Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Richard Hawley
Truelove’s Gutter  (Mute / EMI)  octobre 2009

"Nous sommes tous dans le caniveau, mais certains d'entre nous regardent les étoiles." écrivait Oscar Wilde. Richard Hawley est de ceux-là. Son auditeur également. Le caniveau dont il est question ici, celui vers lequel son amour pourrait s’engoncer s’il n’y prenait garde, semble constituer pour Richard Hawley un passage cathartique obligatoire. Truelove’s Gutter s’ouvre sur des nappes ténébreuses entremêlées de larsens de guitare qui plantent le décor sur des terres qu’Angelo Badalamenti avait déjà explorées sur les morceaux les plus noirs de la B.O. de Twin Peaks.

Sur "As the Dawn Breaks", alors qu’une aube tourmentée pointe le bout de son nez, des oiseaux viennent réveiller une guitare acoustique paisible qui s’étire avec quelques arpèges tandis que la voix (pour ne pas écrire La Voix) met déjà la barre très haut : elle sera intense, présente, profonde, belle mais sombre. Pour s’en convaincre, il suffit de constater combien le visuel de la pochette a changé, depuis les colorés Lady’s Bridge et Cole’s Corner. L’heure semble bien grave en ce matin, mais hawley-cœurs, le visage de Richard émergera de la pénombre.

Pour tous ceux qui préfèrent le classicisme grandiloquent et les merveilleuses orchestrations auxquels les albums précédents nous avaient habitués, l’attente n’est pas bien longue. Dès le deuxième morceau, le magnifique "Open Up Your Door", Colin Elliott, le coproducteur habituel des disques de Richard Hawley nous a concocté des sublimes arrangements de cordes, que n’auraient renié ni Frank Sinatra, ni Scott Walker, ni John Barry. Si Richard  se pare d’élégantes cordes et d’une mélodie des plus romantiques, il se met en revanche à nu pour confesser ses fautes, ses doutes et implorer le pardon à sa femme. Pour déclarer sa flamme, tous ses fidèles sont maintenant au rendez-vous : harpe, piano, violons et carillons rejoignent la guitare. Dès lors, la voix, aussi joliment entourée, retrouve ses envolées habituelles de crooner bouleversant, celles dont Morrissey ou Neil Hannon doivent rêver la nuit.

L’auditeur est à nouveau en territoire connu avec la ballade country "Ashes on the Fire" que l’on croirait issue tout droit d’un saloon rempli de cow-boys fatigués, mais qui montre une fois de plus l’étendue des talents de guita(t)riste du crooner. D’ailleurs, Richard Hawley pourrait appartenir à n’importe quelle époque, tant son art n’a que peu faire des avancées technologiques ou du communautarisme mondial que représente internet. Lui, l’orfèvre appliqué, le guitariste talentueux mais sobre, s’acharne à bâtir depuis des années de splendides monuments de pop où l’histoire est toujours la même : un homme, une femme, l’amour, les doutes, les errances, les émotions.

Pour Truelove’s Gutter, Richard l’artisan est un peu plus désemparé. Il prend conscience des dommages causés par le temps, des dysfonctionnements du couple, des objectifs inaccessibles de la vie et a laissé transparaître tout ceci dans la composition de cet album. Mais il n’abdique pas, il cherche des solutions. D’abord, se renouveler. La pochette et l’atmosphère de l’album l’attestent volontiers. "Soldier On" (que d’aucuns pourraient légitimement qualifier de morceau de bravoure de cet album) et ses guitares distordues et rageuses, tout en crescendo, également. Ensuite, apporter quelques touches novatrices à l’édifice musical. De nouveaux instruments viennent compléter les fidèles compagnons mentionnés plus haut : des tablas, une scie musicale, du Cristal Baschet, des ondes Martenot entre autres. Enfin, faire preuve d’humour. Plus exactement, d’amertume amusée. Dans "For your Lover Give some Time", premier single issu de cet album, d’une beauté et d’une vérité implacables, Hawley fait, avec humour, l’étalage de ses faiblesses mais n’oublie pas de souligner celles de sa femme. Il peut être sarcastique (il lui promet de lui rapporter des fleurs du cimetière) mais incroyablement poétique quand il lui dit qu’il "la regardera raccommoder les larmes de sa robe".

La dernière chanson de l’album, "Don’t You Cry", synthétise en près de 11 minutes toute la grâce, l’humour, l’émotion et la beauté des titres précédents, l’élégance des arrangements, appuyés là encore par des instruments peu usuels comme une lyre ou un Amonica de verre et prouve à qui en douterait encore que Richard Hawley tutoie les étoiles et nous regarde, dans notre caniveau.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Cole's Corner de Richard Hawley
La chronique de l'album Lady's Bridge de Richard Hawley
Richard Hawley en concert à La Maroquinerie (12 octobre 2005)
Richard Hawley en concert à Glee Club (15 novembre 2005)
Richard Hawley en concert au Nouveau Casino (25 octobre 2007)
Richard Hawley en concert au Festival International Benicàssim 2008
Richard Hawley en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème

En savoir plus :
Le site officiel de Richard Hawley
Le Myspace de Richard Hawley


Falké         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=