Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A Place to Bury Strangers
Exploding Head  (Mute Records / EMI)  octobre 2009

On ne change pas une recette qui gagne : deux ans après leur premier album éponyme, les New-yorkais bruitistes de A Place to Bury Strangers font à nouveau parler la poudre en reprenant les mêmes (grosses) ficelles (parce qu’à ce niveau là, on est plus près de la corde à nœuds que du fil à couper) : nappes sonores, distorsions massives, guitares cinglantes et effets à gogo, dans la lignée de leurs brillants (et vénérés) aînés My Bloody Valentine et Jesus & Mary Chain.

La petite sphère musicale, toujours friande d’anecdotes, colporte volontiers qu’Oliver Ackermann, chanteur & guitariste du groupe est aussi un bidouilleur de génie ; il en a même fait son métier dans le civil en fabriquant des pédales d’effets pour les guitares électriques des plus grands. Le groupe serait aussi le plus bruyant du moment…

Heureusement pour nos oreilles, de leurs soniques prédécesseurs, ils n’ont pas encore pris tous les travers : judicieusement programmés lors de la dernière Route du Rock après le set prétentieux et inaudible de Kevin Shields et sa bande, leur prestation classieuse, en comparaison, aura plus marqué les esprits que les tympans.

L’album s’ouvre sur un "It is nothing" dont la fausse modestie ne laisse pas le temps des présentations : un court riff et la batterie se mettent en branle, les guitares froides vrombissent et prennent l’auditeur par surprise pour ne plus le lâcher.

L’efficace "In Your Heart" reste sur les mêmes bases, dans un style (et un usage massif de la réverb’) rappelant un peu les Raveonettes.

Après un démarrage sur les chapeaux de roue et l’effet de surprise passé, les biens nommés "Lost Feeling" et "Dead Beat" font un peu retomber le soufflé… histoire de mieux rebondir sur l’imparable "Keep Slipping Away", dont la mélodie entêtante et les changements de rythmes feraient secouer les cheveux des plus sceptiques.

Dans la même veine, le puissant "Everything Always Goes Wrong" (bien aidé par une batterie infernale) et le mélodique et glacial "Exploding Head" (à la ligne de basse très eighties) ressuscitent les fantômes de la cold wave.

Le dernier titre (trop long pour être reproduit ici sans être soupçonné de remplissage éhonté !) débute sur une base pop sautillante avant que la machine ne s’emballe progressivement pour nous amener vers un déluge de saturation qui vient clôturer l’album de la plus belle des façons.

C’est sûr, l’exercice peut parfois manquer de finesse sur la longueur d’un disque (et qui plus est de deux), mais il reste terriblement efficace et ravira les nostalgiques d’un mur du son qu’on croyait définitivement à terre.

Signés sur Mute (qui n’a jamais si mal porté son nom !), A Place to Bury Strangers livre un album plus abouti que le précédent quoique sans réelle surprise. Si c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes, c’est aussi avec les mêmes bons vieux ingrédients, et ils auraient bien tort de nous en priver !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Transfixiation de A Place To Bury Strangers
A Place to Bury Strangers en concert au Festival La Route du Rock 2009 (vendredi)
A Place to Bury Strangers en concert au Festival La Route du Rock 2009 (vendredi) - 2ème
A Place to Bury Strangers en concert au Grand Mix (dimanche 22 novembre 2009)
A Place to Bury Strangers en concert au Grand Mix (dimanche 22 novembre 2009) - 2ème
A Place to Bury Strangers en concert au Festival Les Indisciplinées #8 (édition 2013) - 7 & 8 novembre

En savoir plus :
Le site officiel de A Place to Bury Strangers
Le Myspace de A Place to Bury Strangers


LaBat’         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 22 septembre 2019 : Fin d'été

Fin d'été c'est le titre du nouvel album de Samir Barris, on vous en parle en ces premiers jours d'automne, tout comme les autres sorties musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques et muséales qui ont retenu notre attention cette semaine. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Corpse flower" de Mike Patton & Jean Claude Vannier
Rencontre avec Joseph Fisher autour de "Chemin Vert", assortie d'une session acoustique à découvrir ici
"Prokofiev : Visions fugitives" de Florian Noack
"The basement tapes" de Mister Moonlight
"The uncompleted works volume 1, 2 & 3" de Nantucket Nurse
"Là-Haut" de Gérald Genty
"Ilel" de Hildebrandt
"Buxton palace hotel" de Studio Electrophonique
"Vian" par Debout sur le Zinc
"Impressions d'Afrique" de Quatuor Béia & Moriba Koita
"Fin d'été" de Samir Barris
et toujours :
"Schlagenheim" de Black Midi
"Tokyo dreams" de Dpt Store
"Terry Riley : Sun rising" de Kronos Quartet
"Diabolique" de l'Epée
"Mer(s) : Elgar, Chausson & Joncières" de Marie-Nicole Lemieux
"Like in 1968" de Moddi
"Voodoo queen" de One Rusty Band
"Moon" de Violet Arnold

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"L'Autre monde ou les Etats et Empires de la Lune" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Le Misanthrope" à l'Espace Cardin
"L'Animal imaginaire" au Théâtre de la Colline
"Data Mossoul" au Théâtre de la Colline
"Danser à la Lughnasa" au Théâtre 13/Jardin
"Le Frigo" au Théâtre de la Tempête
"A deux heures du matin" au Théâtre L'Atalante
"La Veuve Champagne" au Théâtre de la Huchette
"Le Square" au Lavoir Moderne Parisien
"Jo" au Théâtre du Gymnase
"Jean-Marie Galey - Ma Comédie française" au Lavoir Moderne Parisien
"Ah ! Félix" à l'Eglise Sainte-Eustache
"Le Voyage musical des Soeurs Papilles" à la Comédie des 3 Bornes
"Lucie Carbone - Badaboum" à la Comédie des 3 Bornes
"Casse-toi diva" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Nora Hamzawi" au Théâtre du Rond-Point
des reprises
"Letzlove - Portrait(s) Foucault" aux Plateaux Sauvages
"One night with Holly Woodlawn" aux Plateaux Sauvages
"Diva sur Divan" à la Comédie Bastille
"La Liste de mes envies" au Théâtre Lepic
et la chronique des spectacles à l'affiche en septembre

Expositions avec :

"Mondrian figuratif" au Musée Marmottan-Monet
"L'Age d'or de la peinture anglaise - De Reynolds à Turner" au Musée du Luxembourg

Cinéma avec :

"Ne croyez surtout pas que je hurle" de Franck Beauvais
Oldies but Goodies avec "Marie pour mémoire" de Philippe Garrel

et la chronique des films à l'affiche en septembre

Lecture avec :

"Barbarossa : 1941. La guerre absolue" de Jean Lopez & Lasha Otkhmezuri
"Bête noire" de Anthony Neil Smith
"Dictionnaire égoiste de la littérature mondiale" de Charles Dantzig
"Gaeska" de Elrikur Orn Norddahl
"Les refuges" de Jérôme Loubry
"Liquide inflammable" de Robert Bryndza
et toujours :
"Ici seulement nous sommes uniques" de Christine Avel
"Les altruistes" de Andrew Ridker
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac
"Un autre tambour" de William Melvin Kelley
"Un mariage américain" de Tayari Jones
"Week end à New York" de Benjamin Markovits

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=