Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Electrelane
Interview  (Nouveau Casino)  10 mars 2004

Vous le savez depuis février, date de la sortie de leur dernier album The power out , elles sont incroyables, adulées, engagées, leur musique est envoûtante, entêtante, rappelle aux plus "j-ai-un-peu-roulé-ma-bosse-et-mes-oreilles-partout-dans-le-rock-depuis-20-ans" d’entre nous, les meilleurs moments de Baroque Bordello ou encore de Corman et Tuscadu , ces groupes qui nous ont fait du bien, parce qu’ils osaient, surprenaient à chaque chanson, chaque note et chaque trémolo… Parce qu’ils font partie de ces groupes qui réinventent le rock constamment, souvent avec bonheur, parfois maladresse, mais toujours enthousiasme.

La tête farcie des chansons de Power out, nous les avonsrencontrées quelques heures avant leur concert au Nouveau Casino, curieux de comprendre, savoir et découvrir les personnalités qui forment Electrelane, leurs rêves, leurs ambitions, leurs déceptions…

Il y a la belle Emma Gaze (batterie) et l’évanescente Verity Susman (claviers, voix, guitare, sax et paroles), les deux fondatrices du groupe, avec la silencieuse Rachel Dalley (basse) et la fougueuse Mia Clarke (guitare). Elles sont sereines, auréolées du buzz qu’a suscité leur précédent passage à Paris au Tryptique et de l’accueil fait à The power Out.

"On nous avait prévenues, lance Emma, le public français est vraiment difficile. Des conneries ! On a rarement été aussi bien accueillies !"

Le ton est donné ! En route…

On ne peut pas résister : un groupe de filles, ça se dispute forcément ; comment est l’ambiance au sein d’Electrelane ?

Electrelane : Aucun problème ! Depuis que nous jouons ensemble (1998), nous n’avons eu que deux moments … "délicats". Aucune de nous n’aime l’agressivité et on se respecte bien trop pour dépasser les limites. Quand un problème se présente, on s’assied et on en discute. Comme des adultes.

Votre premier album, Rock It to the Moon, était franchement instrumental, alors que The power Out fait la part belle aux textes et aux mélodies. Comment qualifiez-vous cette évolution ?

Electrelane : Pour être honnête, ça n’a pas été volontaire : simplement, les mélodies se développaient plus naturellement et plus facilement que les lignes instrumentales alors que nous travaillions sur l’album et du coup, les chansons "sonnaient" . Je ne sais pas comment les autres groupes travaillent, mais pour nous tout arrive alors que nous jouons toutes les quatre ensemble : chacune concentrée sur son ou ses instruments, faisant évoluer une ligne, tête baissée et d’un seul coup c’est là… on relève la tête, on sourit. C’est un moment fragile et magique, mais ça arrive à chaque fois. On n’a pas vraiment l’angoisse de la panne d’inspiration !
C’est comme ça que le chant s’est installé dans The Power Out. Cela dit, notre prochain album, que l’on espère enregistrer vers novembre 2004 (pour une sortie possible au printemps 2005) sera plus instrumental, en ce sens plus proche du premier, mais avec des sons franchement différents.

Parce que vous vous laissez séduire pas l’electro ?

Electrelane : Ah non, pas du tout ! Nous avons pu lire des commentaires dans ce sens dans la presse, mais non, franchement ça ne nous intéresse pas. On est et reste dans le rock "classique".

Dans les chansons de The Power Out, on navigue d’ambiances baroques à des balades, en passant par des passages quasiment symphoniques. Le tout adossé à de l’anglais, du français, de l’allemand,… C’est la découverte de la voix, des textes qui permet cette diversité ?

Electrelane (Verity): Je ne sais pas bien répondre… Sinon à dire que chaque langue a en soi une mélodie différente. Il est parfois insensé de tenter un texte anglais sur une mélodie qui est évidemment faite pour l’allemand ou le français. Et puis il y a aussi l’émotion des textes. Finalement, je crois que j’ai utilisé la voix au même titre qu’un autre instrument. Ni plus ni moins. De même, pour les textes : il y a certes une émotion qui est à l’origine du choix, mais le message est secondaire.

Vous parlez déjà du prochain album, alors qu’il y a plus de 2 ans entre vos deux premiers albums. Que s’est-il passé ?

Electrelane : Le temps qui s’est écoulé entre nos deux premiers albums est complètement indépendant de notre volonté ! En fait, nous avons changé de maison de disque entre les deux albums, nous avons fini nos études, changé de manager… Bref, beaucoup de choses !
Cela dit, nous avons pu sortir des minis (I Want to be the President – 2002 ; On Parade - 2003) pendant cette période qui nous ont permis de clarifier les directions que nous voulions prendre et celles dont nous voulions nous éloigner… Ce temps était finalement important… Bien que nous ayons écrit The power Out en à peine trois mois !

Vous avez enregistré The Power Out avec Steve Albini. Comment vous êtes-vous rencontrés ?

Electrelane : En fait, nous lui avons fait parvenir une copie de Rock It to the Moon, car il était impliqué dans la programmation du festival anglais All tomorrow’s Parties et nous étions à la recherche de dates de concert. Et puis on a reçu un e-mail : "J’adore ce que vous faites. Si vous voulez faire un second album, j’aimerais bien le produire."
On a cru que c’était une blague !

Steve Albini est connu pour son "son". A-t-il influencé celui de The Power Out ?

