Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sanseverino
Le Fil  (Saint-Étienne)  vendredi 18 décembre2009

Le dernier album de Sanseverino (voir la chronique de l’album Les Faux Talbins) marque une évolution importante dans le parcours du bonhomme. Moins manouche, plus rock. C’est aussi visiblement un travail de groupe avec un Sanseverino aux manettes qui a peaufiné tous les arrangements. C’est dire si la tournée live est attendue…

Qui connaît Sanseverino sait à quel point c’est un homme de scène. Musicien, comédien, clown, interprète, toutes ses expériences le destinent à la scène. Lui s’y plait énormément, multipliant les dates comme un boulimique et les formats comme un gourmet, pour le plus grand plaisirs du public. Ne sachant jamais où attendre Sanseverino, le virage du dernier album laisse présager plus que jamais une série de live surprenants ! En ce début de tournée, le public du Fil est nombreux et multiple. On y retrouve des fans historiques, des curieux, des convaincus du dernier album, des impatients du nouveau show, et des "pro-swings manouches" sceptiques...

Va-t-il contenter tout le monde avec quelques nouvelles chansons et un set de "vieilles" chansons swing ? Va-t-il assumer totalement le dernier album et offrir un concert rock dans sa totalité ? Est-ce que le nouveau Sansé tiens la longueur sur un concert ? Comment trouver un consensus pour satisfaire ce public d’ados, de vieux, d’enfants, de prolo, de bobo… qui semble si hétérogène ?

Comment… Chut ! C’est parti ! Images en fond d’écran, des musiciens en costard cravate, un Sanseverino classe, une entrée en matière très sobre, posée. Un son parfait. La voix entoure la salle. Les gestes sont précis. Le regard croise chaque spectateur. Un bras de fer surprenant qui se faufile en finesse pour abattre notes après notes les défenses de la salle… C’est qui le boss… Il a de la bouteille le vieux ! Qui a parlé de consensus ? Il se laisse encore deux chansons pour planter le décor "A boy named Sue" puis "Les Faux Talbins".

Le ton est trouvé, le son est posé. Sanseverino a pris les rênes de la soirée, il crache, il ment, il rit. Sanseverino est un mauvais garçon… Vous aimez ça ? Alors il continue faisant du concert un show permanent. Le public est vite scotché par la performance… Sansé alterne les guitares – dont celle désopilante en forme de bus – Sanseverino est un grand enfant – et rappelle à tous qu’il fait ce qu’il veut avec cet instrument.

Les musiciens prennent un plaisir palpable à jouer ensembles et sont les premiers spectateurs des dérapages contrôlés de leur leader. La petite bande se suit depuis plusieurs tournées (certains depuis le premier album). Pouliquen aux ukelélés et guitares, Cravero à l’orgue et au violon, GP Cremonini à la basse, B. Camouin au trombone, Tribolet à la batterie et bien sûr Legeay à la guitare… C’est dire si ça tourne. Le sourire aux lèvres, ils excellent dans leur domaine et suivent à la lettre, pour improviser et s’adapter à la situation, les consignes du boss, qui d’une main en l’air ou d’un hochement de tête, gère l’énergie du show et du public. Au milieu du chaos règne un ordre impeccable, la musique est vivante et rien n’est figé !

Avec une ardeur sans égale, plusieurs titres du dernier album parmi les plus pêchus s’enchaînent assommant littéralement le public.

Gérant ses interventions verbales comme autant de respirations, Sansé rythme la soirée. Invitant un gamin d’à peine 5 ans sur scène, il lui apprend avec une tendresse incroyable – finalement Sanseverino est un grand sensible – le refrain de "La Salsa du démon", faisant du petit gars le héros d’une soirée pendant cette reprise déjantée. Il apprendra plus tard à 3 petits gadjos invités sur scène les paroles de "Mort aux vaches" pour l’accompagner sur cette reprise de Parabellum, seul à la guitare. Sanseverino – qui est aussi un grand pédagogue – enseigne aux gamins un frais "Mort aux vaches, mort aux condés" ponctué de conviviaux bras d’honneur… pour le plus grand plaisir de leurs parents. L’épisode qui pourrait paraître déplacé est pourtant très bien accueilli par tous et fourni encore la preuve de toute l’humanité du personnage dans sa manière d’aborder l’autre et de ne pas tricher.

Finalement, le secret de Sanseverino est là : c’est un vrai mec qui derrière son côté bad boy est d’une authenticité totale. C’est un prolo qui aime les gens. Voilà peut-être pourquoi il se détourne avec cette tournée un peu plus encore de son image bobo nouvelle scène. Cette liberté de ton et cette sincérité font de ce concert une réussite. Ici on ne triche pas ! Les chansons des albums précédents sont aussi à la sauce électrique. On assume jusqu’au bout les choix du moment et la déconnade en bande… Jusqu’à revenir sur scène au moment du rappel grimés en curés, le bassistes en cardinal jouant sur une basse en forme de crucifix géant, pour reprendre "L’eau à la bouche" de Gainsbourg !

Vous l’aurez compris ce concert a été un vrai moment de musique et de spectacle vivant. Sanseverino et ses musiciens se donnent sans retenues et sans artifices. Certains ont parfois pu être choqués par l’humour Bête et Méchant, d’autres peut-être déçus par le manque de "vielles chansons", d’autres encore frustrés par la quasi absence de solo manouche… Mais il y a fort à parier que tous ont été touchés par la sincérité du show, qui nous rappelle qu’un artiste n’est jamais aussi bon que lorsqu’il va en liberté, libéré des chaînes de l’offre et de la demande, de l’audimat et des ventes d’album…

Cette soirée marquait pour Sansévérino, et pour nous, le dernier concert avant les fêtes, une bien belle manière de refermer musicalement l’année 2009 ! Et bonne nouvelle : la tournée continue dès janvier 2010 pour au moins 30 dates jusqu’à l’été, pour celles et ceux qui ne souhaitent pas attendre les festivals de l’été où Sanseverino ne devrait pas manquer de faire parler de lui… En tout cas, c’est tout le mal qu’on lui souhaite pour cette nouvelle année !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Les Faux Talbins de Sanseverino
Sanseverino en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Sanseverino en concert au Festival Solidays 2004 (samedi)
Sanseverino en concert au Festival Les Rockeurs ont du coeur 2005
Sanseverino en concert au Festival des Vieilles Charrues 2007 (jeudi)
Sanseverino en concert au Festival Les Nuits Secrètes
Sanseverino en concert à Denfert Rochereau (dimanche 21 juin 2009)

En savoir plus :
Le Myspace de Sanseverino

Crédits photos : Laurence Rigaudon


Cyril Hortala         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=