Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Joy - Fredo Viola
Grand Mix  (Tourcoing)  20 septembre 2009

L’orfèvre en pop, ce forgeron de l’or musical qu’est Fredo Viola, s’est présenté au Grand Mix de Tourcoing les mains grandes ouvertes. L’on ne pouvait que se recueillir, doctement, face à la messe musicale de ce mélodiste obstiné, travaillant son œuvre jusqu’au dépouillement.

Ces compositions hors-norme, débarrassées des clichés de la pop, se déploient sur des terrains aussi différents que le classique, l’électronique, les ballades médiévales, ou les hymnes religieux. On a ici affaire à un Brian Wilson moderne, obsédé par la ligne mélodique absolue, mais un Beach Boy sans la folie.

Rien que de l’émotionnel et de l’étrange sur scène. Une présence se recrée à chaque chanson : le groupe invente tout au long du concert de nouvelles modalités musicales, des tonalités singulières dont on peut deviner qu’elles furent le fruit d’une longue maturation, même si l’on peut déceler, ici et là, quelques tentatives d’improvisation.

Des instruments inconnus du public (indiens ? africains ?) s’affirment, prennent de l’ampleur, et apportent aux compositions de Fredo Viola une touche unique. On ne trouve dans cette chorale orchestrée ni Sufjan Stevens, ni Sigur Rós comme on le prétend dans la presse des classifications systématiques – toujours faciles lorsqu’il s’agit d’argumenter, et de justifier une critique.

Et si l’intéressé s’amuse à se situer à mi-chemin entre Kate Bush et Sigur Rós, c’est pour qu’on le laisse tranquille, et qu’il puisse conserver cette liberté de n’être comparé à personne. Pourrions-nous lui reprocher de n’avoir pas suffisamment mis Jean-Sébastien Bach dans sa musique, au profit d’un Radiohead revisité ? (Le contraire reste probable…)

Cet artiste, ancien vidéaste-réalisateur passionné de montages vidéos, intègre à ses folks-songs des éléments visuels. Pas une chanson ne se déroule sans une de ces bizarreries visuelles dont il a le secret, que ce soit l’extravagance d’un instrument tibétain d’apparence futile, quelque posture scénique étrange (par exemple le jeu avec un mystérieux pulvérisateur pour la gorge), l’humour maintenu avec le public, ou une rupture musicale, improvisée pour la circonstance, réalisée avec force clochettes colorées… Rarement on aura vu tant d’attention d’un chanteur manifestée à l’endroit du public. Au final, "The Sad Song" − sa carte maîtresse − conclura brillamment le concert.

La première partie de cette soirée a représenté Joy, groupe de Marc A. Huyghens – ancien leader de la formation belge Vénus. Entouré aujourd’hui de deux femmes, sa compagne Françoise Vidick aux chœurs et aux percussions, et la violoncelliste classique suédoise Anja Naucler, le compositeur bruxellois prolonge avec Joy son propos musical, en l’épurant singulièrement. On retrouve, intact, le timbre de cette voix lyrique et tendue qui avait culminé dans l’album The Red Room (Vénus). Le nouveau trio de Marc A. H. se devait ainsi de reprendre les choses à partir d’une telle hauteur.

Résultat sur scène : une musique plus intimiste, posée, sans aspérités ni inégalités. La voix de Huyghens, auparavant si présente, semble se plier aux exigences du violoncelle. Ce langage cohérent, ce dosage entre instruments, ce nouvel espace musical font aussi regretter l’insolence, la nervosité de Vénus.

En musique, la beauté procède d’abord d’un dérèglement harmonique, d’un déséquilibre dans la structure des morceaux. Il eût été plus beau, sans doute, que ces chansons fussent un peu maltraitées, quitte à ajouter à l’ensemble une dose supplémentaire d’énergie. Mais la puissance émotionnelle que la formation apporte, sa libre respiration, ses moments de grâce nous permettent d’espérer, pour l’avenir, une précision du style, donc du rythme.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Best of Joy Division de Joy Division
La chronique de l'album The next time de Little Joy
La chronique de l'album Welcome Joy de The Cave Singers
La chronique de l'album Second of joy de Fiodor Dream Dog
La chronique de l'album Animal Joy de Shearwater
La chronique de l'album Dead as a Dodo de Joy as a Toy
La chronique de l'album All the Battles de JOY
La chronique de l'album Joy as an Act of Resistance de Idles
Joy en concert au Fil (samedi 12 décembre2009)
Joy en concert à Aéronef (jeudi 17 février 2011)
Joy en concert à L'Aéronef (jeudi 12 mai 2011)
Joy en concert au Festival International de Benicàssim #17 (dimanche 17 juillet 2011)
La chronique de l'album The Turn de Fredo Viola
La chronique de l'album Revolutionary Son de Fredo Viola
Fredo Viola en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (jeudi 5)
L'interview de Fredo Viola (mai 2014)

En savoir plus :
Le Myspace de Joy
Le site officiel de Fredo Viola
Le Myspace de Fredo Viola

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


David Falkowicz         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=