Electrelane : En fait, on n’a eu aucun problème. Tout était discuté. A aucun moment, Steve n’a tenté ou voulu influencer un morceau, ni sur son contenu ni dans sa structure. Il suffisait que nous lui disions "on voudrait que la caisse claire sonne plus comme ça, ou que la guitare ait un son plus bidule" , il poussait deux ou trois boutons et en 5 secondes, mais vraiment CINQ SECONDES, le tour était joué et on passait à autre chose. On a progressé à une allure folle, sans temps mort, ça a vraiment été génial. J’avais lu un interview des Breeders (également produit par Albini) et les sœurs Deal disaient exactement la même chose. Ca m’avait paru difficile à croire, mais maintenant que nous l’avons vécu, je peux confirmer : il a un grand respect du groupe avec lequel il travaille et se met à son service… il met tout son talent à son service.
Evidemment, si on peut faire le prochain album avec lui, on serait ravies !

Dans tout ce que vous avez lu et entendu sur Electrelane , qu’est-ce qui vous énerve vraiment ?

Electrelane : Arrêtez de nous comparer à Stereolab ! Ce sont les journalistes qui véhiculent cette comparaison et le paradoxe de la situation est que certains vont jusqu’à écrire "Electrelane ne se sortira jamais de cette comparaison" , alors même qu’il faudrait que ces mêmes journalistes arrêtent d’en parler ! Et écoutent Electrelane et Stereolab aujourd’hui : notre musique est beaucoup plus "lourde" et sombre ; celle de Stereolab ressemble à de la musique pour bébés ! Alors STOP ! ! !

Et qu’est-ce qui vous a fait le plus plaisir ?

Electrelane: Nous avons lu des allusions et comparaisons à New Order et au Velvet Underground. On en a été très fières !

Vous sentez-vous les héritières du Punk ?

Electrelane : Euh… Si on considère Patty Smith, comme du punk, alors oui, sinon, pas vraiment.

...des Riot Grrrls, alors ?

Electrelane : Encore une foi, non. Par contre on respecte profondément leur engagement et tout ce qu’elles ont fait. Et même si certaines de leurs idées politiques sont proches de nous, elles sont un peu trop exclusives pour nous : tu ne peux pas être acceptée si tu prononces le mot "salope", alors que c’est juste un mot.
En outre, leur approche de la musique est très différente de la nôtre : elles ont tendance à considérer leur instrument d’un point de vue "anti". Elles ne sont pas intéressées par la maîtrise de leur instrument et bien souvent, leur musique est assez difficile à écouter.

La musique doit-elle être politique ?

Electrelane :Tout dépend de ce qui se passe dans le monde et autour de toi à ce moment-là. Et autant on n’a pas une passion pour les groupes qui "prêchent", autant on pense qu’il est possible de faire passer des idées par la musique… mais seulement si on arrive à émouvoir par la musique.

Qu’est-ce que ça vous apporte de jouer de la musique ?

Electrelane : Du plaisir. Tu te rends compte qu’on avait 17/18 ans, on a commencé à s’amuser dans la chambre d’une d’entre nous et aujourd’hui, on est là à Paris ! c’est génial !
Et plus on joue ensemble, plus on découvre de nouveaux sons, de nouvelles sensations, aussi bien dans la maîtrise de nos instruments que dans la naissance des mélodies et leur diversité. Comme on le disait, aucune angoisse de la "page blanche" ; c’est même le contraire. Dès que l’on commence à jouer on sait qu’il va se passer quelque chose… c’est énorme !
Et puis on a l’impression d’avancer, de découvrir… et visiblement on arrive à communiquer ce sentiment sur nos albums, aussi bien qu’en concert. C’est génial !
D’ailleurs on joue ce soir et on est de plus en plus pressées d’y être : on garde un tel souvenir du public français !

Allez-vous projeter un film pendant le concert, ce soir ?

Electrelane : Non. En fait cette histoire vient du concert que nous avions donné au Centre Pompidou. Une amie à nous, Frances Young avait réalisé un film abstrait que nous trouvions très bien. En outre, pour être honnêtes, on s’est un peu cachées derrière ça au début. Puis on a arrêté parce que l’on se sent mieux sur scène et certainement aussi parce que notre ancien manager nous a dit un jour "vous êtes tellement inintéressantes à regarder sur scène, qu’il vaut mieux projeter quelque chose pendant que vous jouez" . On a eu une sorte de réaction de colère…

vous avez créé votre propre label – Vous souhaitez produire d’autres artistes ?

Electrelane (Verity et Emma) : Absolument ! dès qu’on aura de l’argent !

Si vous deviez définir votre musique en trois mots ?

Electrelane : experimental, international, euh… voilà.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Power out de Electrelane
La chronique de l'album Axes de Electrelane
La chronique de l'album No shouts, No calls de Electrelane
Electrelane en concert au Festival Rock en Seine 2004
Electrelane en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2005
Electrelane en concert à l'Ubu (10 octobre 2005)
Electrelane en concert à l'Olympia (19 mars 2007)
Electrelane en concert au Festival Les Femmes S'en Mêlent 2007
Electrelane en concert au Festival Summercase 2007 (samedi)
Electrelane en concert au Festival La Route du Rock 2007 (vendredi)
Electrelane en concert au Festival La Route du Rock #21 (vendredi 12 août 2011)



Note du chroniqueur : Ca doit être pour ça qu’il faut détruire Carthage.

Delenda         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Mister Paul" au Théâtre L'Atalante
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=