Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tête d'or
Théâtre du Nord-Ouest  (Paris)  mars 2004

Pièce de Paul Claudel, mise en scène d'Yvan Garouel avec Anatole de Bodinat, Pascal Guignard, Laurent Benoit, Isabel de Francesco, Antoine Tomé, Gérard Zimmer et Julien Menici

Le théâtre du Nord Ouest dimanche 20h15. Dans le hall, règne une joyeuse anarchie. Les futurs spectateurs tournent en rond et croisent des comédiens en tenue de mousquetaires qui mangent des tartelettes aux pommes avant de s’engouffrer dans des passages qui ne présentent aucune des caractéristiques habituelles des accès aux salles de spectacle. Un monsieur au visage d’apôtre(*), la tête auréolée de cheveux blancs, à la voix douce, gère tout ce petit monde, oriente, renseigne et vend les billets.

A partir de ce moment, le futur spectateur que je suis se dit "Dans quelle galère suis-je ?". Parce que de surcroît, je suis venue pour une représentation de Tête d’or de Claudel, 2h45 sans entracte. Et je suis venue de mon plein gré alors qu’il me reste un souvenir épouvantable de cet auteur suite à une représentation mémorable de "L’échange" au terme de laquelle je n’avais strictement rien compris et qui avait relégué Claudel au rang des auteurs hermétiques réservés aux khâgneux et moi à celui des demeurés pour lesquels même les mots ordinaires devenaient dépourvus de sens.

De plus, je suis bien prévenue de ce que l’accès à la salle a lieu par la scène et empêche toute retraite vers la sortie pendant la représentation, d’où d’intenses interrogations quant à ma propension à l’autoflagellation avant d’en franchir le seuil ou plus exactement de descendre l’escalier.

Enfin, au pied de l’escalier, il faut traverser la scène immense qui n’est séparée que d’une petite marche de la salle qui est …minuscule et où, ce soir-là, sont assis une petite dizaine de personnes. Le spectateur est inévitablement sous le nez des acteurs d’où l’impossibilité de se réfugier au fond de la salle, derrière une carrure imposante ou dans un assoupissement salvateur.

Alors pensez-vous sans doute que tous ces préambules et digressions n’ont d’autre finalité que de remplir la page et de retarder le moment fatidique d’en venir à l’essentiel et d’avouer que par un fâcheux "bis repetita" Claudel n’est décidément pas à la portée du premier venu.

Et bien non, il ne s’agit que de préciser que l’on ne vient pas dans cette salle par hasard. Qu’il vous faut absolument y aller. Que vous ne pouvez pas et ne devez pas rater ce Tête d’or !

Tragédie antique, épopée lyrique, quête mystique, le texte de Claudel est violent, furieux, tel un hymne aux forces obscures et païennes de la Nature créatrice, aux dimensions mystiques, chrétiennes et romantiques.

Chaque personnage, comme tout être humain, se retrouve face à son destin, qu’il soit modeste ou grandiose, mais toujours inéluctable, qu’il soit tissé par les dieux, le Ciel ou les forces de la Nature universelle. Parfois, se proposent des choix et il leur appartient alors de se déterminer.

Face aux hommes, simples fétus de paille soumis à une volonté qui les dépasse, effrayés par l’avenir qui leur est inconnu, terrés dans le présent, dans l’ignorance et l’absence de foi en eux-mêmes, paraît Simon Agnel, surnommé Tête d'Or, conquérant assoiffé de gloire et d’absolu, qui entame une marche inexorable et triomphante à l’assaut du pouvoir établi pour éclairer, par la force aveugle et meurtrière du tyran, les peuples asservis et les délivrer du jougs de la monarchie de droit divin.

Yvan Garouel relève avec brio le défi qu’est la mise en scène de ce texte : un très remarquable travail d'adaptation en ne gardant que l'essentiel du texte, en rendant indolores les coupures, permettant à la fois de comprendre de quelle pâte humaine sont fait les personnages autour desquels se noue l'intrigue du destin, et de réfléchir sur la condition humaine, doublé d'une mise en scène qui leur donne une vraie humanité et nous narre une véritable épopée compréhensible et réaliste.

