Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Fatals Picards
Le Fil  (Saint-Etienne)  vendredi 6 novembre 2009
Etude ethnologique d’une tribu picarde

Je pourrai sérieusement écrire que le dernier passage des Fatals Picards à Saint-Étienne remonte à mai 2008 pour le festival Paroles & Musiques et qu’à cette occasion, le groupe avait pu mesurer toute sa popularité auprès du public stéphanois qui était venu remplir le FIL.

Toujours sérieux, je pourrai rajouter qu’un an et demi après ce premier concert au FIL, voici nos picards parisiens de retour, avec un nouveau spectacle et un nouvel album Le Sens de la Gravité.

Je pourrai aussi sans sourire pérorer sur le postulat de Paul Léger, le chanteur des Fatals, qui explique que tous les membres du groupe ont vraiment pris part à la création de ce dernier opus et c’est tout naturellement que cela se retrouve sur scène (mais vous pouvez aussi lire l’interview de Paul pour en savoir plus…).

Mais est-ce bien sérieux de chroniquer sérieusement un concert des Fatals Picards ? Autant parler natation avec un kilo de plomb ou kilo de plomb avec un lapin de Garenne… De plus, quelques jours après la disparition de Claude Lévi-Strauss, n’est-ce pas l’occasion d’aborder cette soirée avec la légèreté de l’ethnologue analysant une tribu autochtone ?

Les Fatals Picards sont une tribu musicale aux mœurs particulièrement sophistiquées. Venant de dévorer leur ancien chef historique, ils s’activent désormais dans des exhibitions euphoriques pendant lesquelles ils brament leur plaisir de s’aimer en public.

Les Fatals Picards sont les enfants illégitimes d’une douteuse expérience sexuelle entre Bobby Lapointe et tous les membres des Guns N' Roses. Ils ont été élevés par leur grand frère Didier Wampas

Très tôt, ils ont tous appris à jouer d’un instrument, sauf Paul qui ne sait jouer qu’un seul morceau à la guitare… mais il joue plus fort que les autres en concert pendant l’intro de la chanson et les autres ne disent rien car ça fait partie du contrat moral qui les unit : on se moque de tout, sauf des mères, des habits et de l’intro à la guitare de Paul !

Pendant tous les autres morceaux du concert, c’est Billy qui joue plus fort de la guitare, ce qui est normal car c’est le seul guitariste quand Paul ne fait pas d’intro…

Billy, lui, ressemble à un Renaud. Un Renaud qui serait jeune, brun, guitariste et sans les jambes arquées. Billy est le poète du groupe, parfois il chante sous sa douche, alors ses copains des Fatals lui demandent de composer un peu les musiques et d’écrire aussi un peu.

Billy, il est sympa alors il le fait et même que maintenant, il chante sur scène. Surtout les chansons du dernier album où chacun a davantage sa place.

Parfois, il fait des blagues aussi sur scène… Mais là, Paul se moque…ça fait partie du contrat moral  du groupe : si on ne doit se moquer de rien, au moins moquons-nous des blagues du guitariste et de ses lunettes. Parfois Billy donne sa guitare à Yves le bassiste mais pas ses lunettes. En échange, il récupère la basse mais s’ennuie un peu...

Yves, lui, est tatoué. Il a les cheveux longs, de gros biceps et joue de la basse. Il chante un peu avec Paul pour qu’il se sente moins seul. Paul ne se moque pas de lui parce que Paul est drôle mais pas courageux et que ce bassiste est vraiment très costaud. De plus, les bassistes ont rarement le sens de l’humour, contrairement aux batteurs qui ont un sens de l’humour remarquable mais comme ils sont toujours occupés à taper et à faire du bruit, on ne s’en rend pas compte.

Jean-Marc, le batteur des Fatals, est le dernier Cro-Magnon communiste du groupe. Homme d’une autre époque, il porte la voix de la sagesse au sein de la tribu et à ce titre exige de temps à autre une pause syndicale. C’est pour lui le moment de se reposer en chantant un titre et pour promouvoir pour une égalité de statut entre tous les membres.

C’est surtout l’occasion d’enlever le micro des mains de Paul qui aurait tendance à trop le garder, comme d’autres collectionnent les stylos Montblanc.

Jean-Marc nous rappelle que sont père était tellement de gauche que son fils a fini tourneur…

Le public qui assiste à tout ça ne se prend pas non plus au sérieux et participe autant que possible à cette joyeuse pantomime et – cela fait partie du contrat moral qui unit un fan à son groupe – accompagne de ses gesticulations et de ses cris le guide suprême, qui se contorsionne comme un iguane sur scène.

Peu de chants traditionnels dans cette tribu, à peine deux vieilles chansons. Les deux derniers albums tiennent la plus grande place dans cette cérémonie primitive. C’est bien là que les membres du groupe et le public sont le plus à l’aise et en communion. Saluons au passage la reprise "Comme elle vient" en fin de concert, avec une vraie performance vocale, là on arrête de rire : c’est vraiment du sérieux !

Alors pour valider nos hypothèses ethnologiques du moment : non les Fatals Picards ne se prennent pas au sérieux, oui ils prennent plaisir à jouer ensemble, oui le public ressort heureux de ce moment musical accessible et bon enfant, oui le dernier rappel était un vrai moment rock 'n' roll authentique et oui c’est promis nous retrouverons notre sérieux dans une prochaine chronique.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Pamplemousse Mécanique des Fatals Picards
La chronique de l'album Septième Ciel des Fatals Picards
La chronique de l'album Fatals Picards Country Club des Fatals Picards
La chronique de l'album Espèces menacées des Fatals Picards
Les Fatals Picards en concert au Festival en Campagne 2007
Les Fatals Picards en concert au Fil (samedi 26 mars 2011)
Les Fatals Picards en concert au Fil (vendredi 7 décembre 2012)
L'interview des Fatals Picards (14 mars 2007)
L'interview des Fatals Picards (6 novembre 2009)
L'interview des Fatals Picards (vendredi 7 décembre 2012)
L'interview des Fatals Picards (mercredi 15 novembre 2016)

En savoir plus :
Le site officiel des Fatals Picards
Le Myspace des Fatals Picards

Crédits photos : Eric Ségelle (Toute la série sur Taste of Indie)


Cyril Hortala         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Les Fatals Picards (15 novembre 2016)


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=