Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A Place to Bury Strangers
Exploding Head  (Mute Records / EMI)  octobre 2009

On ne change pas une recette qui gagne : deux ans après leur premier album éponyme, les New-yorkais bruitistes de A Place to Bury Strangers font à nouveau parler la poudre en reprenant les mêmes (grosses) ficelles (parce qu’à ce niveau là, on est plus près de la corde à nœuds que du fil à couper) : nappes sonores, distorsions massives, guitares cinglantes et effets à gogo, dans la lignée de leurs brillants (et vénérés) aînés My Bloody Valentine et Jesus & Mary Chain.

La petite sphère musicale, toujours friande d’anecdotes, colporte volontiers qu’Oliver Ackermann, chanteur & guitariste du groupe est aussi un bidouilleur de génie ; il en a même fait son métier dans le civil en fabriquant des pédales d’effets pour les guitares électriques des plus grands. Le groupe serait aussi le plus bruyant du moment…

Heureusement pour nos oreilles, de leurs soniques prédécesseurs, ils n’ont pas encore pris tous les travers : judicieusement programmés lors de la dernière Route du Rock après le set prétentieux et inaudible de Kevin Shields et sa bande, leur prestation classieuse, en comparaison, aura plus marqué les esprits que les tympans.

L’album s’ouvre sur un "It is nothing" dont la fausse modestie ne laisse pas le temps des présentations : un court riff et la batterie se mettent en branle, les guitares froides vrombissent et prennent l’auditeur par surprise pour ne plus le lâcher.

L’efficace "In Your Heart" reste sur les mêmes bases, dans un style (et un usage massif de la réverb’) rappelant un peu les Raveonettes.

Après un démarrage sur les chapeaux de roue et l’effet de surprise passé, les biens nommés "Lost Feeling" et "Dead Beat" font un peu retomber le soufflé… histoire de mieux rebondir sur l’imparable "Keep Slipping Away", dont la mélodie entêtante et les changements de rythmes feraient secouer les cheveux des plus sceptiques.

Dans la même veine, le puissant "Everything Always Goes Wrong" (bien aidé par une batterie infernale) et le mélodique et glacial "Exploding Head" (à la ligne de basse très eighties) ressuscitent les fantômes de la cold wave.

Le dernier titre (trop long pour être reproduit ici sans être soupçonné de remplissage éhonté !) débute sur une base pop sautillante avant que la machine ne s’emballe progressivement pour nous amener vers un déluge de saturation qui vient clôturer l’album de la plus belle des façons.

C’est sûr, l’exercice peut parfois manquer de finesse sur la longueur d’un disque (et qui plus est de deux), mais il reste terriblement efficace et ravira les nostalgiques d’un mur du son qu’on croyait définitivement à terre.

Signés sur Mute (qui n’a jamais si mal porté son nom !), A Place to Bury Strangers livre un album plus abouti que le précédent quoique sans réelle surprise. Si c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes, c’est aussi avec les mêmes bons vieux ingrédients, et ils auraient bien tort de nous en priver !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Transfixiation de A Place To Bury Strangers
A Place to Bury Strangers en concert au Festival La Route du Rock 2009 (vendredi)
A Place to Bury Strangers en concert au Festival La Route du Rock 2009 (vendredi) - 2ème
A Place to Bury Strangers en concert au Grand Mix (dimanche 22 novembre 2009)
A Place to Bury Strangers en concert au Grand Mix (dimanche 22 novembre 2009) - 2ème
A Place to Bury Strangers en concert au Festival Les Indisciplinées #8 (édition 2013) - 7 & 8 novembre

En savoir plus :
Le site officiel de A Place to Bury Strangers
Le Myspace de A Place to Bury Strangers


LaBat’         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=