Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Richard Hawley
Truelove’s Gutter  (Mute / EMI)  octobre 2009

"Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles." écrivait Oscar Wilde. Richard Hawley est de ceux-là. Son auditeur également. Le caniveau dont il est question ici, celui vers lequel son amour pourrait s’engoncer s’il n’y prenait garde, semble constituer pour Richard Hawley un passage cathartique obligatoire. Truelove’s Gutter s’ouvre sur des nappes ténébreuses entremêlées de larsens de guitare qui plantent le décor sur des terres qu’Angelo Badalamenti avait déjà explorées sur les morceaux les plus noirs de la B.O. de Twin Peaks.

Sur "As the Dawn Breaks", alors qu’une aube tourmentée pointe le bout de son nez, des oiseaux viennent réveiller une guitare acoustique paisible qui s’étire avec quelques arpèges tandis que la voix (pour ne pas écrire La Voix) met déjà la barre très haut : elle sera intense, présente, profonde, belle mais sombre. Pour s’en convaincre, il suffit de constater combien le visuel de la pochette a changé, depuis les colorés Lady’s Bridge et Cole’s Corner. L’heure semble bien grave en ce matin, mais hawley-cœurs, le visage de Richard émergera de la pénombre.

Pour tous ceux qui préfèrent le classicisme grandiloquent et les merveilleuses orchestrations auxquels les albums précédents nous avaient habitués, l’attente n’est pas bien longue. Dès le deuxième morceau, le magnifique "Open Up Your Door", Colin Elliott, le coproducteur habituel des disques de Richard Hawley nous a concocté des sublimes arrangements de cordes, que n’auraient renié ni Frank Sinatra, ni Scott Walker, ni John Barry. Si Richard  se pare d’élégantes cordes et d’une mélodie des plus romantiques, il se met en revanche à nu pour confesser ses fautes, ses doutes et implorer le pardon à sa femme. Pour déclarer sa flamme, tous ses fidèles sont maintenant au rendez-vous : harpe, piano, violons et carillons rejoignent la guitare. Dès lors, la voix, aussi joliment entourée, retrouve ses envolées habituelles de crooner bouleversant, celles dont Morrissey ou Neil Hannon doivent rêver la nuit.

L’auditeur est à nouveau en territoire connu avec la ballade country "Ashes on the Fire" que l’on croirait issue tout droit d’un saloon rempli de cow-boys fatigués, mais qui montre une fois de plus l’étendue des talents de guita(t)riste du crooner. D’ailleurs, Richard Hawley pourrait appartenir à n’importe quelle époque, tant son art n’a que peu faire des avancées technologiques ou du communautarisme mondial que représente internet. Lui, l’orfèvre appliqué, le guitariste talentueux mais sobre, s’acharne à bâtir depuis des années de splendides monuments de pop où l’histoire est toujours la même : un homme, une femme, l’amour, les doutes, les errances, les émotions.

Pour Truelove’s Gutter, Richard l’artisan est un peu plus désemparé. Il prend conscience des dommages causés par le temps, des dysfonctionnements du couple, des objectifs inaccessibles de la vie et a laissé transparaître tout ceci dans la composition de cet album. Mais il n’abdique pas, il cherche des solutions. D’abord, se renouveler. La pochette et l’atmosphère de l’album l’attestent volontiers. "Soldier On" (que d’aucuns pourraient légitimement qualifier de morceau de bravoure de cet album) et ses guitares distordues et rageuses, tout en crescendo, également. Ensuite, apporter quelques touches novatrices à l’édifice musical. De nouveaux instruments viennent compléter les fidèles compagnons mentionnés plus haut : des tablas, une scie musicale, du Cristal Baschet, des ondes Martenot entre autres. Enfin, faire preuve d’humour. Plus exactement, d’amertume amusée. Dans "For your Lover Give some Time", premier single issu de cet album, d’une beauté et d’une vérité implacables, Hawley fait, avec humour, l’étalage de ses faiblesses mais n’oublie pas de souligner celles de sa femme. Il peut être sarcastique (il lui promet de lui rapporter des fleurs du cimetière) mais incroyablement poétique quand il lui dit qu’il "la regardera raccommoder les larmes de sa robe".

La dernière chanson de l’album, "Don’t You Cry", synthétise en près de 11 minutes toute la grâce, l’humour, l’émotion et la beauté des titres précédents, l’élégance des arrangements, appuyés là encore par des instruments peu usuels comme une lyre ou un Amonica de verre et prouve à qui en douterait encore que Richard Hawley tutoie les étoiles et nous regarde, dans notre caniveau.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Cole's Corner de Richard Hawley
La chronique de l'album Lady's Bridge de Richard Hawley
Richard Hawley en concert à La Maroquinerie (12 octobre 2005)
Richard Hawley en concert à Glee Club (15 novembre 2005)
Richard Hawley en concert au Nouveau Casino (25 octobre 2007)
Richard Hawley en concert au Festival International Benicàssim 2008
Richard Hawley en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème

En savoir plus :
Le site officiel de Richard Hawley
Le Myspace de Richard Hawley


Falké         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=