Un travail exemplaire servi par une interprétation remarquable au premier rang de laquelle Anatole de Bodinat, dont la puissance, la sensibilité et le charisme donnent de Tête d'Or une sublime incarnation.

 

(*) Ce monsieur, c’est Jean Luc Jeener, le directeur du théâtre du nord-Ouest

 

A lire sur Froggy's delight :
L'interview autour de Tête d'Or d'Yvan Garouel et Anatole de Bodinat


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 21 mai 2017 : Black Hole Sun

Cette semaine nous avons appris le départ prématuré de Chris Cornell, qui ne se souvient pas de ce célèbre titre, "Black Hole Sun". Paix à son âme et à nos jeunes années.
Quoi qu'il en soit le beau temps est enfin là. Soleil, festivals, largement de quoi contenter votre soif de cultures et de loisirs. Pour vous aider, voici notre petite sélection hebdomadaire, de la musique au jeu vidéo en passant par le théâtre, la littérature et le cinéma. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Life is cheap, death is free" de Nadia Tehran
"Tigreville" de Pierre Lebas
"Libre voyage dans les musiques des Balkans" de Quintet Bumbac
"Volcan" de Volin
"Hedonism" de Cakes Da Killa
"A l'ombre du coeur" de Contrebrassens
"Dirt buzz" de Dallas Frasca
"Fast forward" de Federico Casagrande
"Growing old" de Grand March
"A close land and people" de Julien Vinçonneau Quartet
Xiu Xiu, Le Prince Harry et Delacave à Petit Bain
Concert de Erik Arnaud à Petit Bain en intégrale
Bientôt, la deuxième édition du Download Festival
et toujours :
"Rock'n'Roll consciousness" de Thurston Moore, "Slowdive" de Slowdive. Retrouvez également Neil Halstead de Slowdive en interview, "Empire of nights" de BLVL, Jorge P, EP chez Microcultures, "Animal" de Nirman, "Someone is missing" de Payne, "Sympathetic magic" de Peter Von Poehl, "Pinky pinky EP" de Pinky Pinky, "Let me be gone" de Slow Joe & The Ginger Accident, "Take off" de Théo Cormier

Au théâtre :

"Le froid augmente avec la clarté" au Théâtre de la Colline
"Le Songe d'une nuit d'été" à la Manufacture des Oeillets à Ivry
"Il Bugiardo" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Les Flottants" au Théâtre Le Lucernaire
"Français, encore un effort si vous voulez être républicains" à la Manufacture des Oeillets à Ivry
"Les Célèbres Amours de Nohant" au Théâtre Le Ranelagh
"La guerre au temps de l'amour" au 100ECS
"L'Ombre de Stella" au Théâtre du Rond-Point
"Ajax" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
et la chronique des autres spectacles de mai

Exposition avec :

"Grand Trouble"à la Halle Saint Pierre

Cinéma :

Ciné en bref avec :
"De toutes mes forces" de Chad Chenouga
"Les fantômes d'Ismaël" de Arnaud Desplechin
"Get Out" de Jordan Peele
"Alien : Covenant" de Ridley Scott
Oldies but Goodies avec "Pluie de juillet" de Marlen Khoutsiev dans le cadre de sa rétrospective à la Cinémathèque française
les chroniques des autres sorties de mai
et les chroniques des sorties d'avril

Lecture avec :

"J'ai choisi d'être libre" de Henda Ayari
"La fille du fossoyeur" de Joyce Carol Oates
"La vie sexuelle des soeurs siamoises" de Irvine Welsh
et toujours :
"La vie de Norman" de Stan Silas
"Little girl gone" de Alexandra Burt
"Minuit en mon silence" de Pierre Cendors

Froggeek's Delight :

3 mois avec la Nintendo Switch
"101 jeux Amiga" de David Taddei

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=