Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Heavy
The House That Dirt Built  (Counter)  octobre 2009

La fille est jolie, tu cherches à l'impressionner, un peu. Appuyé sur ton impeccable cinq portes familiale au taux d'émissions carbone écologiquement acceptable, tu fumes ta cigarette avec des airs de biker de l'enfer. Tu es le rock'n roll, tu es le sexe. Tu n'as jamais oublié tes racines blues, ton devenir funk, tes tentations souls. Ta face noire. Animal, tu sors de la jungle avec ce regard étudié de prédateur, par en-dessous.

La bande son ? Pourquoi pas le nouvel album de The Heavy, The house that dirt built ? Vintage dans les sonorités comme dans l'esprit, truffé de petites pépites nostalgiques, jusqu'à cette demi-reprise de Screamin' Jay Hawkins ; "Sixteen", qui récupère l'instrumentation (toujours aussi incroyable tant d'années après) de "I put a spell on you" et, d'autres mots à la bouche, s'en réapproprie le chant.

Deux ans après un premier opus déjà remarquable (Great Vengeance and Furious Fire, 2007), le quatuor grand-breton remet sur les fourneaux sa délicieuse mixture aux goûts authentiques. Très loin du simple tribute band, la formation parvient à produire aujourd'hui les classiques d'hier avec une facilité confondante. "How you like me now ?" et "Oh no ! Not you again !" ont ce côté james-brownsien frénétique, imparable. "What you want me to do ?" sent le blues blanc, anglo-saxon et peut-être même protestant, façon Doors ou Led Zeppelin. "Cause for alarm" s'offre même un pas de côté vers le reggae originel, celui de Marley et ses Wailers, avec ses relents de folk-rock, sans l'affectation d'un genre musical. Ce qui n'empêche pas quelques détours par un rock plus heavy, justement, avec "No Time" par exemple. Bref : tout ce qu'il faut pour te rappeler tes années sauvages. Avant d'être cadre moyen dans un petite/moyenne entreprise, tu étais indomptable. C'est toujours en toi, juste là.

La fille est jolie, te donne des ailes. L'envie d'elle. L'envie de toi, même. Te retrouver pur-sang, le tien ne faisant qu'un tour. Galoper nu dans le vent. L'esprit des plaines, des esclaves, des insurgés. Ses yeux sont sur toi comme tu avances vers elle. Tu sens t'envelopper cette aura de danger. L'envie de lui jeter sort. The Heavy s'en charge pour toi, la voix haut-perchée ET rauque (?!) de Swaby chante "Love like that". Tu es l'amour ; du genre que l'on fait, pas du genre dans lequel on tombe. Tu ne tombes pas dans le panneau. Pas toi. Jamais.

Travelling avant, jusqu'au close-up sur son visage. Elle s'appelle Ursule. Tu lui dis que tu l'as dans la peau. Délicieusement désuet. Elle sourit, cinémascope. Tu lui demandes si elle connaît The Heavy. Vous allez chez toi pour écouter le disque en buvant du whisky-coca. Avec modération ? Baste ! Tu lui montres ta vieille collection de 33t, vous parlez de musique pendant des heures. Bientôt tu te tais, tu l'écoutes te raconter ses années américaines, ses soirées avec Fogerty, Hendrix, Joplin... un continent d'Est en Ouest, jusqu'à l'océan... Qui est cette fille ?!?

The house that dirt built s'ouvre sur un extrait de la bande annonce du film d'horreur (vintage lui aussi !) Don't go in the house (Joseph Ellison, 1980), avertissant l'auditeur qu'il met les pieds en terrain dangereux. L'aura de danger du rock et de tous ses avatars. La démesure, la violence de la passion, l'absence de limites, l'inconnu. N'entre pas dans la maison. La fille est jolie. Mais tu n'es pas de taille. Elle va te bouffer tout cru, ma tante Ursule. Ursule. Dangereusement belle. Négresse blanche. Frisson vaudou, sacrifice de l'âme, machine à sexe – bien trop à rêver, la nuit dernière...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de The Heavy Circles
La chronique de l'album The Glorious Dead de The Heavy
The Heavy en concert au Festival Les Transmusicales 2007 (Jeudi)
The Heavy en concert au Festival Musiques en Stock 2008
The Heavy en concert à L'Aéronef (mardi 30 mars 2010)


En savoir plus :
Le Myspace de The Heavy


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=