Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Christine Ott
Solitude Nomade  (Mon Slip / Warner)  avril 2009

D’emblée, le nom de Christine Ott ne nous était pas inconnu. Compagnon(ne) de route de Yann Tiersen depuis L’Absente, elle figurait régulièrement aux côtés d’artistes français partageant ce même goût des orchestrations ambitieuses, que ce soit The Married Monk, Dominique A, Syd Matters ou encore Bed. Elle a aussi collaboré avec des artistes anglo-saxons, comme Stuart A. Staples (Tindersticks) ou Radiohead

Sans être de ceux qui occupent le premier plan, son instrument de prédilection, les ondes Martenot, apporte une teinte un peu "hors de ce monde" aux disques en question. Leur sonorité n’est pas évidente à décrire : l’instrument, composé d’un clavier, d’un ruban (pour les "glissandi") et d’une "touche d’expression", peut évoquer un lointain cousin (précurseur) du synthé, auquel s’ajoute une nuance de touché rappelant, par certains côtés, celle des instruments à cordes. Ses sons aériens ont souvent été utilisés dans le cinéma d’épouvante et certaines pièces de musique contemporaine (tout aussi horrifiques ? On ne se prononcera pas sur la question).

Plus proche de nous, parmi les exemples d’utilisation susceptibles de donner une idée à l’auditeur novice, on peut citer deux célèbres chansons de Jacques Brel : dans La Fanette, ce sont les ondes Martenot qui figurent, à la fin, la voix enchanteresse de l’amoureuse envolée. Et ce sont elles aussi qui, en 1959, ouvraient la version originale de Ne Me Quitte Pas (note puriste en passant : la version réorchestrée de 72, lourdaude, commence en revanche par des notes de piano).

Soucieuse d’étendre le répertoire de son instrument et de mettre en avant ses propres qualités d’écriture, Christine Ott vient donc de sortir un album "solo" exclusivement consacré à ses compositions, et mettant les Ondes Martenot au cœur du processus instrumental.

En une dizaine de titres rêveurs évanescents, elle développe des paysages musicaux tour à tour intrigants et enchanteurs, aux ambiances classiques ou plus dépaysantes (notamment dans le morceau éponyme, arabisant par la grâce d’un oud joliment pincé). Les Ondes Martenot y révèlent toute l’étendue de leur registre, sans ostentation : elles sont mises au service des compositions, non l’inverse, et la technicité ne prime jamais sur l’émotion ainsi créée.

Un tel parti pris (centré sur un instrument) aurait sans doute pu virer à la monotonie ; mais la multiplicité de sons offerts par les Ondes permet d’éviter ce travers. D’autant que l’artiste s’est entourée d’un grand nombre d’amis musiciens, qui permettent une amplitude sonore assez vaste. Parmi les invités, on reconnaît Yann Tiersen au violon et Marc Sens à la guitare. Un peu plus loin, Christine Ott fait le bœuf (si l’on peut dire) avec sa collègue ondiste Monique Pierrot ; ou bien varie les plaisirs, en se mettant au piano sur certaines pièces.

Néophyte en la matière, on n’est pas en mesure de dire si, en terme d’écriture classique, les compositions de Christine Ott ont (ou pas) de la valeur. Mais un amateur de chansons y trouvera, à coup sûr, de quoi sortir de son ornière pop, étendant ainsi son univers musical. Les plus curieux iront ensuite prospecter au-delà, découvrir les œuvres majeures (Messiaen, Varèse, Jolivet) du répertoire consacré à ce mystérieux instrument.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Only Silence Remains de Christine Ott

En savoir plus :
Le site officiel de Christine Ott
Le Bandcamp de Christine Ott
Le Soundcloud de Christine Ott
Le Facebook de Christine Ott


Nicolas Brulebois         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=