Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Passion Pit
Studio 104  (Plaine Saint-Denis)  27 août 2009

Enregistrement de l'Album de la Semaine de Canal +, l'occasion de savoir, dans toujours d'excellentes conditions de son et une vraie proximité, ce que valent les Passion Pit sur scène.

Les cinq geeks de Boston sont déjà venus en France au Nouveau Casino en mars dernier pour un concert qui, semble-t-il, avait été court, un peu brouillon mais joyeusement foutoir et dansant.

Or depuis quelques mois, avec la sortie du premier album sur le label Columbia, le groupe semble être devenu un bon espoir de l'industrie du disque, et les Public Relations font bien leur boulot. Résultat des courses, à longueur d'articles, on les compare à MGMT. Le NME et les Inrocks en font la hype du moment. Et pour un groupe débutant, présence aux Eurockéennes de Belfort, à Glastonbury, au Festival de Montreux, à Rock en Seine, ouverture pour les Killers à Hyde Park, bientôt à la même affiche que La Roux dans le cadre du festival Inrocks, et passages radio en boucle pour le single "The Reeling".

"The Reeling", avec ses côtés à la Giorgio Moroder, électro disco à voix haut-perchée, est sûrement d'un format plus facile pour les programmateurs que "Sleepyhead", plus tordu, extrait du premier ep "Chunk of Change" sorti il y a tout juste un an.

En 2008, c'était le groupe Black Kids, qui suivait cette trajectoire programmée vers la gloire, et l'essai, par manque de maturité musicale scénique entre autre chose, n'avait pas été transformé.

Mais comme Stéphane Saunier, le Directeur Musical de Canal+, à l'instar d'un Bernard Lenoir, sait osciller avec élégance et raison entre la mode et ses coups de cœur, et surtout qu'il aime la musique live, c'est avec un a priori positif qu'on attend l'entrée des Passion Pit sur la scène pour ce concert en petit comité.

Pour la télévision française, les barbes ont été coupées, mais les lunettes à montures en écaille sont fièrement arborées. Ainsi que les chemises à carreaux dont les manches sont négligemment remontées. Certes les cinq de Boston ne sont pas très sexy, mais ils ont des bonnes têtes.

Question musique, dès les deux premiers morceaux, déception ! Sur "To Kingdom Come" et "I've Got Your Number", le son de façade est bien gros et puissant, mais la voix mal chauffée se perd parfois. Le chanteur, Michael Angelakos, a du mal à en moduler le volume, et tient le micro à une distance qui, par moment, ne permet plus de l'entendre. On en vient à se demander ce que donnerait ce concert sans des ingénieurs du son et du matériel vraiment à la hauteur, l'ampleur du son masquant certaines faiblesses lors de l'exécution.

Le groupe semble s'être enfin chauffé, ils entament "Little Secret" et "Sleepyhead". L'ambiance commence à prendre. Leur manager rentre sur scène, il faut rejouer "To Kingdom Come". Le groupe semble plus concentré, la version est plus efficace, mais la voix à nouveau ne colle pas. Ils enchaînent avec le single "The Reeling", là rien à redire. Le manager revient, il leur faut refaire "I've Got Your Number", la première prise n'était pas satisfaisante, la seconde version s'avère largement plus puissante et entraînante. En fin de show, "Seaweed Song", qui aurait dû être interprété à l'orgue Wurlitzer par Michaël en solo, le sera dans sa version normale par l'ensemble du groupe, sûrement pour des raisons de timing.

Le groupe salue, sous des applaudissements obtenus par un chauffeur de salle qui a mérité son salaire ce soir-là. Flottement... Rappel, pas rappel ?...

L'organisation annonce que le groupe revient. En guise de rappel, une troisième fois "To Kingdom Come". A l'issue de cette chanson, entamée par un faux départ, le chanteur, pour la première fois s'adresse au public pour nous remercier d'avoir été patient. Pour l'échange avec le public, même pas le minimum syndical.

En sortant du studio d'enregistrement les commentaires étaient : "il est vraiment perdu sans son manager. En plus, comme on le dit d'un acteur, on a l'impression qu'il ne sait pas quoi faire de ses mains. Et je ne supporte pas sa voix à la Mika" (Benoît), "C'est un mélange intéressant de gimmicks de jeux vidéo, de sons années 80, avec une voix à la Led Zep, et la coupe de cheveux de Marc Bolan" (Pascale), "Ca m'a fait penser à Calvin Harris en - beaucoup - moins bien" (Brice), "Il y a des accords à la Jackson 5. Ca rappelle Calvin Harris, mais sans le professionnalisme" (Sofia).

Le problème semble en effet résider dans un manque de maturité scénique, le groupe n'ayant pas eu à user ses fonds de culottes en velours sur les scènes locales et les petits circuits, avant qu'on leur déroule le tapis rouge. Malgré de bonnes individualités en son sein, et du potentiel sur disque, il s'avère que Passion Pit n'a pas d'épaisseur quand il est face à un public.

Conclusion, le rendu à l'écran sera peut-être bon, mais demain j'irai voir Amy McDonald sur la grande scène à Rock en Seine, pendant que Passion Pit jouera sur la scène de l'Industrie. De plus, j'hésite aujourd'hui à aller voir La Roux au festival Inrocks puisqu'ils en partagent la même affiche.

Je souhaite à Passion Pit tous les bonheurs du monde, mais je crains qu'ils ne souffrent du même syndrome que les Black Kids.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Passion Pit en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (samedi 7)
Passion Pit en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (mardi 10)
Passion Pit en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du dimanche

En savoir plus :
Le Myspace de Passion Pit


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=