Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Passion Pit
Studio 104  (Plaine Saint-Denis)  27 août 2009

Enregistrement de l'Album de la Semaine de Canal +, l'occasion de savoir, dans toujours d'excellentes conditions de son et une vraie proximité, ce que valent les Passion Pit sur scène.

Les cinq geeks de Boston sont déjà venus en France au Nouveau Casino en mars dernier pour un concert qui, semble-t-il, avait été court, un peu brouillon mais joyeusement foutoir et dansant.

Or depuis quelques mois, avec la sortie du premier album sur le label Columbia, le groupe semble être devenu un bon espoir de l'industrie du disque, et les Public Relations font bien leur boulot. Résultat des courses, à longueur d'articles, on les compare à MGMT. Le NME et les Inrocks en font la hype du moment. Et pour un groupe débutant, présence aux Eurockéennes de Belfort, à Glastonbury, au Festival de Montreux, à Rock en Seine, ouverture pour les Killers à Hyde Park, bientôt à la même affiche que La Roux dans le cadre du festival Inrocks, et passages radio en boucle pour le single "The Reeling".

"The Reeling", avec ses côtés à la Giorgio Moroder, électro disco à voix haut-perchée, est sûrement d'un format plus facile pour les programmateurs que "Sleepyhead", plus tordu, extrait du premier ep "Chunk of Change" sorti il y a tout juste un an.

En 2008, c'était le groupe Black Kids, qui suivait cette trajectoire programmée vers la gloire, et l'essai, par manque de maturité musicale scénique entre autre chose, n'avait pas été transformé.

Mais comme Stéphane Saunier, le Directeur Musical de Canal+, à l'instar d'un Bernard Lenoir, sait osciller avec élégance et raison entre la mode et ses coups de cœur, et surtout qu'il aime la musique live, c'est avec un a priori positif qu'on attend l'entrée des Passion Pit sur la scène pour ce concert en petit comité.

Pour la télévision française, les barbes ont été coupées, mais les lunettes à montures en écaille sont fièrement arborées. Ainsi que les chemises à carreaux dont les manches sont négligemment remontées. Certes les cinq de Boston ne sont pas très sexy, mais ils ont des bonnes têtes.

Question musique, dès les deux premiers morceaux, déception ! Sur "To Kingdom Come" et "I've Got Your Number", le son de façade est bien gros et puissant, mais la voix mal chauffée se perd parfois. Le chanteur, Michael Angelakos, a du mal à en moduler le volume, et tient le micro à une distance qui, par moment, ne permet plus de l'entendre. On en vient à se demander ce que donnerait ce concert sans des ingénieurs du son et du matériel vraiment à la hauteur, l'ampleur du son masquant certaines faiblesses lors de l'exécution.

Le groupe semble s'être enfin chauffé, ils entament "Little Secret" et "Sleepyhead". L'ambiance commence à prendre. Leur manager rentre sur scène, il faut rejouer "To Kingdom Come". Le groupe semble plus concentré, la version est plus efficace, mais la voix à nouveau ne colle pas. Ils enchaînent avec le single "The Reeling", là rien à redire. Le manager revient, il leur faut refaire "I've Got Your Number", la première prise n'était pas satisfaisante, la seconde version s'avère largement plus puissante et entraînante. En fin de show, "Seaweed Song", qui aurait dû être interprété à l'orgue Wurlitzer par Michaël en solo, le sera dans sa version normale par l'ensemble du groupe, sûrement pour des raisons de timing.

Le groupe salue, sous des applaudissements obtenus par un chauffeur de salle qui a mérité son salaire ce soir-là. Flottement... Rappel, pas rappel ?...

L'organisation annonce que le groupe revient. En guise de rappel, une troisième fois "To Kingdom Come". A l'issue de cette chanson, entamée par un faux départ, le chanteur, pour la première fois s'adresse au public pour nous remercier d'avoir été patient. Pour l'échange avec le public, même pas le minimum syndical.

En sortant du studio d'enregistrement les commentaires étaient : "il est vraiment perdu sans son manager. En plus, comme on le dit d'un acteur, on a l'impression qu'il ne sait pas quoi faire de ses mains. Et je ne supporte pas sa voix à la Mika" (Benoît), "C'est un mélange intéressant de gimmicks de jeux vidéo, de sons années 80, avec une voix à la Led Zep, et la coupe de cheveux de Marc Bolan" (Pascale), "Ca m'a fait penser à Calvin Harris en - beaucoup - moins bien" (Brice), "Il y a des accords à la Jackson 5. Ca rappelle Calvin Harris, mais sans le professionnalisme" (Sofia).

Le problème semble en effet résider dans un manque de maturité scénique, le groupe n'ayant pas eu à user ses fonds de culottes en velours sur les scènes locales et les petits circuits, avant qu'on leur déroule le tapis rouge. Malgré de bonnes individualités en son sein, et du potentiel sur disque, il s'avère que Passion Pit n'a pas d'épaisseur quand il est face à un public.

Conclusion, le rendu à l'écran sera peut-être bon, mais demain j'irai voir Amy McDonald sur la grande scène à Rock en Seine, pendant que Passion Pit jouera sur la scène de l'Industrie. De plus, j'hésite aujourd'hui à aller voir La Roux au festival Inrocks puisqu'ils en partagent la même affiche.

Je souhaite à Passion Pit tous les bonheurs du monde, mais je crains qu'ils ne souffrent du même syndrome que les Black Kids.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Passion Pit en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (samedi 7)
Passion Pit en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (mardi 10)
Passion Pit en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du dimanche

En savoir plus :
Le Myspace de Passion Pit


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Mondrian figuratif" au Musée Marmottan-Monet
"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=