Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Eiffel
A Tout Moment  (PIAS)  octobre 2009

Il y a presque deux ans, Eiffel remplissait l'Olympia et annonçait sa possible disparition. Le groupe n'ayant plus de maison de disque, l'avenir semblait très incertain...

Depuis, beaucoup de changements ont été opérés...

Il y a eu ce "Temps des Cerises", avec Bertrand Cantat et Serge Teyssot-Gay, offert sur le net l'an dernier.

Au printemps, le groupe signait chez Pias et prévoyait la sortie d'un nouvel album pour octobre.

Côté formation, Estelle a décidé de troquer sa guitare contre une basse... On note également le retour d'un ancien membre du groupe, Nicolas Courret, à la batterie. Il avait joué dans Oobik And The Pucks, puis de la création d'Eiffel en 1998 à 2002.
Et pour compléter le groupe, c'est Nicolas Bonnière (ex Dolly) qui viendra à la guitare.

A Tout Moment, quatrième album du groupe sort donc aujourd'hui... Douze titres écrits et composés par Romain Humeau (excepté "Mort J'appelle"); un album créé "contre vents et marées, banquiers et huissiers", enregistré chez eux, dans le Studio des Romanos à Bordeaux.

Sur leur site, Romain présentait le disque de cette manière: "On ne vous cache pas avoir bossé comme des Balthazars, avec bien souvent des murs en face. Murs défoncés un par un au prix de quelques fatigues et moments de désespoir ce qui rend l'instant présent d'autant plus bandant" ...
et il n'a pas tort le monsieur: voilà déjà plus d'un mois que je n'écoute plus que ce disque...

Même si au premier abord cet album m'a paru plus calme que ses prédécesseurs, le groupe n'a rien perdu de son énergie et de sa tension...

Un disque faisant la part belle à la famille et aux amis...On retrouve ainsi la sœur de Romain, Clémentine Humeau et son copain, Fabrice Gand, aux hautbois sur "A Tout Moment La Rue", "Sous Ton Aile" et "Mort J'appelle" ; Bertrand Cantat sur les chœurs sur "A Tout Moment La Rue" ; Joe Doherty aux violons, saxo et clarinette sur quatre titres . Pour finir l'histoire de famille, la fille d'Estelle et de Romain, Salomé, s'occupe des chœurs sur "Mille Voix Rauques".

On retrouve sur ce disque de nouvelles sonorités: pianos, saxos, violons, hautbois... Des instruments déjà utilisés lors de la tournée acoustique suivant Le Quart D'heure Des Ahuris, le tout donnant une nouvelle dimension au groupe.

Autre nouveauté également, les titres sont tous enchainés les uns aux autres, aucun temps mort entre les chansons...

On débute avec les guitares acoustiques de "Minouche" ... Vite rejointes par la batterie et la voix de Romain... Le chant est contenu, le texte excellent: "C'est du brouillard en errance / A la cime des clochers / Où radote en avance / Les conneries du passé".

Un coup de vent et le single "A Tout Moment La Rue" débute sa montée en puissance... La basse est très présente sur ce titre, les guitares sont plus rocailleuses et râpeuses... Les sifflements donnent un petit côté provocateur et désinvolte au titre et renforcent le texte : "A chacun de nos souffles / Au moindre murmure des bas fonds / C'est dans l'air comme un chant qui s'étrangle / Que d'un pavé de fortune / Contre le tintamarre du pognon / A tout moment la rue peut aussi dire non /.../ A tout ce qui nous lie / Quand la nuit remue / Aux astres et aux Déesses / Qui peuplent nos rêves / Et quand le peuple rêve il aime / Disposer de lui même".

Cerise sur le gâteau, la présence de Bertrand Cantat sur les chœurs... les deux voix se mélangeant à merveille...

La batterie et le piano de "Le Cœur Australie", nous entraine sur un titre très rythmé, plein d'énergie...

Un semblant de calme débarque avec l'intro de "Je m'obstine"...La voix est plus sèche, plus cassante... la musique prend de plus en plus d'ampleur au fur et à mesure du titre.

