Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Do make say think
Other Truths  (Constellation)  octobre 2009

À trop lire la presse spécialisée, on en viendrait à croire à la légende de "l'album définitif" et du drame que vivent ceux qui ont eu la chance d'en produire un un jour : l'impossibilité d'en revenir et de faire mentir l'expression. Ainsi s'écrit la mythologie du rock, selon laquelle David Bowie, malgré la longévité spectaculaire de sa carrière, ne sera jamais autre chose que l'homme derrière Ziggy Stardust ; selon laquelle les Smashing Pumpkins rêvent continuellement d'un nouveau Mellon Collie ; Ulan Bator d'un autre Ego : Echo. On en viendrait presque à se réjouir de la mort de Ian Curtis, qui lui aura au moins épargné un long déclin après l'indépassable Unknown pleasures.

Do Make Say Think en serait là, un peu, depuis son deuxième opus, Goodbye Enemy Airship The Landlord Is Dead (Constellation, mars 2000), qu'aucun de ses successeurs n'aurait véritablement réussi à dépasser. Bien sûr, reconnaîtra-t-on du bout des lèvres, l'ensemble de la production du quintet mérite bien plus qu'un détour et offre de nombreux moments de pure anthologie ; mais jamais un autre de leurs albums n'aura atteint cette virtuosité dans l'équilibre des tensions contraires, dans l'alchimie des opposés. Est-ce enfin chose faite avec Other Truths ?

Evitons d'emblée une déception trop cruelle aux mythologues, amateurs de cette version de l'histoire de la musique où tout n'est que drame, déception, échec, frustration et éternelle recherche de la répétition du même : non. Pour les autres, ceux qui se contentent d'aimer la musique sans devoir l'élaborer en top, réjouissons-nous que, dix ans après, Do Make Say Think sache ne pas rabâcher de simples répétitions auto-parodiques.

Others Truths se contentera donc d'être un excellent album de plus, inventif, créatif, original, indépendant, surprenant, réjouissant, exaltant, intelligent, saisissant, expressif, émouvant, puissant et sensible, plein de clameurs et de fureur, brillant... rien que de très ordinaire pour la formation de Toronto, donc, vraisemblablement l'une des plus intéressantes qui aient pu être mises sur disque ces quinze ou vingt dernières années.

Le son ici rappellera clairement celui de deux autres albums précédents de la formation (& yet & yet, Constellation, 2002 ; Winter hymn, country hymn, secret hymn, Constellation, 2003) : très plein, jusque dans ses moments de légèreté ; un rien jazzy dans sa fausse répétitivité, manière de varier le même thème ; avec de subits gonflements, densification où les cuivres tiennent la part belle, parfois jusqu'à un bruitisme mélodique non dépourvu de tout swing. Post-jazz si l'on veut, pour un certain côté sautillant (ah ce jeu de cymbales !), rock encore pour les sonorités. Moins teinté de folk, certainement, que certains passages de l'album précédent (You, you're a history in rust, Constellation, 2007) – ce qui particulièrement clair dans l'utilisation des voix, ici très discrètes, quand elles s'étaient faites chant à part entière dans celui-là. À noter enfin que l'album est pour la première fois tout entier construit sur la prédominance de pistes longues : quatre titres uniquement, de huit à près de treize minutes, qui permettent à la musique de se développer dans toute son ampleur.

Les amateurs de la formation seront donc déçus de n'être que ravis de retrouver un excellent nouvel opus ; les néophytes y trouveront une nouvelle occasion de s'initier par le meilleur à cette formation incontournable ; les puristes y pinailleront peut-être un sacrilège ou un autre ; les biographes s'y chamailleront la découverte d'une minuscule révolution ; les angoissés, eux, se diront que pour titrer ses quatre nouveaux morceaux Do, Make, Say et Think, Do Make Say Think doit être en train de préparer sa séparation et ils chercheront avidement les dates de la supposée tournée d'adieux. Bref, on dira, fera et pensera ce que l'on veut. Pendant ce temps, Do Make Say Think se contentera de continuer à être une formation époustouflante, comme elle l'est depuis bientôt quinze ans et déjà six albums.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album You, You’re A History In Rust de Do Make Say Think
Do make say think en concert au Festival Art Rock 2007 (Samedi et Dimanche)

En savoir plus :
Le site officiel de Do make say think
Le Myspace de Do make say think


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=