Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (mercredi 4)
Wave Machines - Violens - La Fiancée - Bad Lieutenant - Bat For Lashes  (Paris, L'Olympia)  mercredi 04 novembre 2009

Si le festival des Inrocks n'a pas mis, cette année, les petits plats dans les grands ou plutôt les groupes à buzz dans les grandes salles (fini le Zénith notamment), c'est à l'Olympia, tout de même, que cette soirée prometteuse se déroule en ce mercredi 4 novembre, à marquer d'une pierre blanche pour tout fan de New Order qui se respecte puisqu'il s'agit de la première date live (ou presque) de la nouvelle formation de Bernard Sumner et Steven Morris, deux des membres fondateurs de Joy Division et par la suite de New Order.

Mais avant de se retrouver face à deux légendes vivantes de la musique anglaise, commençons la soirée par de vraies découvertes.

C'est Wave Machines qui ouvrira le bal dans un Olympia clairsemé (tout est relatif cependant) mais attentif, bien que relativement passif.

Ce que l'on remarque chez Wave Machines dans les premiers instants et qui ne cessera d'attirer notre attention tout au long du concert, c'est leur curieux masque en carte que chacun porte : des masques de visages humains… qui en fait sont des masques… d'eux-mêmes. Autrement dit, chacun porte un masque (en fait une photo découpée masquant la moitié supérieure du visage) qui est, en fait, une photo de son propre visage. Effet saisissant !

Musicalement, le groupe de Liverpool se défend plutôt bien avec sa pop électro mélodique (souvent) et énergique (tout le temps). On croit percevoir quelques influences new wave dans certains synthés ("Keep the lights on") , et une bonne dose de pop très anglaise, un rien psyché (comme leur affreux Myspace) dans des chansons comme "The greatest escape we ever made" voire un mélange des deux dans "I go I go I go", hymne pop aux claviers très 80 ! Une bonne surprise et une belle découverte d'un groupe que l'on suivra avec plaisir.

La pause est de courte durée avant que n'arrive sur scène les trublions New-Yorkais de Violens.

Raccrochés à la programmation on ne sait comment mais qui comptent bien ne pas passer inaperçu, le groupe, tout jeune, est déjà encensé dans la presse anglo-saxonne comme étant la nouvelle sensation (cela se compte en semaines de l'autre côté de la Manche, tellement il y a de nouvelles sensations) post 60  aux influences héritées des vieux vinyles de pépé qui écoutaient sans nul doute les Zombies. Ce n'est pas moi qui le dit, c'est la presse anglaise (et bien entendu la bio du groupe citant sans complexe The Zombies à côté de Prefab Sprout et de Sonic Youth). Personnellement, j'ajouterais quelques influences plus récentes, entre rock noisy et shoegaze.

Quoi qu'il en soit, les Violens sont là pour faire du bruit. Trop de bruit qui transforme leur morceaux en un maelstrom sonore pas toujours agréable et qui donne l'impression, à voir les musiciens sur scène, qu'il n'y a pas forcément de la place pour tous mais que chacun veut pourtant y aller de sa prestation quoi qu'il arrive. Comme si une bande de potes avait voulu monter sur scène sans se résoudre à se séparer d'un d'eux et en s'ingéniant à trouver une place à chacun et tant pis si, au final, c'est un peu too much.

Ceci dit, la prestation n'est pas catastrophique, loin de là, et les titres redécouverts ensuite sur disque laissent augurer un bel avenir à Violens qui doit encore canaliser son énergie afin de mieux s'en servir sur scène.

Après ces deux groupes ravageurs et en attendant les plus attendus (Bad Lieutenant puis Bat For Lashes), les Inrocks nous offrent un petit entracte musicale avec La Fiancée.

Petite protégée de Florent Marchet qui, d'ailleurs, pour l'occasion tiendra le clavier et quelques parties de chants, La Fiancée propose une chanson française fraiche et lettrée plutôt sympathique et les quatre titres qu'elle jouera passeront bien trop vite.

Mais la prestation aura donné envie d'en découvrir plus et de retourner la voir en live avant de retrouver un album complet très bientôt.

Mais passons aux choses sérieuses, et notamment le groupe suivant, attendu de pied ferme et d'oreilles grandes ouvertes, les Bad Lieutenant.

Ce groupe aurait pu continuer de s'appeler New Order d'ailleurs si Peter Hook, en claquant la porte du groupe, n'avait pas promis quelques procès si cela devait être le cas. Ce n'est pas toujours beau de vieillir…

Et justement c'est ce que l'on attend de voir avec Bad Lieutenant.

Sumner affichant ses 53 ans au compteur, Morris sans doute tout autant, les prompteurs placés là pour palier à la mémoire défaillante de Sumner ne sont pas là pour nous rassurer. D'un autre côté, il les avait déjà du temps de New Order et d'un mémorable Olympia, il  y a une décennie, pour le festival des Inrocks.

