Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival La Route du Rock 2009 (samedi)
Peaches - The Kills - Four Tet - Camera Obscura - St Vincent - Papercuts  (Saint Malo - Saint Père (35))  15 août 2009

Les oreilles des festivaliers se remettent à peine des déluges sonores qu'elles ont dû supporter la veille qu'il faut déjà remettre le couvert avec, sur le thème du bruit et de la mélodie, une merveilleuse conférence du musicologue averti et amoureux de la route du rock, Christophe Brault.

L'expert en musiques actuelles nous retrace en version sonore et illustrée l'histoire du bruit dans la musique et retrace par là même tous les amours du festivalier malouin du Velvet aux Fuck Buttons en passant par les Boo Radleys. Une leçon magistrale mise en application quelques minutes plus tard avec The Present. Trop expérimental pour de nombreux spectateurs qui se précipiteront aux portes, le concert du combo de Rusty Santos gagnait à être savouré en longueur pour bien profiter des moments bruitistes déjantés mêlés à des mélodies quasi-pop avec des voix éthérées du plus bel effet. Du bruit encore du bruit mais cette fois, on entend les voix...

Au Fort Saint-Père, après le déluge sonore de la veille, la soirée du samedi soir semble, à l’heure du coucher du soleil, plus tranquille. Ou mélodique diront certains. Si l’on devait caricaturer le samedi, c’est la journée des femmes : St. Vincent, Peaches, The Kills, Camera Obscura...

Mais détrompez-vous, à l’exception peut-être du dernier groupe, les particules électriques volent dans l’air maritime. Et tout débute avec St Vincent, l’américaine est venue seule, alors qu’on l’espérait accompagnée de son backing-band. Crise économique, réduction des coûts ? Bleue et rouge, dans la tenue, Annie Clark impressionne, même isolée, à la guitare pour présenter les compositions de Actor out of work, son deuxième album. Entre ballades acoustiques et dérives énervées, Annie n’aime pas que les sucettes, c’est d’autant plus palpable sur l’incroyable reprise de "I dig a poney des Beatles", tout en guitare, névrotique, tout simplement génial, comme si Clark se prenait des décharges électriques, à intervalles réguliers, dans l’arrière-train.. La foule est éparse, vu l’heure, mais le concert de St Vincent d’ouverture laisse présager d’une belle soirée sous le signe de la popsong pas gnangnan.

Les répétitions du matin avaient promis beaucoup d’espoir, notamment la reprise smooth de "I put a spell on you", et lorsque The Kills entre en scène à 23h20, VV et Hotel déclenchent immédiatement l’hystérie du public.

Clairement annoncés comme la tête d’affiche de la soirée, le duo c’est tout d’abord un son, une esthétique, une sensualité borderline. Puis un set qui compile le meilleur des trois albums, piochant autant dans le chef d’œuvre (No wow) que dans le dernier album (Midnight Boom). Moins métalliques (dans le son de guitare) que sur la précédente tournée, The Kills louche tranquillement vers un rock plus apaisé, digéré, parcouru de soubresauts épileptiques. Quelques problèmes de sono plus loin, la tension se perd, le sentiment de danger se dilue comme un glaçon sur la plage. Dommage. Reste quand même un vrai et grand moment, où comment arriver à tenir une foule en haleine avec une seule boite à rythme et deux cœurs qui battent. Final – logique – sur la reprise de Screamin’ Jay Hawkins, pas forcément la meilleure prestation de The Kills, on attend le prochain album très rapidement.

Unique conférence de presse de la journée, et donc très attendue, la canadienne Peaches débarque sous la tente à 22h30, sous le regard globuleux d’une presse un peu atone. Sont-ils là pour prendre des photos, sont-ils là pour voir le phénomène de foire à paillettes qu’est devenue la berlinoise d’adoption ou tout simplement pour discuter du nouvel album I feel cream ?

