Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Seasick Steve
Grand Mix  (Tourcoing)  21 novembre 2009

"Seasick Steve + guests" indiquait le billet. La première question de la soirée à fouler les rangs était bien de savoir qui étaient ces mystérieux invités. Aucune information sur le sujet.

Il est 20h, les portes du Grand Mix s’ouvrent et la foule s’étend doucement à l’intérieur. Beaucoup de connaisseurs, et d’autres tout simplement curieux. Au bar, on entend parler un monsieur qui a fait 1000km pour venir ce soir au concert, de quoi tournait quelques oreilles attentives !

La scène est prête : une batterie dont la grosse claire est signée Seasick Steve, à côté d’une estrade sur laquelle se cotoîent une chaise, un micro et quelques boîtes à son.

La scène est déjà empreinte de l’ambiance à venir et semble prête pour Seasick Steve lui-même, pas pour une première partie, et c’est effectivement le cas.

Le grand Monsieur entre en scène dans sa plus simple dégaine, pantalon du dimanche et chemise à carreaux, accompagné par son batteur aux cheveux longs et blonds qui prend place derrière son instrument.

Steve s’installe sur l’estrade et s’inquiète de savoir s’il va être compris par son public francophone. Mais pas de peur à avoir, le public lillois est au rendez-vous et assure sa partie du spectacle en réagissant sans hésiter aux dialogues de Monsieur Steve ainsi qu’à ses chansons.

Avec "Happy (to have a job)" et son final imposant, le ton est donné. Très vite, la bouteille de Jack Daniels rejoint la scène et s’efface à grandes gorgées directement au goulot dans la gorge de Seasick Steve. Le vieil homme aux 68 printemps ne manque pas d’humour et taquine son assistance volontiers.

Entre chaque morceau, il change d’instruments, mais reste toujours dans ses cordes, ou presque... De la vieille folk classique à l’électrique désinguée dont il ne reste que trois cordes, il nous présente sa boîte à cigares faite maison façon banjo, ou encore une planche de bois sur laquelle trône une seule corde accompagnée d’une poignet de porte de voiture inutile et d’une guirlande de Noël purement décorative.

Le monsieur a de l’humour quand il nous présente ces "piece of shit" qu’il propose au plus offrant, mais le monsieur a surtout du talent. Six, quatre, trois ou une seule corde avec son "Diddley-Bo" pour un morceau homonyme, il en impose. Avec son bottleneck il nous envoit des sons qui font du bien aux oreilles, dans un rythme blues typique de là-bas, et accompagnée d’un batteur attentif et tout aussi performant !

La chaleur monte, que ce soit dans le public ou sur scène, et Seasick Steve tombe la chemise. Entre chaque morceau, il se lève brièvement pour saluer chaleureusement son public, et en profite pour reprendre une ou deux gorgées de whisky. Ambiance décontractée à la cool, on se placerait bien autour d’un feu pour l’écouter et le regarder jouer toute la nuit. D’ailleurs, on y est presque quand Steve descend de son estrade pour venir flirter avec son public complètement sous le charme. Il n’hésite pas à serrer les mains des premiers rangs, à échanger avec eux, puis il s’assoit sur le bord de scène et se laisse encercler par son auditoire.

Cultivant sa relation au public, il fera monter une demoiselle du premier rang sur scène et l’invitera à le rejoindre sur la chaise voisine à la sienne, le temps d’une chanson.

La demoiselle bien qu’impressionnée joue le jeu et redescendra à sa place quelques minutes plus tard, des souvenirs indélébiles plein la tête. Un autre morceau et Seasick Steve invite une demoiselle timide à le rejoindre, elle l’accompagnera le temps d’un morceau, laissant sa voix country se marier avec celle de Steve.

Les morceaux s’enchaînent : "Chiggers", "Seasick Boogie", "Never go west"... entre différents morceaux ils nous racontent sa vie, ses épisodes parfois difficiles lors de son adolescence.

De nouveau Steve retourne se mélanger à son public et finit par descendre complètement dans la fosse pour se mêler totalement à tous les spectacteurs. Un moment fort en émotions et en partage, qui touche profondément certains de ses fans, le monsieur aux mille bornes en particulier.

Après une bonne heure et demi de concert, Seasick Steve s’en va et le public s’éparpille dans la salle de nouveau, des notes de blues plein la tête. Seasick Steve nous a comblés et son nom restera gravé dans nos esprits comme sur chacune de ses guitares.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album You Can't Teach An Old Dog New Tricks de Seasick Steve
La chronique de l'album Keepin’ The Horse Between Me And The Ground de Seasick Steve
Seasick Steve en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
Seasick Steve en concert au Festival des Inrocks iDTGV 2008
Seasick Steve en concert au Festival Pukkelpop 2010 (jeudi 19 août 2010)
Seasick Steve en concert au Festival Rock en Seine 2011 - Programmation du vendredi
Seasick Steve en concert à L’Alhambra (vendredi 18 octobre 2013)
Seasick Steve en concert au Festival de Beauregard #6 (édition 2014) - dimanche
Seasick Steve en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #27 (édition 2015) - Samedi 4
Seasick Steve en concert au Festival Lollapalooza Paris #1 (édition 2017) - Dimanche
Seasick Steve en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2017 - du vendredi au dimanche

En savoir plus :
Le site officiel de Seasick Steve
Le Bandcamp de Seasick Steve
Le Soundcloud de Seasick Steve
Le Facebook de Seasick Steve

Crédits photos : Cédric Chort (Toute la série sur Taste of Indie)


Marion Agé         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=