Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Liquid Architecture – Cymbals Eat Guitars – The Antlers
Nouveau Casino  (Paris)  mardi 24 novembre 2009

Nouvelle édition des soirées Custom ce soir au Nouveau Casino avec, au programme, trois groupes ayant pour tâche de nous animer.

Tout commence avec les français de Liquid Architecture. Enfin disons plutôt que tout commence mal, puisque leur rock bourré de clichés – autant dans leurs influences que dans l’attitude excessivement caricaturale d’une chanteuse se secouant comme un prunier pour palier à toute cette médiocrité – rappelle le pire de Garbage, tout en tentant un rapprochement maladroit avec Blondie. Passée la consternation, c’est clairement la gêne qui s’installe. Fort heureusement, le "show" ne s’éternise pas.

Après une telle prestation, une double hypothèse s’impose à nous. Soit ces messieurs-dames de la programmation Custom (habituellement garants d’une qualité certaine) se sont salement endommagé les tympans à coup de perceuse, ce qui expliquerait ce manque de discernement évident, soit Liquid Architecture a vraiment de supers bons copains aux bras tentaculaires. On vous laisse deviner laquelle de ces options s’avère être la bonne.

La soirée continue avec les jeunes américains de Cymbal Eats Guitars. Pour leur première prestation française, les garçons de Staten Island ne s’économisent pas. Tout commence par un hurlement, donnant ainsi le ton pour les 35 minutes à venir.

Très vite, on pense à Weezer des débuts, pour les accents school rock et les excès de sauvageries. Globalement, les CEB nous ramènent à cet indie rock 90’s qui a joyeusement accompagné notre mal aise adolescent.

Parfois courageux, ils s’autorisent quelques envolées lyriques donnant à leurs compositions des ondulations originales.

Au final, une performance convaincante et surtout très énergique.

Le chanteur trempé de sueur en perdra son bonnet sur le dernier titre (quelle idée aussi ce bonnet ?), puis remerciera la foule venue les accueillir pour cette première prestation dans l’hexagone.

Pour finir en douceur, The Antlers investissent la scène. Certains spectateurs, probablement déjà convaincus par l’album des américains, n’ont pas attendu la fin du concert pour dévaliser le stand de merchandising. T-shirts et vinyles ornent la salle.

The Antlers s’installent donc, et petit détail amusant, c’est en chaussette que le claviériste se présente. A la vue de la batterie de pédales à effets qui se trouvent au sol, on comprend mieux pourquoi.

The Antlers lancent leur pop inspirée sous des applaudissements fournis, pourtant un léger trouble s’installe. L’univers introverti et lyrique de l’album prend un angle ampoulé.

En cause, trop de chœurs systématiques, un jeu de guitare tirant trop souvent sur le post-rock, donnant un côté grosse ficelle voire pompier à des compositions qui ne manquent pourtant pas de raffinement.

Leur originalité tant appréciée sur album se perd sur scène. Au final, c’est un moment agréable, mais bien en dessous de ce que le disque peut procurer.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Why there are mountains de Cymbals eat guitars
La chronique de l'album Hospice de The Antlers
La chronique de l'album Burst Apart de The Antlers
La chronique de l'album Familiars de The Antlers
The Antlers en concert au Festival International de Benicàssim #18 (dimanche 15 juillet 2012)

En savoir plus :
Le Myspace de Liquid Architecture
Le site officiel de Cymbals Eat Guitars
Le Myspace de Cymbals Eat Guitars
Le site officiel de The Antlers
Le Myspace de The Antlers

Crédits photos : Syx


Syx         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=