Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Marvin Hood - The Virgins
Grand Mix  (Tourcoing)  jeudi 15 otobre 2009

On se blase de tout. C'est sûr, les Virgins n'ont pas inventé la poudre du rock, dont l'odeur flotte dans l'air de certaines salles obscures, lorsque parlent les six cordes. Ils chevaucheraient plutôt dans les plaines tranquilles d'une pop paradoxalement un rien new wave, un rien brit, malgré ses origines new-yorkaises.

Mais sur la scène du Grand Mix, pour la première date de leur tournée française, les cinq américains ont au moins prouvé qu'ils n'étaient pas seulement le groupe d'un single. Ils sont le groupe d'une collection de singles. Certes, tous ne seront pas aussi efficaces que ce "Rich Girls" qui leur a suffi à entrer au panthéon du rock-FM – et doivent-ils s'en étonner, ceux qui ne sont venus ce soir que sur la foi de ce seul titre ? Ce serait comme de s'étonner que Midnight Oil joue finalement autre chose que Beds are Burning. Les Virgins, c'est certain, ont plus d'un titre dans leur sac.

Y a-t-il lieu, alors, de se scandaliser que leurs concerts ne réinventent pas le rock ? Le quintet, en tout cas, ne semble pas en avoir eu l'intention. Prestataire d'un rock aisément digeste, il divertit avec conscience un public jeune et suffisamment neuf encore pour en être ravi. Seuls les plus âgés, ces vieux loups des fosses revenus de tout et avec lesquels il m'arrive parfois de hurler à la lune, semblent s'ennuyer.

La jeune garde, elle, s'en donne à cœur joie – à l'image du chanteur, pieds nus, qui ne cessera pas de sautiller du début du concert au rappel, emplissant à lui seul tout l'espace, jusqu'aux zones sombres de l'avant-scène, ses camarades rejetés en périphérie.

En concert, sans surprise, les Virgins sont moins propres, moins précis que sur disque – sans aller jusqu'à y gagner la fièvre d'un rock bouillonnant, mais tout au moins les brouillonnements d'une pop impatiente. Ces petites imprécisions semblent d'ailleurs avoir déçu ceux qui rêvaient d'un concert digne de la déesse FM. Mais qu'importe. Sur scène, les Virgins mettent en avant la seule efficacité. Pas les paroles, on s'en doutait, mais pas vraiment la musique non plus. Juste l'efficacité, le seul entêtement. L'effet single, justement, comme on parlerait de l'effet papillon : quand un refrain catchy ou un riff de guitare à New-York peuvent enflammer une scène de la région lilloise... Le reste, les Virgins ne semblent pas s'en soucier.

Il faudra attendre le rappel pour voir le groupe abandonner cette obsession pour le single (après le pic que représentera en cela l'enchaînement, juste avant la sortie de scène, de "Rich Girls", "Teen lovers" et "One week at danger", soit le plus tubesque de son repertoire).

D'autres atmosphères pourront alors être explorées, avec deux titres en duo guitare acoustique / voix, qui provoqueront des réactions très contrastées parmi le public, mais donneront à entendre une autre facette de la formation, qui pourrait bien en complexifier heureusement l'image. La formation, au grand complet, terminera par une reprise du "Devil Inside" d'INXS – autre grand single devant l'éternel...

La première partie était ce soir-là assurée par les locaux de Marvin Hood, qui délivrent une pop synthétique, sautillante et non dénuée d'humour. Si l'ensemble est encore très jeune (les musiciens auraient l'âge d'écouter The Virgins – c'est dire), l'univers est déjà consistant et la bonne humeur et l'enthousiasme débridé suffisent à finir d'emporter le public. Diablotins comédiens, grandiloquents, sucrés et facétieux, les six musiciens, qui jouent dans une nouvelle formation, emportent les honneurs de la soirée. Un bain de fraîcheur réjouissant et une formation à suivre, assurément.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

The Virgins en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008

En savoir plus :
Le Myspace de Marvin Hood
Le site officiel de The Virgins
Le Myspace de The Virgins

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=