Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Adam Green
La Maroquinerie  (Paris)  1er mars 2004

Pour son quatrième show parisien en moins d’un an, après Mains d’œuvres, une première partie des Kills à la Cigale et un showcase chez Gibert, le génial Adam Green revient en ce début d’année pour investir la Maroquinerie, chose inédite, avec un backing band.

La mise en bouche est assurée par un duo mixte français, Ponnie, visiblement fortement influencé par ce Moldy Peach. Quelques reprises inaccessibles ("Jolen", "Good Vibrations" …), un titre au-dessus du lot genre "je suis belle, tu es moche", rien de franchement inoubliable, mais le temps passe …

Contrairement aux autres fois, c’est dans une salle complètement sold-out qu’Adam doit se produire, lequel arrive sur scène telle la star attendue par tous, une fois ses musiciens en place.

Dès le départ, cette nouvelle prestation s’annonce en tout point différente des précédentes.

La présence du groupe tout d’abord, ambiance potache, virtuosité au placard pour un résultat parfait ouvrant musicalement plus de possibilités sans pour autant être trop envahissant.

Le répertoire ensuite : la quasi-totalité de "Friends Of Mine" incluant les magiques "Salty Candy", "Bluebirds", "Hard To Be A Gril" ou encore "Friends Of Mine", cinq ou six inédits et un unique "Dance With Me", splendide au demeurant, de "Garfield". Adam lui-même enfin, mué en crooner alternatif, prenant des poses pour chanter, dansant maladroitement, remerciant le public d’être venu aussi nombreux.

Fin du concert et du premier acte avec "Jessica", accueillie par un tonnerre d’applaudissements dès les premiers accords.

Entrée en scène identique pour le premier rappel, musiciens d’abord puis chanteur ensuite dans un registre plutôt inédit, une reprise de Chuck Berry avant une formidable version musclée de "Baby I’m Gonna Die Tonight". Adam s’éclipse puis revient seul, s’empare d’une guitare sèche pour renouer avec ses traditionnels sets solos : "Computer Show" et "Can You See Me" belles à pleurer pour une conclusion en guise d’apogée du set.

Qu’on le veuille ou non, Adam Green a désormais tourné la page sur les délires punkoïdes (et sur l’antifolk si tant est que cela signifie quelque chose) compromettant fortement tout espoir de reformation des Moldy Peaches. Pourtant ce changement ne semble pas l’affecter personnellement, tout ce second degré dans l’interprétation, dans les orchestrations ne peut avoir atteint son intégrité.

Il est juste devenu Adam Green … mais n’en est pas moins passionnant.

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Friends of mine de Adam Green
La chronique de l'album Jessica de Adam Green
La chronique de l'album Gemstones de Adam Green
La chronique de l'album Jacket full of danger de Adam Green
La chronique de l'album Sixes & Sevens de Adam Green
La chronique de l'album Engine of Paradise de Adam Green
Adam Green en concert à La Cigale (7 juin 2003)
Adam Green en concert à Mains d'Oeuvres (26 mai 2003)
Adam Green en concert à La Cigale (12 avril 2006)
Adam Green en concert à La Maroquinerie (24 septembre 2007)
Adam Green en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Mardi)
Adam Green en concert à L'Aéronef (jeudi 11 février 2010)
L'interview de Adam Green (7 juin 2003)
L'interview de Adam Green (mars 2004)
L'interview de Adam Green (7 juin 2005)
L'interview de Adam Green (7 février 2006)


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=