Le banjo de "Sous Ton Aile" nous emmène vers "Cet instant là", plus rythmé avec une batterie très présente... "Tu dis que ça ne durera pas / Mais prenons le, tant que c'est là / Tu dis que ça ne durera pas / Mais prenons le cet instant là". 

Dans la lignée de "Je Ne Voudrais Pas Crever" de Boris Vian (sur l'album Abricotine), Eiffel s'attaque maintenant à un texte de François Villon, poète du Moyen Age, avec "Mort j'appelle". Un texte datant du XVème siècle, s'insérant parfaitement dans un album rock en 2009, il fallait le faire... Eiffel l'a parfaitement réussi! Les arrangements sont magnifiques,le son des guitares acoustiques également, le chant est contenu, tout colle parfaitement sur ce titre...

On revient à la guitare électrique pour l'intro de "Nous Sommes Du Hasard" pour arriver sur "Clash", morceau plusrentre dedans,  le rythme est entrainant... j'aime particulièrement le rythme de chant sur le refrain... Le chant devient plus poussé: " J'file droit au clash / J'fonce comme ma planète / Droit dans les miroirs du non sens / J'file droit au clash / Brinqueballe dans la tête / Me cogner au silence / Clash".  La chanson se finit avec un solo de saxo, nous rappelant la fin de "Je m'en Irai Toujours"  sur L'éternité de L'instant (album solo de Romain Humeau).

Après "Ma Blonde", on retrouve un de mes titres préféré de cet album: "Mille Voix Rauques"... Le son est plus gras, la voix plus poussée. Un petit break au milieu de la chanson et le titre repart à fond.... L'album finit sur "Ma nébuleuse Mélancolique".

Une fois de plus, Eiffel nous livre un très très bon album... Tout est bon, rien à jeter ! que se soit les musiques, les textes, les arrangements et la sonorité finale des titres, rien ne me laisse sur ma faim! Les fans du groupe ne devraient pas être déçus...

Reste à voir ce que cela donnera sur scène... mais là aussi, pas de soucis, Eiffel a toujours été excellent à ce jeu!

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Les yeux fermés de Eiffel
La chronique de l'album Live aux Eurockéennes de Belfort 6 juillet 2003 de Eiffel
La chronique de l'album Ma part d'ombre de Eiffel
La chronique de l'album Tandoori de Eiffel
La chronique de l'album Le Temps des Cerises et Gagnants / Perdants de Eiffel - Noir Désir
Eiffel parmi une sélection de singles (juin 2012)
La chronique de l'album Foule Monstre de Eiffel
La chronique de l'album Stupor Machine de Eiffel
Eiffel en concert à La Cigale (22 octobre 2003)
Eiffel en concert à La Maroquinerie (15 janvier 2007)
Eiffel en concert au Bataclan (4 avril 2007)
Eiffel en concert au Festival Class'Eurock 2007
Eiffel en concert à l'Olympia (19 novembre 2007 )
Eiffel en concert au Fil (jeudi 29 octobre 2009)
Eiffel en concert au Bataclan (mercredi 18 novembre 2009)
Eiffel en concert à Flèche d'or (lundi 14 décembre2009)
Eiffel en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)
Eiffel en concert au Centre Culturel Paul Baillart (jeudi 6 mai 2010)
Eiffel en concert au Festival Le Chant de Foire #15 (2010)
Eiffel en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 6 août 2010)
Eiffel en concert au Zénith (vendredi 15 octobre 2010)
Eiffel en concert au Trianon (mercredi 28 novembre 2012)
L'interview de Eiffel (octobre 2003)
L'interview de Eiffel (8 décembre 2006)
L'interview de Eiffel (31 août 2009)
L'interview de Eiffel (vendredi 6 août 2010)
L'interview de Eiffel (mercredi 12 septembre 2012)
L'interview de Eiffel (mercredi 22 février 2019)

En savoir plus :
Le site officiel de Eiffel
Le Myspace de Eiffel

 


Frizet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Eiffel (26 avril 2019)
Eiffel (12 septembre 2012)
Eiffel (7 août 2010)
Eiffel (31 aout 2009)


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=