Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Marc Ducret
Le Sens de la Marche  (Illusions)  février 2009

D’emblée et dès le premier titre, on entre dans un autre monde. C’est un peu comme si l’on venait de tirer un rideau pour se laisser emmener dans un monde instable, un monde surprenant, inquiétant, angoissant aussi à l’image de toute avancée en terrain inconnu. Il suffit alors de se laisser porter par son imaginaire comme cette musique nous y invite si bien dans un foisonnement musical qui n’est pas sans nous rappeler Franck Zappa en partie, King Crimson (si l’on ose) et bien sûr Tim Berne puisqu’il y est ici question du chaos organisé, systématisé en théorie brutale et brillante. Mais les sources sont multiples et infinies.

La jungle de Marc Ducret est sauvage et urbaine et dans "Tapage" par exemple, on pourrait imaginer quelques rapprochements non moins osés avec la jungle Ellingtonienne ici revisitée dans une mégapole moderne. Terriblement bien construite la musique de Ducret est fourmillante et kaléidoscopique. Protéiforme. Jamais ne suit la ligne droite, mais se perd au contraire dans les méandres, tourne doucement ou brutalement, consomme l’art de la rupture sans modération. C’est à la fois fort et parfois violent, bouscule l’auditeur à qui elle parle autant à l’imaginaire qu’aux tripes. Le No Man’s land de Ducret est interlope. Il éveille la curiosité des sens, oblige à l’attention, provoque la surprise et l’attente ("Aquatique"). Par son art de la rupture, du revirement et son écriture toujours fluide et puissant, Marc Ducret parvient à nous captiver de bout en bout de cet album de plus d’une heure. Jusqu’à s’offrir un dernier titre de 26 minutes intitulé "Nouvelles nouvelles du front" en référence à l’album enregistré en 2004 (News from the front paru sur le label Winter and Winter).

Dans cet album Marc, Ducret n’est pas Marc Ducret tout en restant conforme à son esthétique musicale. Entendons par là que Marc Ducret est moins dans le jeu, dans l’expression de la guitare torturée que dans la conjonction des énergies, point de passage obligé des musiciens qu’il convoque. Marc Ducret en grand orchestrateur partageant l’espace et ne l’envahissant jamais. Il y a du collectif dans cette musique enregistrée en novembre 2007 au Delirium à Avignon, haut lieu baroque et décalé des arts vivants dans la cité des Papes, siège idéal de cette musique aussi riche que foisonnante. Et c’est là que Marc Ducret a réuni une troupe de jeunes musiciens qui viennent épauler la garde fidèle constituée par cette rythmique exceptionnelle Chevillon / Echampard (une sorte d’ONJ dont on aurait pu rêver si cela avait présenté un intérêt pour le guitariste).

Avec un remarquable sens du groupe chacun y apporte sa pierre essentielle qu’il s’agisse des grains de folie d’Antonin Rayon aux claviers (entendu aussi avec Alexandra Grimal) pointilliste déjanté ou de Mathieu Metzger (saxophoniste en vue dans le dernier album de Sclavis) qui apporte le tranchant de la lame affûtée et sauvage ou encore Yann Lecollaire auteur d’un chorus inspiré à la clarinette. Mais c’est en réalité chaque musicien qui contribue à cet écheveau et prend sa place essentielle dans cette construction formidablement savante. On entre dans cette musique comme dans une sorte de labyrinthe dans lequel on se perdrait s’il ne nous montrait, avec brio la marche à suivre. Sauf qu’au lieu de chercher la sortie on aimerait s’y perdre encore longtemps.

Chronique originale publiée dans
Les Dernières Nouvelles du Jazz

 

En savoir plus :
Le site officiel de Marc Ducret


Jean-Marc Gelin         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=