En écoutant les premières questions-réponses, on serait tenté de dire que les clichés sont de rigueur : questions sur la provocation, sur le féminisme, débat stérile sur "plutôt électro ou plutôt rock", Peaches répond du tacotac, toujours juste, toujours droite dans ses bottes (à paillettes). A la question "avez-vous des cadeaux, des bonus, des fiches cuisine ou un guide pour faire ses vêtements soi-même, lorsqu’on n’a plus d’argent pour s’acheter un album après avoir acheté sa place pour un festival ?", Peaches répond tout en branle "non, mais je connais un guide pour te foutre un tampon dans le cul". Hilarité, malaise. "Et vu ton poids, tu pourras au moins en mettre deux". Et tac, pour le journaliste de Rue 89 ! La conférence de presse se finit tant bien que mal sur l’importance des interviews lorsqu’on est popstar, du nouvel album plus aventureux… Une conférence de presse classique et sans aucun intérêt. "Why don’t you talk to me", le nouveau single de Peaches, se trouve fort à propos.

Deux heures plus tard, la belle quarantenaire entre en scène, déguisée en poule (de luxure ?) et c’est tout de suite l’envolée du public, porté par les rythmes discoïdes (kraftwerkien ?) de la canadienne. Groupe à cheval entre Kiss et LCD Soundsystem, autant de paillettes que de rimmel, tout le monde s’en prend plein les yeux. Après un long bain de foule héroïque que n’aurait pas renié Iggy Pop, le show atteint son apogée sur la fin du set, avec le super single "Why don’t you talk to me", qui finit de convaincre. Au sortir de cette deuxième soirée, Peaches est pour l’instant la grande gagnante, sorte de Rocky Balboa en soutien-gorge.

Fin de soirée, lente descente, on se pose vingt minutes sur le set synthétique de Four Tet, seul au laptop pour lancer ses prods’ pleines de beat. La foule réagit lentement (fatiguée ?), quelques problèmes de son entravent les préliminaires, c’est peut-être le moment pour s’éclipser… jusqu’à demain ?

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

le vendredi

La chronique de l'album Unreleased Cutz + live Jamz 1994 de Moldy Peaches
La chronique de l'album Impeach my bush de Peaches
Peaches en concert au Festival La Route du Rock 2004 (samedi)
Peaches en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Peaches en concert au Festival La Route du Rock 2009 (samedi)
La conférence de presse de Peaches (août 2004)
Four Tet en concert au Festival International de Benicassim 2005 (vendredi)
Four Tet en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Four Tet en concert au Festival International de Benicàssim #16 (samedi 17 juillet 2010)
Four Tet en concert au Festival Villette Sonique # (édition 2014) - jeudi 5 juin
La chronique de l'album Keep on your mean side de The Kills
La chronique de l'album No wow de The Kills
La chronique de l'album Midnight Boom ! de The Kills
La chronique de l'album Blood Pressures de The Kills
La chronique de l'album Ash & Ice de The Kills
The Kills en concert à La Cigale (7 juin 2003)
The Kills en concert au Festival Les Inrockuptibles 2003
The Kills en concert au Festival La Route du Rock 2004 (vendredi)
The Kills en concert à La Cigale (3 juin 2005)
The Kills en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005
The Kills en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005 (vendredi)
The Kills en concert au Festival des Vieilles Charrues 2005 (samedi)
The Kills en concert à la Salle des Fêtes de Ramonville (30 mai 2005)
The Kills en concert au Festival International Benicàssim 2008
The Kills en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
The Kills en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du vendredi
The Kills en concert au Festival La Route du Rock #21 (samedi 13 août 2011)
The Kills en concert au Festival Rock en Seine 2011 (vendredi 26 août 2011)
The Kills en concert au Festival Solidays #14 (édition 2012) - vendredi
The Kills en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Vendredi
The Kills en concert au Festival Beauregard #8 (édition 2016) - samedi 2 juillet
The Kills en concert au Festival Cabaret Vert #13 (édition 2017) - Vendredi 25 août
La conférence de presse de The Kills (août 2004)
La chronique de l'album Parallel Universe Blues de Papercuts

En savoir plus :
Le site officiel des Peaches
Le Myspace des Peaches
Le site officiel de Four Tet
Le Myspace de Four Tet
Le site officiel de The Kills
Le Myspace de The Kills
Le site officiel de St Vincent
Le Myspace de St Vincent
Le Myspace de Papercuts
Le Myspace de Forest Fire

Crédits photos : Fred (Toute la série sur Taste of Indie)


Little Tom & Fred         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=