Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce A Place to Bury Strangers
Exploding Head  (Mute Records / EMI)  octobre 2009

On ne change pas une recette qui gagne : deux ans après leur premier album éponyme, les New-yorkais bruitistes de A Place to Bury Strangers font à nouveau parler la poudre en reprenant les mêmes (grosses) ficelles (parce qu’à ce niveau là, on est plus près de la corde à nœuds que du fil à couper) : nappes sonores, distorsions massives, guitares cinglantes et effets à gogo, dans la lignée de leurs brillants (et vénérés) aînés My Bloody Valentine et Jesus & Mary Chain.

La petite sphère musicale, toujours friande d’anecdotes, colporte volontiers qu’Oliver Ackermann, chanteur & guitariste du groupe est aussi un bidouilleur de génie ; il en a même fait son métier dans le civil en fabriquant des pédales d’effets pour les guitares électriques des plus grands. Le groupe serait aussi le plus bruyant du moment…

Heureusement pour nos oreilles, de leurs soniques prédécesseurs, ils n’ont pas encore pris tous les travers : judicieusement programmés lors de la dernière Route du Rock après le set prétentieux et inaudible de Kevin Shields et sa bande, leur prestation classieuse, en comparaison, aura plus marqué les esprits que les tympans.

L’album s’ouvre sur un "It is nothing" dont la fausse modestie ne laisse pas le temps des présentations : un court riff et la batterie se mettent en branle, les guitares froides vrombissent et prennent l’auditeur par surprise pour ne plus le lâcher.

L’efficace "In Your Heart" reste sur les mêmes bases, dans un style (et un usage massif de la réverb’) rappelant un peu les Raveonettes.

Après un démarrage sur les chapeaux de roue et l’effet de surprise passé, les biens nommés "Lost Feeling" et "Dead Beat" font un peu retomber le soufflé… histoire de mieux rebondir sur l’imparable "Keep Slipping Away", dont la mélodie entêtante et les changements de rythmes feraient secouer les cheveux des plus sceptiques.

Dans la même veine, le puissant "Everything Always Goes Wrong" (bien aidé par une batterie infernale) et le mélodique et glacial "Exploding Head" (à la ligne de basse très eighties) ressuscitent les fantômes de la cold wave.

Le dernier titre (trop long pour être reproduit ici sans être soupçonné de remplissage éhonté !) débute sur une base pop sautillante avant que la machine ne s’emballe progressivement pour nous amener vers un déluge de saturation qui vient clôturer l’album de la plus belle des façons.

C’est sûr, l’exercice peut parfois manquer de finesse sur la longueur d’un disque (et qui plus est de deux), mais il reste terriblement efficace et ravira les nostalgiques d’un mur du son qu’on croyait définitivement à terre.

Signés sur Mute (qui n’a jamais si mal porté son nom !), A Place to Bury Strangers livre un album plus abouti que le précédent quoique sans réelle surprise. Si c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes, c’est aussi avec les mêmes bons vieux ingrédients, et ils auraient bien tort de nous en priver !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Transfixiation de A Place To Bury Strangers
A Place to Bury Strangers en concert au Festival La Route du Rock 2009 (vendredi)
A Place to Bury Strangers en concert au Festival La Route du Rock 2009 (vendredi) - 2ème
A Place to Bury Strangers en concert au Grand Mix (dimanche 22 novembre 2009)
A Place to Bury Strangers en concert au Grand Mix (dimanche 22 novembre 2009) - 2ème
A Place to Bury Strangers en concert au Festival Les Indisciplinées #8 (édition 2013) - 7 & 8 novembre

En savoir plus :
Le site officiel de A Place to Bury Strangers
Le Myspace de A Place to Bury Strangers


LaBat’         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 10 novembre 2019 : Non à la morosité

Faites une pause avec l'actualité, faites une pause avec les réseaux sociaux et profitez plutôt de notre sélection culturelle hebdomadaire avec des tas de belles raisons de se réjouir un peu. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy
et toujours :
"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Une des dernières soirées de Carnaval" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Les Mille et Une Nuits" au Théâtre national de l'Odéon
"21 Rue des Sources" au Théâtre du Rond-Point
"La dernière bande" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Mademoiselle Julie" au Théâtre de la Tempête
"Que Crèvent tous les protagonistes" au Théâtre 13/Seine
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génié" au Studio Hébertot
"L'Effort d'être spectateur" au Théâtre du Rond-Point
"Le Nouveau Cirque du Vietnam - Teh Dar" à l'Espace Chapiteaux de La Villette
"Olympicorama - Epreuve n°4 : le 100 mètres" à la Grande Halle de La Villette
"La Diva divague" au Théâtre de Dix Heures
des reprises :
"Les Membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Change me" au Théâtre Paris Villette
"Corneille Molière - L'Arrangement" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Qui croire" à la Comédie de Béthune
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec:

"Greco" au Grand Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Noura rêve" de Hinde Boujemaa
"Countdown" de Justin Dec
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson
et toujours :
"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=