Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Christine Ott
Solitude Nomade  (Mon Slip / Warner)  avril 2009

D’emblée, le nom de Christine Ott ne nous était pas inconnu. Compagnon(ne) de route de Yann Tiersen depuis L’Absente, elle figurait régulièrement aux côtés d’artistes français partageant ce même goût des orchestrations ambitieuses, que ce soit The Married Monk, Dominique A, Syd Matters ou encore Bed. Elle a aussi collaboré avec des artistes anglo-saxons, comme Stuart A. Staples (Tindersticks) ou Radiohead

Sans être de ceux qui occupent le premier plan, son instrument de prédilection, les ondes Martenot, apporte une teinte un peu "hors de ce monde" aux disques en question. Leur sonorité n’est pas évidente à décrire : l’instrument, composé d’un clavier, d’un ruban (pour les "glissandi") et d’une "touche d’expression", peut évoquer un lointain cousin (précurseur) du synthé, auquel s’ajoute une nuance de touché rappelant, par certains côtés, celle des instruments à cordes. Ses sons aériens ont souvent été utilisés dans le cinéma d’épouvante et certaines pièces de musique contemporaine (tout aussi horrifiques ? On ne se prononcera pas sur la question).

Plus proche de nous, parmi les exemples d’utilisation susceptibles de donner une idée à l’auditeur novice, on peut citer deux célèbres chansons de Jacques Brel : dans La Fanette, ce sont les ondes Martenot qui figurent, à la fin, la voix enchanteresse de l’amoureuse envolée. Et ce sont elles aussi qui, en 1959, ouvraient la version originale de Ne Me Quitte Pas (note puriste en passant : la version réorchestrée de 72, lourdaude, commence en revanche par des notes de piano).

Soucieuse d’étendre le répertoire de son instrument et de mettre en avant ses propres qualités d’écriture, Christine Ott vient donc de sortir un album "solo" exclusivement consacré à ses compositions, et mettant les Ondes Martenot au cœur du processus instrumental.

En une dizaine de titres rêveurs évanescents, elle développe des paysages musicaux tour à tour intrigants et enchanteurs, aux ambiances classiques ou plus dépaysantes (notamment dans le morceau éponyme, arabisant par la grâce d’un oud joliment pincé). Les Ondes Martenot y révèlent toute l’étendue de leur registre, sans ostentation : elles sont mises au service des compositions, non l’inverse, et la technicité ne prime jamais sur l’émotion ainsi créée.

Un tel parti pris (centré sur un instrument) aurait sans doute pu virer à la monotonie ; mais la multiplicité de sons offerts par les Ondes permet d’éviter ce travers. D’autant que l’artiste s’est entourée d’un grand nombre d’amis musiciens, qui permettent une amplitude sonore assez vaste. Parmi les invités, on reconnaît Yann Tiersen au violon et Marc Sens à la guitare. Un peu plus loin, Christine Ott fait le bœuf (si l’on peut dire) avec sa collègue ondiste Monique Pierrot ; ou bien varie les plaisirs, en se mettant au piano sur certaines pièces.

Néophyte en la matière, on n’est pas en mesure de dire si, en terme d’écriture classique, les compositions de Christine Ott ont (ou pas) de la valeur. Mais un amateur de chansons y trouvera, à coup sûr, de quoi sortir de son ornière pop, étendant ainsi son univers musical. Les plus curieux iront ensuite prospecter au-delà, découvrir les œuvres majeures (Messiaen, Varèse, Jolivet) du répertoire consacré à ce mystérieux instrument.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Only Silence Remains de Christine Ott

En savoir plus :
Le site officiel de Christine Ott
Le Bandcamp de Christine Ott
Le Soundcloud de Christine Ott
Le Facebook de Christine Ott


Nicolas Brulebois         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=