Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Imelda May
Le Réservoir  (Paris)  17 novembre 2009

Entre le Paradiso d'Amsterdam et un festival jazz à Barcelone, l'irlandaise Imelda May faisait pour la première fois halte dans une salle parisienne, le Réservoir. Pour ceux qui ne connaissent pas ce lieu, le Réservoir tient plus du club, avec son long comptoir de bar, ses tables et ses chaises en bois, ses banquettes, son atmosphère un peu sombre, lustres avec verroterie au plafond, et un décor où se côtoient des miroirs aux bordures dorées, un cheval de manège, et les photos des artistes passés sur scène (Robert Smith ou Thom Yorke) lors des Music Planet 2Nite de Ray Cokes pour Arte. La salle est tellement petite que les artistes sont obligés de se faufiler derrière le bar pour rejoindre les loges qui se trouvent en haut de d'un escalier en colimaçon.

Imelda May, repérée par Jools Holland, renouvelle le genre rockabilly par une voix très chaude, teintée de jazz, mais reste fidèle aux attitudes pin-up année 50's et à la musique de Gene Vincent, Eddie Cochran et Elvis Presley. Elle a remporté, cette année, le titre de meilleure artiste féminine aux Meteor Music Awards, équivalent irlandais de nos victoires de la musique.

Ce soir-là, l'ambiance était rockabilly sur scène, mais aussi dans le salle. Dans la salle, presqu'autant de curieux venus voir la diva dublinoise que des vrais rockers dont la banane souvent avait disparu en même temps que les cheveux, mais dont les rouflaquettes, tatouages et abdos Kronembourg montraient qu'ils avaient passé beaucoup de temps à côté des jukeboxes.

Sur scène, Imelda May, robe tigrée hyper-moulante, chaussures à talons (très) hauts, queue de cheval et petite banane en tourbillon, était entourée de quatre musiciens qui semblaient sortir d'un film sur la mafia irlandaise. Mais chacun d'entre eux excellait à son instrument : David Priseman, à la trompette ou trompette bouchée se lançait dans des solos étourdissants, Steve Rushton à la batterie et Al Gare à la basse électrique ou à la contrebasse proposaient une rythmique tout aussi impressionnante que dansante, et Darriel Higham (alias Monsieur Imelda May à la ville) à la guitare électrique enflammait les cordes de sa gretsch 6120.

Durant le set, tous les titres des l'album Love Tatoo auront été interprétés, en plus de certains de son précédent album No Turning Back, sorti sous le nom d'Imelda Clabby. En rappel, Imelda May jouera son single "Johnny got a boom boom", troquant son tambourin pour un bodhran orné d'un triskell. Devant le public qui avait abandonné les fauteuils pour se lever et taper à tout rompre dans ses mains, elle reviendra pour interpréter en reprise "Tainted Love" de Gloria Jones puis "My Baby Left Me" du King Elvis.

Il est à parier que lorsque l'album d'Imelda May sera distribué en France par Universal (pour l'instant, on ne le trouve qu'en import), elle repassera dans une salle autrement moins intime, mais plus à la dimension de son talent.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Imelda May en concert au Festival BIME Live! 2014 (édition #2) - vendredi 31 octobre

En savoir plus :
Le site officiel de Imelda May
Le Myspace de Imelda May


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 15 décembre 2019 : Pas de retraite pour le Père Noël

Si vous voulez piocher dans notre sélection culturelle quelques cadeaux pour noël, c'est le moment. Vous pouvez même encore commander quelques tote bags en édition limitées Froggy's Delight ici : Envoi garanti avant noel ! En attendant c'est parti pour du théâtre, des disques, des films, des expos... et même un joli casque de réalité virtuelle à mettre sous le sapin.

Du côté de la musique :

"American Utopia on Broadway" de David Byrne
"Le roi des ruines" de Andoni Iturrioz
Rencontre avec C GEM qui nous offre aussi une session avec son Red Moon Orchestra
"Street talk : Saxophone summit" de Dave Liebman, Joe Lovano et Greg Osby
"Single so over" de Kid Francescoli
"Brutal pop" de Sun
"Big bang" de Les Bons Becs
"Whosampled.com", mix numéro 6 de notre podcast Listen In Bed
"I don't know what i'm doing" de Molto Morbidi
"Aside" de My Imaginary Loves
"Hits hits hits hourra" de Marcel et son Orchestre
"Midnight colors" de Midnight Colors
Et pour finir, un petit tour aux aux 41eme Transmusicales de Rennes
et toujours :
"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Warm" au Théâtre du Rond-Point
"Les Chiens" au Théâtre La Flèche
"L'Entrée en résistance" au Théâtre de la Reine Blanche
"Les Pâtes à l'ail" au Théâtre La Scène Parisienne
"Comme des soeurs" au Théâtre La Scène Parisienne
"Une femme se déplace" au Théâtre des Abbesses
"La Valse d'Icare" au Théâtre Le Lucernaire
"Monsieur X" au Théâtre de l'Atelier
"Dracula, Lecture rock dans la veine de Bram Stocker" à la Maison de la Poésie
"Les Wriggles - Complètement Red" au Palace
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de la Tempête
"Camille contre Claudel" au Théâtre Lepic
"Les Enivrés" au Théâtre de la Tempête
"Chanson Plus Bifluorée - Spécial Fêtes" au Théâtre La Bruyère
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Sculptures infinies" aux Beaux-Arts

Cinéma avec :

"The Lighthouse" de Robert Eggers
et la chronique des films sortis en décembre

Lecture avec :

"La Wehrmacht, la fin d'un mythe" de Jean Lopez
"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'Amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=