Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Doll & The Kicks - Morrissey
Le Zénith  (Paris)  vendredi 13 novembre 2009

Le Zénith était ce jeudi soir configuré afin de réduire la taille de la fosse. Tous les fauteuils n'ayant pas été vendus, pour préserver l'égo de diva du mancunien, il fallait que les spectateurs soient serrés les uns contre les autres afin de donner une impression de foule compacte.

En première partie, Doll and the Kicks assurent un set efficace. Le son est lourd, les compositions oscillent entre Siouxsie et les Pixies. Devant un drap sur lequel leur nom est projeté, libres de s'ébattre seulement sur le devant de la scène, les instruments pour le Years of Refusal Tour de Morrissey étant déjà installé derrière le drap, le quatuor livre une prestation meilleure que celle généralement offerte par les groupes de première partie de Morrissey. La chanteuse Hanna Scanlon, alias Doll, vêtue d'un simple justaucorps noir et de collants du même métal, coupe à la Louise Brooks, attire tous les regards, sa plastique bien mise en valeur dans son appareillage à la Emily Autumn en plus sobre.

Avant le concert, les craintes d'une nouvelle annulation étaient réelles. Il s'agissait au Zénith du report du concert que le Moz aurait dû effectuer au Grand Rex en juin 2009, annulé pour cause de maladie. Or deux semaines plus tôt, il s'était évanoui dès la première chanson lors d'un concert à Swindon lors d'une des premières dates de cette nouvelle tournée. Alors que sur la pochette de l'album Years Of Refusal, Morrissey apparaît en grande forme, bodybuildé et bronzé, il semblerait que le poids des ans commence à se faire sentir.

Entré en scène, vêtu d'un costume sobre marron et d'une chemise noire, il démarre au quart de tour par une chanson de son ancien groupe, The Smiths, "This Charming Man". Le public suit, l'ambiance est bonne même si l'on n'assiste pas à certains débordements déjà observés lors de certains de ses concerts. Certes Morrissey reste une icône, mais son public aussi a vieilli.

La setlist est de grande classe. En particulier, un "When Last I Spoke To Carol", ouvert par le fidèle Boz Boorer à la guitare espagnole. "I'm Throwing My Arms Around Paris" dans la "city of lovers" reçoit un bel accueil. S'il est excitant d'entendre "Cemetry Gates" des Smiths, la version en est gâchée par le bourrinage des musiciens. "The Loop" avec ses accents rockab', la contrebasse sur le devant de la scène est toujours aussi efficace. La suite révèle encore des surprises, lorsque sont enchaînés "Ask", un des plus gros succés des Smiths, avec "Don't Make Fun Of Daddy's Voice", obscure face b d'un single sorti en 2004, mais y a-t-il des faces b que les fans de Morrissey ne connaissent pas ? Ou encore lorsqu'est interprété "Death At One's Elbow". L'habituel "How Soon Is Now ?" s'achève sous un déluge de son, les stroboscope rouges étourdissant le public tandis que Morrissey sort troquer sa chemise noire contre une chemise bleue, chemise qu'il jettera à la foule à la fin de "I'm Ok By Myself". En unique rappel, le groupe interprètera un "Something Is Squeezling My Skull" aussi pêchu que lors de la tournée 2007.

Alors, même si le son du Zénith était d'une nullité crasse, même si les musiciens de Morrissey sont beaucoup plus à l'aise dans le gros bruit que dans les arpèges que certaines de ses chansons mériteraient, même si Mozzer semblait s'économiser ce soir-là, même si le spectacle était frustrant en raison de sa courte durée – 1h15 –, Morrissey reste quand même une bête de scène incroyable et une des meilleures voix du circuit rock. De plus, en offrant cinq chansons des Smiths pour dix-neufs titres interprétés, il a fait plaisir a un public qui n'en demandait pas tant. Ce concert de 2009 à Paris a encore une fois prouvé tout le talent de cette icône pop.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album You are the Quarry de Morrissey
La chronique de l'album Live at Earls Court - Who put the M in Manchester ? de Morrissey
La chronique de l'album Ringleader of the tormentors de Morrissey
Morrissey parmi une sélection de singles (juin 2006)
La chronique de l'album Tomorrow will be beautiful de Flo Morrissey
Morrissey en concert à La mutualité (28 octobre 2002)
Morrissey en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (samedi)
Morrissey en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
Morrissey en concert au Festival International Benicàssim 2008
Morrissey en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
Morrissey en concert au Grand Rex (27 octobre 2014)

En savoir plus :
Le Myspace de Doll and The Kicks
Le site officiel de Morrissey
Le Myspace de Morrissey


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=