Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (lundi 9)
Violens - Little Boots - Black Lips - Ebony Bones  (Toulouse, Bikini)  lundi 9 novembre 2009

Soirée en deux temps, ambiance surréaliste, un Bikini retrouvé, des couleurs bigarrées... Retour en détail sur la première nuit toulousaine du festival.

Lundi soir… Ce premier jour de la semaine et un brusque refroidissement sur la région Toulousaine expliquent peut-être l’affluence relativement faible que l’on constate dès notre entrée au Bikini. Ajouté à cela, une musique d’ambiance qui fera beaucoup causer (mélange de chants bretonnisant et de composition médiévale ?) et l’atmosphère devient vite surprenante ! La programmation est pourtant prometteuse et suffisamment variée pour plaire au plus grand nombre.

Les New-Yorkais de Violens (qui portent mal leur nom, tant leur musique est paisible) ouvrent le bal, devant un parterre clairsemé. Leur pop mélodique, basé sur des harmonies vocales, se rapproche de tous ces groupes en "The" que l’on a adoré à la fin des années 80 : The Go-Betweens, The La’s, The Inspiral Carpets… pourtant la magie n’opère vraiment que sur deux ou trois titres, le reste sent un peu le réchauffé et on secoue la tête gentiment en se disant que c’était mieux avant.

Après une grosse demi-heure, c’est l’heure de la pause silencieuse ou presque… Le public erre entre le bar et la terrasse, sur fond de Fest-Noz triste (mais qui a donc volé le fameux cd de Eels qui meuble habituellement les changements de groupe ?).

Les affaires sérieuses commencent avec la charmante Little Boots. Repéré sur Internet, ce petit ange blond ne laisse rien au hasard : look soigné, perles électro-pops surfant juste ce qu’il faut sur le revival 80’s… Pas de doute, These Boots are made for dancing… Et ça fonctionne plutôt bien sur un "New in Town" entraînant, un "Remedy" entêtant ou un "Stuck on repeat" qui semble tout droit sorti d’un tiroir de Kylie Minogue. "Earthquake" et "Mathematics", quant à eux, nous rappellent qu’Echobelly, c’était chouette aussi ! Ce côté acidulé finit par agacer mais ce n’est que quelques heures après qu’on s’aperçoit que ces petites mélodies s’accrochent durablement et que ce premier album est finalement rempli de pépites immédiates.

Le temps de reposer les jambes et l’ambiance va changer radicalement : nostalgie & synthés sont mis au placard pour faire place aux Black Lips et au "Flower Punk" brut et direct dont ils ont le secret ! Le ton est donné immédiatement sur un "O Katrina !" qui réveille un Bikini sevré de guitares et qui n’attendait finalement que ça. La lumière, basique et directe, a l’effet salutaire de réduire virtuellement la taille de la salle et permet l’espace d’un instant de faire revivre notre Bikini d’antan… Les gobelets sont à nouveau jetés par terre, ça se trémousse et ça secoue les cheveux sur le son crado des américains qui n’hésitent pas à partager généreusement leur whisky. Le remuant "Bad Kids" et le survitaminé "Cold Hands" entretiennent les braises. C’est clair, ça ne sonne pas toujours très juste mais tout passe à l’énergie (communicative) et aux tripes (qu’ils ne vomiront pas, à ma connaissance, une fois n’est pas coutume !), avec la sensation qu’ils prennent vraiment leur pied. Après 45 minutes d’un concert trop court, la petite bande quitte la scène avec la sensation du devoir accompli !

La soirée est vraiment lancée et c’est sur du velours qu’Ebony Bones peut débarquer, profitant d’une salle maintenant chauffée à blanc (et aussi un peu à la bière, faut reconnaître). Quand je dis sur du velours, ce serait plutôt sur de la laine, tant on a l’impression de voir une pub pour une marque de lessive. Elle est en effet vêtue de son traditionnel pull à manches bouffantes très coloré, du plus bel effet. Ses musiciens ont manifestement eu du mal à choisir entre le look Mika ou MGMT et du coup se présentent dans un accoutrement improbable, avec de jolies parures sur la tête qui doivent leur tenir bien chaud ; quant aux deux choristes, elles ressemblent fort à celles d’Amadou & Mariam mais sous amphétamines.

C’est donc à un show complètement barré que l’on assiste ! Le "W.A.R.R.I.O.R" entonné d’entrée de jeu et l’énergie qui s’en dégage rappellent les concerts hallucinés de Peaches. A noter la reprise soul du "Another Brick in the Wall" de Pink Floyd et celle, sympathique, du "I Wanna Be Your Dog" d’Iggy Pop qui clôt en beauté cette première soirée.

4 concerts, 4 ambiances radicalement différentes… Une fois de plus, les Inrocks ont réussi un Melting Pot pourtant pas gagné d’avance.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Violens en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (mercredi 4)
Little Boots en concert au Festival Les Inrocks tck tck tck 2009 (vendredi 6)
La chronique de l'album Good Bad Not Evil de Black Lips
La chronique de l'album 200 Million Thousand de Black Lips
La chronique de l'album Underneath The Rainbow de Black Lips
Black Lips en concert au Festival International Benicàssim 2008
Black Lips en concert à La Boule Noire (24 septembre 2008)
Black Lips en concert au Festival GéNéRiQ 2009
L'interview de Black Lips (10 février 2009)
La chronique de l'album Behold A Pale Horse de Ebony Bones
Ebony Bones en concert au Festival Art Rock 2009 (Samedi)
Ebony Bones en concert au Festival Rock en Seine 2009 (samedi 29 août 2009)
Ebony Bones en concert à La Maroquinerie (dimanche 23 février 2014)
L'interview de Ebony Bones (dimanche 23 février 2014)

En savoir plus :
Le site officiel du festival Les Inrocks tck tck tck
Le site officiel de Violens
Le Myspace de Violens
Le site officiel de Little Boots
Le Myspace de Little Boots
Le site officiel de Black Lips
Le Myspace de Black Lips
Le Myspace de Ebony Bones


LaBat’         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=