Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival La Route du Rock 2009
19ème édition  (Saint-Malo)  14, 15 et 16 août 2009

La route du Rock n'a, cette fois encore, pas failli à sa réputation : un festival qui maintient cohérence et exigence depuis près de vingt ans. Nous ne saurons pas pourquoi France Inter a déserté les côtes malouines pour cette édition, et nous nous interrogeons encore si Arte diffusera quelques uns des concerts dans son intégralité. Petite consolation pour les absents qui entendront (parce qu'ils peuvent encore entendre) longtemps parlé de la prestation inouie du plus punk des groupes noisy : les vétérans de My Bloody Valentine. Sans contestation, évènement majeur du festival.

Saint Malo, La Route du Rock : une affiche rose pour évoquer Loveless du groupe phare de cette édition. Une cassette et deux os sur fond noir pour composer un drapeau de pirates. Et notre esprit à dériver sur ce symbole de dissidence. Pirates comme ces aventuriers de la mer, ces "sombres héros de l'amer" devrais-je dire comme le chantait Noir Désir, un des groupes rock français, souvenez-vous. Cette saison seul Dominique A figure au programme pour porter haut les couleurs françaises. Il confiera à Paplar, journal du festival, qu'il imagine bien Holden au programme de la Route du Rock.

Pirate encore, comme ce bateau qui longeait les côtes britanniques et diffusait du rock au nez et à la barbe ds autorités politiques. Précurseur des radios libres. Des os comme des baguettes de batterie et une cassette comme une bouteille jetée à la mer. Ces bouteilles où se lisent des années après, des messages d'appel à l'aide, des témoignages désespérés. "I send an SOS to the world, I hope that someone get my... message in a bottle" pour citer Police. Cassette d'il y a une vingtaine d'années, nouveau Valentine confectionné pour ceux que nous aimions. La Route du rock, on peut le dire, s'est construite sur ces enregistrements pirate, des émissions de Bernard Lenoir du France Inter notamment (tiens j'y pense, encore du Noir !).

Alors aujourd'hui Myspace et Hadopi : les deux versants de la création vivante. Distribution gratuite et répression du piratage. Une industrie du disque qui perd la tête. Que la Route du Rock ne finisse pas en cul de sac pour autant.

En 2008, le président de Rock Tympans et organisateur de l'évènement, François Floret lançait un signal d'alarme : le festival est en faillite, le bateau coule. Ainsi mobilisa-t-il les fans, les enfants (de la Route) du Rock et demanda une participation financière aussi symbolique soit-elle histoire d'écoper le déficit. Et ça marche, le moteur remet les gaz. Cette année, il confiait à Ouest France qu'il avait reçu un don de 6000 euros : une somme ! Le vent dans les voiles, l'aventure continue. D'autant qu'il y a deux éditions par an : l'hiver en février et le week-end du 15 août.

Les artistes savent aussi s’en souvenir, ils viennent et reviennent, sur une petite scène, puis une plus grande et enfin, consécration, la scène du Fort. Pas ingrats, les Grizzly Bear se rappellent qu’ils étaient venus il y a trois ans, que c’était à peu près leur premier concert en France. Ils sont de retour.

Cette année, le festival a coûté 1 300 000 euros, petit budget comparé aux Vieilles Charrues, autre grand évènement breton. Mais attention, la qualité n’est pas au rabais.
Passons maintenant à cette programmation, embarquons dans la navette de la Route du Rock qui fait escale au droit du Palais du Grand Large (Casino Barrière) qui accueille également les artistes de la journée.

On the Road, en version originale tellement le public est pour moitié britannique. Ils le disent eux-mêmes, la Route du Rock est plus agréable que les grosses machines Reading/Glastonbury d’une part plus chères (et de beaucoup), et inquiétantes par ses débordements, ces naufrages dans l’alcool qui accompagnent désormais beaucoup trop les festivals. A Saint-Malo, on sait (Loïc) Raison garder. A l’exception de ce groupe de jeunes un peu "avancés" qui hurlaient dans la navette "le coup de boule c’est la spécialité brestoise, quand tu cherches des pouilles, quand tu cherches des noises", bon c’est à peu près les paroles. Avec des relents à la Miossec (Brest of, rappelez-vous). Depuis, on l’a un peu perdu de vue, il se serait égaré gare Montparnasse.

Ah, cette navette que l’on attend déprimé pendant quelques minutes jusqu’à ce qu’un Brestois sympathique, (ça compense), nous conduise après maints détours à bon Fort (merci Armel !). Et ces vieux messieurs (toujours dans les navettes), conciliants qui reconduisent les popeux ensommeillés, au bercail, la fête terminée. Sur la Route du Rock, les bénévoles sont d’une générosité et une patience à toute épreuve.

 

En savoir plus :
Le site officiel du festival La Route du Rock
Le Myspace du festival La Route du Rock


Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=