décevant, insoutenable de bout en bout. Sommes-nous trop vieux, trop jeunes, pour ce raz-de-marée ? Le set se termine par dix minutes d’apocalypse sonore, ce soir à St Malo, il ne fallait surtout pas être épileptique.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

le samedi

La chronique de l'album Défense raisonnée de My Bloody Valentine de My Bloody Valentine
My Bloody Valentine en concert au Zenith (9 juillet 2008)
My Bloody Valentine en concert au Festival International Benicàssim 2008
My Bloody Valentine en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
My Bloody Valentine en concert au Festival La Route du Rock 2009 (vendredi)
La chronique de l'album The Brave And The Bold de Tortoise and Bonnie Prince Billy
La chronique de l'album The Catastrophist de Tortoise
Tortoise en concert au Festival des Sons d'Hiver 2007 (16 février 2007)
L'interview de Tortoise (4 juin 2009)
La chronique de l'album Exploding Head de A Place to Bury Strangers
La chronique de l'album Transfixiation de A Place To Bury Strangers
A place to bury strangers en concert au Grand Mix (dimanche 22 novembre 2009)
A place to bury strangers en concert au Grand Mix (dimanche 22 novembre 2009) - 2ème
A place to bury strangers en concert au Festival Les Indisciplinées #8 (édition 2013) - 7 & 8 novembre
La chronique de l'album Microcastle de Deerhunter
La chronique de l'album Rainwater Cassette Exchange EP de Deerhunter
La chronique de l'album Halcyon Digest de Deerhunter
La chronique de l'album Monomania de Deerhunter
La chronique de l'album Why hasn't everything already disappeared ? de Deerhunter
Deerhunter en concert au Grand Mix (dimanche 10 avril 2011)
Deerhunter en concert au Trianon (mercredi 22 mai 2013)
La chronique de l'album Alight Of Night de Crystal Stilts

En savoir plus :
Le site officiel de My Bloody Valentine
Le Myspace de My Bloody Valentine
Le site officiel de A place to bury strangers
Le Myspace de A place to bury strangers
Le Myspace de Deerhunter
Le Myspace de Crystal Stilts
Le site officiel de Mark Kozelek
Le Myspace de Mark Kozelek

Crédits photos : Fred (Toute la série sur Taste of Indie)


Little Tom & Fred         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=