Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alec - Eiffel
Le Fil  (Saint-Etienne)  jeudi 29 octobre 2009

Voilà un concert dont l’histoire remonte à 1991…

1991 : un mur est tombé depuis deux ans, d’autres verront le jour, bien plus hauts et bien plus longs… Le monde se réorganise comme il peut mais "le monde se trompe" dans le quatrième et dernier album studio des Pixies. Piste 3 de cet album : "Alec Eiffel".

Quelques années plus tard, en 1998, un groupe meurt : Oobik & The Pucks, renaît sous une nouvelle forme et, en clin d’œil aux Pixies, choisira pour nom de baptême celui d’une troisième piste d’un monde qui se trompe : Eiffel. La même année, des ados répètent dans une cave à Saint-Étienne et se demandent bien comment ils vont trouver une place dans notre histoire…

En 2005, Romain Humeau, chanteur guitariste d’Eiffel est en tournée pour son album solo L’Eternité de l’instant. Eiffel fait partie des groupes français qui comptent et influence déjà son lot de musiciens. La même année, nos ados devenus grands, après des heures de répétitions et de concerts stéphanois, décident de prendre leur envol. Grands admirateurs des Pixies et d’Eiffel, ils prendront ce qu’il reste de la piste 3 et répondront désormais au nom d’Alec !

L’histoire se tresse en peu plus et commence à prendre forme… En 2007, après un dernier album studio, une tournée et un premier Olympia, Effel disparaît. Alec continue à tourner et sort son premier album en 2008 : Partir vers l’ouest. Cette même année, Eiffel s’active dans l’ombre, revient au grand jour le temps d’une cerise avec Noir Désir et laisse planer l’espoir pour les fans d’un nouvel album. La conclusion de notre histoire approche À tout moment avec la sortie du nouvel album d’Eiffel en 2009.

29 octobre 2009, notre histoire transforme une soirée au Fil en Piste 3 : Alec - Eiffel…

Alec en première partie de soirée vit un moment que l’on comprend pour eux d’une intensité immense. Consécration pour ces fans de la première heure, Alec joue pour la première fois avec son grand frère. Ce moment restera pour eux, on l’imagine, un souvenir fort, ainsi que pour une partie du public, venu en nombre assister à cette rencontre Alec - Eiffel. Globalement, le groupe a déployé une grande énergie et nous renvoie un vrai plaisir de jouer, malgré la pression du regard attentif de Romain Humeau présent en coulisse pendant tout le set. Mais assez vite le style rock bien connu est cerné, malgré quelques détours plus oniriques. On ne passe pas un mauvais moment pour autant, loin de là, mais la fraîcheur du jeune groupe est parfois en opposition avec des postures scéniques trop téléphonées, déjà vues. Soulignons une fin de set honorable et particulièrement efficace, libérée dans les derniers mètres de la lourdeur des figures imposées.

Pour autant pouvait-on imaginer meilleure introduction au retour d’Eiffel ?

Ce soir est la première date de leur tournée qui s’étalera sur 2009 -2010. Un tour de chauffe a bien eu lieu en septembre au festival suisse du Chant du Gros, mais c’est bien ici à Saint-Étienne que les choses sérieuses commencent.

C’est en toute simplicité qu’Eiffel a abordé cette première date, Romain Humeau se chargeant des derniers réglages son sur scène, quelques minutes avant le démarrage.

Le décor est planté, nous ne sommes pas dans un numéro bien huilé de star américaine, mais bien dans la simplicité d’un groupe de musiciens qui a envie de retrouver son public et de jouer ensemble après un long travail studio.

Mais tout n’est pas si simple… Ce dernier album s’est construit autour de la voix de son chanteur toujours plus ciselée et travaillée. L’enregistrement de plus de 10 mois s’est construit à partir d’une structure acoustique/voix, avec des ajouts instrumentaux dans un deuxième temps, laissant une voix contenue, présente, tout en subtilité qui enveloppe l’oreille à la première écoute. Le live ne permettant pas le même travail, cette première date est aussi le grand test qui permettra de passer des titres plus anciens du groupe aux nouveaux morceaux sans perdre en unité.

