Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival des Attitudes Indé 2009 (samedi 3 octobre 2009)
Wladimir Anselme - Imbert Imbert  (Paris, Les Trois Baudets)  samedi 3 octobre 2009

Nuit Blanche ou nuit Métro Blanche ? Entre les deux, des mondes. Pendant la nuit blanche et ses évènements artistiques parisiens surtout consacrés aux arts Visuels, les Trois Baudets (métro Blanche) consacre sa soirée à faire découvrir les interprètes et les chanteurs qui remplaceront peut-être les Joe Dassin, Boby Lapointe ou Les Charlots, les chanteuses qui reprendront le flambeau des Sheila, Edith Piaf ou Les Parisiennes.

Il faut le reconnaître, c'est un soir difficile pour les artistes programmés : Wladimir Anselme et Imbert Imbert, difficile de concurrencer l'évènement qui s'éclate dans les rues de la Capitale. Qu'importe, ceux qui sont aux Trois Baudets ne le regrettent pas.

Wladimir Anselme est un grand garçon, les cheveux un peu longs, l'ourlet de pantalon un peu court. Timide et précis, il interprète son répertoire avec tendresse, des ballades qui parlent de l'amour avec une pointe d'amertume ou de la nature. Ses chansons sont de petites choses, modestes, toute évidentes et toute charmantes. Il aurait fallu une deuxième écoute pour s'en imprégner vraiment. Ce qu'on retiendra, c'est aussi son interprétation de la chanson de Léo Ferré, "C'est ainsi que les hommes vivent" sur un texte de Louis Aragon. Il a été à la hauteur, et la tâche n'était pas simple.

Imbert Imbert ne nous est pas complètement inconnu. Nous l'avions vu et déjà apprécié au festival de Paris Plage cette année. Imbert Imbert, c'est ce punk à la contrebasse. C'est un tandem insolite, un couple un peu comme Don Quichotte et Sancho Pancha. Je suis sûr qu'il pourrait s'y lover, dans le tambour de sa contrebasse.

Alors sur les notes basses ou sourdes, il place des textes d'une justesse acerbe. Pas de détours, ni d'images franchement romantiques, c'est un autre vocabulaire que celui de Imbert Imbert. Des mots qui disent le sexe, la violence, mais aussi la tendresse, la révolte. Il faut du courage et des tripes pour ses mots-là. Imbert Imbert nous emporte tout de suite dans son univers, et cette puissance des textes, cette sincérité d'interprète nous fait croire à chaque fois qu'il se confesse et s'épanche directement sur votre épaule.

J'avais déjà dit à quel point j'aimais "ce goût d'humain" mais j'avoue que lorsque qu'il chante "si tu dis bouh !, ça pleure" et bien je pleure aussi. Un premier album est sorti il y a deux ans, le deuxième sera disponible en février. Emotion émotion.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Les Heures Courtes de Wladimir Anselme
La chronique de l'album L'esclandre de Wladimir Anselme
Wladimir Anselme en concert aux Trois Baudets (mardi 8 novembre 2011)
Imbert Imbert en concert au Festival FNAC Indétendances 2009

En savoir plus :
Le site officiel du festival des Attitudes Indé
Le Myspace du festival des Attitudes Indé
Le site officiel de Wladimir Anselme
Le Myspace de Wladimir Anselme
Le site officiel de Imbert Imbert
Le Myspace de Imbert Imbert

Crédits photos : Marie Guerre (Toute la série sur Taste of Indie)


Sandrine Gaillard         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 mars 2019 : Que la culture coule à flots

Tels les litres de Guinness qui ne manqueront pas d'innonder toute l'Irlande et même le monde entier à l'occasion de le Saint Patrick, voici notre sélection hebdomadaire culture qui se déverse dans vos yeux et vos oreilles curieux et gourmands.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Frédéric Lo autour de son album "Hallelujah!"
"Data Mirage Tangram" de The Young Gods
"Grand casino" de Manu Lanvin & The Devil Blues
Rencontre avec Mass Hysteria
"Boccherini" de Ophélie Gaillard, Sandrine Piau et Ensemble Pulcinella
"Le dilettante d'Avignon, Jacques Fromental Halévy" de Orchestre Régional Avignon-Provence et Michel Piquemal
"The golden fascination" de Richard Andrews
"10 ans plus tarés" de Fastened Furious
"14th boyz EP" de Fastlanes
King Child, Mouse Dtc, Innvivo dans une sélection de EP et singles
"Iggy Salvador" de Dj Zebra
"Erik Trufaz Quartet en concert à l'Aéronef
Tamino à l'Aéronef de Lille
Patrick Coutin est de retour, à retrouver en concert privé et en entretien
et toujours :
"A la lisière" de Clarika
"La disparition d'Everett Ruess" de Emmanuel Tellier
"Fauré Requiem - Poulenc Figure humaine - Debussy Trois chansons" de Ensemble Aedes, Les Siècles, Mathieu Romano
"Look ahead" de Fred Nardin Trio
"Connecting the dots" de Guy Mintus Trio
"Soistices" de Heaume Mortal
"Just about anything is possible" de Inred
"Mon héroïne EP" de Kyrie Kristmanson
"A walk above clouds EP" de Line
"Arabella EP" de Arabella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Pays lointain" au Théâtre national de l'Odéon
"Qui a tué mon père" au Théâtre de la Colline
"En se couchant, il a raté son lit" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Veillée de famille" au Théâtre du Rond-Point
"La Mort (d')Agrippine" au Théâtre Dejazet
"Oncle Vania" au Théâtre du Nord-Ouest
"Anaïs Nin, une de ses vies" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Apocalypse bébé" au Théâtre Paris-Villette
"Madame Pink" au Théâtre du Rond-Point
"Philippe Meyer - Ma radio, histoire amoureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Café Polisson" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Eldorado Dancing" à la Ferme Le Bel état à Guyancourt
des reprises:
"Place des Héros" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"Les Damnés" à la Comédie française
"La Légende de Bornéo" au Théâtre de l'Atelier
"L'Autre fille" au Théâtre Les Déchargeurs
"Je parle à un homme qui ne tient pas en place" au Théâtre de Nesle
"Dans les jardins de Carlos et Nestor" au Théâtre de Nesle
"Les Divalala - Femme, Femme, Femme" au Théâtre Lepic
"Cabaret Siméon" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mars

Expositions avec :

"L'Orient des peintres" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Le Corps sauvage" de Cheyenne-Marie Carron
"Leur souffle" de Cécile Besnault et Ivan Marchika
et la chronique des autres sorties de mars

Lecture avec :

"Desh" de Tofépi
"Firebird" de Thomas Harnois
"Guillaume le Conquérant / Léonard de Vinci" de David Bates / Carlo Vecce
"Iggy Salvador" de Antoine Zebra
"Lincoln au Bardo" de Georges Saunders
"Oyana" de Eric Plamondon
"Rendez vous à Samarra" de John O'Hara
et toujours :
"Un certain Paul Darrigand" de Philippe Besson
"Après" de Nikki Gemmell
"Boy erased" de Garrard Conley
"L'ombre de la baleine" de Camilla Grebe
"Les gratitudes / Mon père" Delphine de Vigan / Grégoire Delacourt
"Les suppliciées du Rhône" de Coline Gatel
"Tu finiras clochard comme ton Zola / Nouvelles morales provisoires" de Philippe Val / Raphaël Enthoven"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=