Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cymbals eat guitars
Why there are mountains  (Memphis industries / PIAS)  octobre 2009

Ça a commencé en duo, par un cover-project de Weezer aux marges d'un campus étatsunien, en 2005. Muté en quatuor, c'est parti pour finir sous les feux de la rampe, en pleine lumière, tout au milieu d'une scène rock-indé qui n'en aura jamais fini de s'inventer sans cesse de nouveaux renouveaux. Rendez-vous est pris avec la postérité : l'album fera date. C'est Pitchfork et le NME qui le disent. Alors autant la noter tout de suite : 26 octobre 2009, sortie officielle de Why there are mountains. Premier album déjà célébré de Cymbals eat guitar, nouvelle coqueluche de l'independentia rock.

Il faut reconnaître des attributs testiculaires au quartet et une capacité de les déballer dès la première rencontre ("sévèrement burnés, les ricains, et ils le montrent", comme on dirait). À ce titre, "...and the hazy sea", impérial titre d'ouverture, s'impose en incontournable : tout en énergie, en tension – et en invention tant il est vrai que l'on n'est jamais tout à fait sûr de savoir où les prochaines mesures nous mèneront. La voix s'écorche, explose, à l'avenant d'un rock non stabilisé et pas tout à fait revenu du psychédélisme et des 90's. Tout simplement excellent.

Malheureusement toutes les compositions n'ont pas cette carrure et l'on retombe trop souvent, comme par réflexe, dans les méandres d'une pop ennuyeuse où la voix et la guitare de Joseph d'Agostino ne semblent pas trop savoir comment se tenir. C'est palpable sur l'embarrassante deuxième moitié de "Indiana", outrageusement sous-beatlesienne quand elle aurait pu tirer parti des saturations oniriques de la première moitié. Même constat pour "Share", dont l'électricité statique, tristement, n'éclate pas en l'orage que l'on espère, mais alimente le groupe de secours d'une pop poussive.

"Living north" rattrape la sauce en laissant un peu saillir les muscles, couleur la sueur, avec de vrais-faux airs de Dinosaur Jr et de Pavement. "What dog sees" prouve que le quartet peut aussi jouer la carte d'une densité minimaliste. "Like blood does", en clôture d'album, n'est pas loin d'être inspiré. Mais, n'en déplaise aux hérauts du nouveau renouveau du rock indé, reste un album en demi-teintes, capable de véritables traits de génies mais capable aussi du plus quelconque. Quand les saveurs languides et sucrées dégénèrent en sirupeuses plages d'ennui... Il y aurait pu avoir la grandeur d'un Ok computer ou d'un Black Black dans ce Why there are mountains. Dommage.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Cymbals eat guitars en concert au Nouveau Casino (mardi 24 novembre 2009)

En savoir plus :
Le Myspace de Cymbals eat guitars
Le site officiel de Cymbals eat guitars


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=