Si une qualité de son un peu en dessous a parfois desservi la prestation, les choix musicaux fonctionnent bien. L’entame de concert franche et sobre avec le tout nouveau titre "Minouche" a planté le décor. Le public a accueilli le retour du groupe avec un enthousiasme palpable qui ne s’est pas égrainé au long du concert. Parfois, Estelle et Romain semblent bien figés, comme un peu gênés dans un tout nouveau costume et donnent l’impression de légers flottements. Mais le public ayant conscience de l’événement que représente une première date, aborde le concert comme il vient, ces détails accentuant un peu plus le profil unique de la soirée.

La prestation est réussie et il convient de souligner le vrai plaisir qu’il y avait à partager celui du groupe. Un plaisir simple et authentique. La confrontation d’univers différents amenés par les différents albums permet de trouver un rythme agréable. Les fans ont été ravis de retrouver Eiffel et les curieux heureux d’assister à ce premier concert qui, finalement, permet de partager avec le groupe, les doutes, les approximations mais aussi les bonnes surprises.

La musique d’Eiffel reste définitivement solide sur scène, fermement campée sur une histoire et conserve bien des choses à nous dire. Il n’y a qu’à tendre l’oreille, pour se souvenir que "à tout moment la rue peut aussi dire non !". Alors si le monde se trompe depuis presque 20 ans, il n’a qu’à bien se tenir : la tournée ne fait que commencer !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Alec en concert au Nouveau Casino (20 mars 2006)
La chronique de l'album Les yeux fermés de Eiffel
La chronique de l'album Live aux Eurockéennes de Belfort 6 juillet 2003 de Eiffel
La chronique de l'album Ma part d'ombre de Eiffel
La chronique de l'album Tandoori de Eiffel
La chronique de l'album Le Temps des Cerises et Gagnants / Perdants de Eiffel - Noir Désir
La chronique de l'album A Tout Moment de Eiffel
Eiffel parmi une sélection de singles (juin 2012)
La chronique de l'album Foule Monstre de Eiffel
La chronique de l'album Stupor Machine de Eiffel
Eiffel en concert à La Cigale (22 octobre 2003)
Eiffel en concert à La Maroquinerie (15 janvier 2007)
Eiffel en concert au Bataclan (4 avril 2007)
Eiffel en concert au Festival Class'Eurock 2007
Eiffel en concert à l'Olympia (19 novembre 2007 )
Eiffel en concert au Bataclan (mercredi 18 novembre 2009)
Eiffel en concert à Flèche d'or (lundi 14 décembre2009)
Eiffel en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)
Eiffel en concert au Centre Culturel Paul Baillart (jeudi 6 mai 2010)
Eiffel en concert au Festival Le Chant de Foire #15 (2010)
Eiffel en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 6 août 2010)
Eiffel en concert au Zénith (vendredi 15 octobre 2010)
Eiffel en concert au Trianon (mercredi 28 novembre 2012)
L'interview de Eiffel (octobre 2003)
L'interview de Eiffel (8 décembre 2006)
L'interview de Eiffel (31 août 2009)
L'interview de Eiffel (vendredi 6 août 2010)
L'interview de Eiffel (mercredi 12 septembre 2012)
L'interview de Eiffel (mercredi 22 février 2019)

En savoir plus :
Le site officiel de Alec
Le Myspace de Alec
Le site officiel de Eiffel
Le Myspace de Eiffel

Crédits photos : Sébastien Barriol (Toute la série sur Taste of Indie)


Cyril Hortala         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Eiffel (26 avril 2019)
Eiffel (12 septembre 2012)
Eiffel (7 août 2010)
Eiffel (31 aout 2009)


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=