Entouré de trois jeunes gens, les vétérans du rock anglais débarquent donc sur scène sous les applaudissements, nourris comme il se doit quand on accueille un pan de la légende de la musique anglaise sur scène. Difficile alors de parler objectivement de la prestation de Bad Lieutenant.

Quoi qu'il en soit, le groupe semble heureux d'être là et se lâche complètement, à l'image de Phil Cunnigham à la guitare (qui tenait déjà ce rôle sur la dernière période de New Order) et Jack Evans, impeccable à la guitare comme au chant puisque non content de faire d'excellent chœurs, il chante en lead sur certains titres. Sumner est plus tendu, s'inquiète de ses retours, fait changer son ampli de guitare mais sans heurts et sans que cela ne perturbe outre mesure le concert.

Les fans trouveront leur compte dans ce concert et, même les plus grincheux regrettant le bon vieux Hookie, ne pourront s'empêcher de danser et de secouer la tête sur les quelques tubes incroyables que décochera le groupe avec, bien entendu, quelques clins d'œil à leur carrière avec le superbe "Crystal", l'incontournable "Temptation" (le groupe ayant eu la bonne idée de nous épargner "Blue Monday") mais aussi "Out Of Control", immortalisé par les Chemical Brothers et même un titre plus anecdotique mais au final remarquablement arrangé pour la scène de Electronic, si ma mémoire ne me fait pas défaut il s'agit de "Tighten Up".

Même si les nouveaux titres de Bad Lieutenant ne sont pas tous à la hauteur de ce que l'on pouvait espérer de New Order (et même si la discographie du groupe n'est pas irréprochable), la grand messe annoncée a tout de même eu lieu et c'était un réel plaisir que de voir en chair (ça oui...) et en os un groupe qui, de Joy Division à Bad Lieutenant, en passant par Electronic ou quelques autres avatar, nous ont forcément influencés et forgés nos goûts musicaux. Mais au-delà de ces considérations très sentimentales, le concert et les chansons des Bad Lieutenant étaient plutôt convaincants, alors ne boudons pas notre plaisir et tant pis pour les fans de Peter Hook !

Pour fermer la soirée et après la décharge d"énergie sur le concert de Bad Lieutenant, la tâche était rude pour la jolie Natascha de Bat For Lashes et sa musique planante. Heureusement, nombre de fans étaient là pour elle et sa musique éthérée et poétique fera rapidement mouche et enchantera au sens propre comme au figuré le public. Les moins réceptifs commenceront à s'endormir un peu, insensibles aux charmes de ce drôle de petit chaperon rouge, mi-Björk, mi-Françoise Hardy et de ses mélodies féériques.

Une soirée qui se termine donc en douceur et que l'on quitte charmé avec l'impression d'avoir eu, ce soir, droit à un sacré condensé d'émotions, entre les découvertes, l'émotion de retrouver nos vieux démons de Manchester et le plaisir de voir Bat For Lashes et ses petites clochettes nous raconter ses petites histoires. Une soirée de festival idéale en somme !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Wave if you're really there de Wave Machines
La chronique de l'album Pollen de Wave Machines
Articles : Festival Rock en Seine 2010 - Programmation du dimanche - Wallis Bird - The Temper Trap - Success - The Black Angels
Wave Machines en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (vendredi 16)
Wave Machines en concert au Festival Rock en Seine 2010 (dimanche 29 août 2010)
Violens en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (lundi 9)
La Fiancée dans la rubrique Ni Vus Ni Connus
La chronique de l'album La Fiancée du Crocodile de Vérone
La chronique de l'album Deux (EP) de La Fiancée
La Fiancée parmi une sélection de singles (février 2011 )
La Fiancée en concert au Grand Mix (jeudi 21 octobre 2010)
La chronique de l'album Never Cry Another Tear de Bad Lieutenant
La chronique de l'album Fur and Gold de Bat For Lashes
La chronique de l'album Two Suns de Bat For Lashes
Bat For Lashes en concert au Festival Les Inrocks 2006
Bat For Lashes en concert au Trabendo (24 octobre 2007)
Bat For Lashes en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Samedi

En savoir plus :
Le site officiel du festival Les Inrocks tck tck tck
Le Myspace de Wave Machines
Le site officiel de Violens
Le Myspace de Violens
Le Myspace de La Fiancée
Le site officiel de Bad Lieutenant
Le Myspace de Bad Lieutenant
Le site officiel de Bat For Lashes
Le Myspace de Bat For Lashes

Crédits photos : David Didier (Toute la série sur Taste of Indie)


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

La Fiancée (11 mai 2010)


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=