Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bertrand Louis - La Blanche
L'Européen  (Paris)  mardi 1er décembre 2009

20h30 : Bertrand Louis entre dans une salle aux trois-quarts vides et vient s'installer au clavier.

Costume noir, chemise brillante, lunette design, demi-santiags aux pieds, il entame directement son concert avec "Je balaye" de son album 2 et enchaine avec "20h00".

L'éclairage fixe sur le clavier Roland et Bertrand Louis devant rappelle d'une certaine manière un William Sheller au piano qui aurait la voix d'un Thomas Fersen. D'ailleurs, il n'hésite pas à nous suggérer d'imaginer un piano à queue, sinon "ce serait comme baiser avec une capote", précise-t-il. On ne le sent pas très à l'aise, devant ce public qui applaudit timidement entre chaque chanson.

Nous apprenons que son prochain album, Le Centre Commercial, qui raconte l’histoire d’un tueur en série, sortira fin février 2010 dont "La putain publicitaire" est issue.

Bertrand Louis se lève et prend sa guitare pour "Le Cirque" puis "Scène de crime". Il revient au clavier pour "On n'est pas à l'abri d'un succès" et sort une liasse de billets. "Je vais faire en sorte que vous m'aimiez plus vite" dit-il et jette les billets dans la salle. Le public ne réagissant pas, il ajoute : "ne vous battez pas, il y en aura pour tout le monde". Après ce flop, Bertrand Louis enchaine avec une dernière chanson au clavier et quitte la scène au bout de 40 minutes de concert.

La salle se vide à nouveau, sans doute l'appel impérieux de la cigarette. On doit supporter Supertramp en guise de musique d'attente.

Petit à petit, une centaine de personnes viennent s'éparpiller dans la salle, donnant la sensation d'un Européen plein. La moyenne d'âge du public oscille entre 35 et 45 ans.

Sur scène, le clavier a disparu laissant place à deux musiciens de chaque côté de la scène : un guitariste à la gueule de Brad Pitt barbu et aux cheveux longs et un multi-intrumentiste (clavier noir, clavier marron, contrebasse, guitare, cloche, cymbale et autres percussions).

Eric La Blanche arrive, s'installe au devant de la scène, seul face au micro et entame directement "Je suis content", tiré de son dernier album Imbécile Heureux. A l'écoute de "Je renvoie", le public se réveille et tape dans les mains.

Un jeu d'éclairage vertical à la manière d'une pluie de lumière apporte un caractère effrayant au visage du chanteur sur "Le Forcené" dont les paroles traduisent bien l'atmosphère : "je n'ai pas choisi la haine, toute seule elle est montée".

On ne changera pas d'ambiance avec "La Balançoire" ou "Un Monsieur sans histoires", pour laquelle Eric prend sa voix d'outre-tombe.

Jusqu'ici, les chansons se sont enchainées sans jamais un mot adressé au public froid et transi. Enfin, on nous parle de la Conférence de Copenhague qui se tiendra dans 10 jours en se demandant ce qui va en sortir. Le constat qu'il ne nous restera pas grand chose permet une magnifique transition pour introduire "Effondrement". Les paroles parlent d'elles-même : "on vivra de rien du tout, quand on s'aime on s'en fout, notre amour c'est déjà beaucoup" ou "tu sais le monde peut bien s'écrouler, ça ne m'empêchera pas de t'aimer".

Puis vient une autre maginifique chanson d'amour, hommage : "La Mort à Johnny", issu de son précédent album La Blanche - Disque d'or. La salle qui s'est réveillée participe enfin.

Eric nous explique qu'il a eu l'occasion de faire la rencontre d'un psy. Pendant les séances, le psy lui demandait : "racontez-moi votre enfance". Lui, qui n'avait pas très envie, inventait des histoires ou racontait celles que ses grand-parents lui contaient. On apprend que la cause de ces séances provient d'une relation amoureuse avec "La Folle". C'est alors que l'on assiste à la sortie de la contrebasse qui donne un côté théâtral à la situation.

La folle, on aurait pu croire qu'elle était présente dans la salle : elle était là, grande, longue, avec ses cheveux blonds qu'elle enroule autour de ses doigts tel un toc, vautrée dans son fauteuil, jambes écartées, avec ses bottes marron. Les yeux remplis de larmes, elle renifle, pleure, puis éclate subitement de rire, surprise par le jeu de scène du chanteur.

Eric nous invite ensuite à un séminaire d'entreprise à la campagne avec "Allongé dans un pré en automne", Puis enchaine avec "Imbécile heureux", morceau qui met tellement sa voix sensuelle en valeur.

Il présente ses deux musiciens : Nicolas Deutsh qui a également réalisé les arrangements sur son dernier album et son guitariste qui, à l'appel de son nom, improvisera un solo de guitare à la Hendrix. Eric ne manquera pas d'ajouter : "un imbécile heureux..."

Nous aurons droit à "Alcoolique", morceau sur lequel il se jettera à genoux depuis le fond de la salle, pour un magnifique final. Eric aime bien en faire un peu trop...

Les trois musiciens quittent la salle et reviennent pour un premier rappel. Eric nous parle alors de deux types de chansons d'amour : celles qui finissent mal et celles qui commencent mal. C'est alors qu'il fera l'éloge de sa bien aimée, en empruntant parfois la voix de Nougaro : "Ma bite".

Il remercie ensuite Thibaut Derien, le photographe qui a collaboré à la réalisation du livret et qui expose ses oeuvres actuellement à l'Européen. Il enchainera avec une reprise improbable de Jean-Pierre Mader : "Macumba". Pour cette chanson qui tient tant à coeur des musiciens, Sylvain Gontard qui a joué sur le dernier album viendra accompagner les musiciens sur scène avec sa trompette.

Au second rappel, les deux musiciens arrivent seuls, Eric arrivera ensuite pour chanter "Mon ennemi" et sera rejoint par le trompettiste.

Un ultime remerciement pour celui qui a fait des lumières magnifiques ce soir.

Au deuxième rappel, la folle se sera calmée puis endormie, tombant de fatigue. Son visage semble alors apaisé. Elle se réveillera lorsque les lumières de fin de concert surgiront et disparaitra...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album 2 de Bertrand Louis
La chronique de l'album Le centre commercial de Bertrand Louis
La chronique de l'album Sans moi de Bertrand Louis
Bertrand Louis en concert à l'Espace Kiron (6 novembre 2003)
Bertrand Louis en concert à l'Elysée Montmartre (11 décembre 2003)
Bertrand Louis en concert à Denis Rivet - Tango Kashmir - Mathilde Forget - Nicolas Séguy - Hildebrandt - Emmanuel Urba (samedi 3 octobre 2015)
L'interview de Bertrand Louis (10 octobre 2003)
L'interview de Bertrand Louis (18 février 2010)
La chronique de l'album Disque d'or de La Blanche
La chronique de l'album Imbécile heureux de La Blanche
La Blanche en concert au Zèbre de Belleville (8 novembre 2006)
L'interview de La Blanche (novembre 2006)

En savoir plus :
Le site officiel de Bertrand Louis
Le Soundcloud de Bertrand Louis
Le Myspace de Bertrand Louis
Le Facebook de Bertrand Louis
Le Myspace de La Blanche

Crédits photos : Diane Hion (Toute la série sur Taste of Indie)


Margotte         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Bertrand Louis (18 février 2010)


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=