Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pissed Jeans
King Of Jeans  (Sub Pop / PIAS)  novembre 2009

"Maman, viens me chercher !" hurlerait l’auditeur imprudent, quelques minutes après avoir déposé sur sa platine, le vénéneux troisième effort des américains de Pissed Jeans. En effet, ce groupe originaire de Pennsylvanie n’est pas du genre à se détendre en musique après le copieux déjeuner hebdomadaire chez les beaux-parents. Eux sont plutôt du genre en colère, ivres, prêts à en découdre à coups de batte de baseball ou de chaînes de vélos. Dans une ambiance glauque, moite, proche des rades miteux ornés de vomi sortis de Hype !, ce mythique long métrage retraçant l’explosion du mouvement grunge à Seattle à la fin de années 80. On se remémore d’ailleurs émus le pugilat provoqué en plein cagnard lors de leur prestation à Primavera 2008.

Deux ans après Hope For Men, le cauchemar recommence donc avec ce disque coup de poing, débarrassé des lourdeurs de production des précédents avec l’aide d’Alex Newport (At The Drive In, Sepultura). Musicalement, Pissed Jeans trouve ses racines dans le hardcore américain des années 80 (au hasard Black Flag…), l’impérissable hard rock seventies et ses riffs dégoulinants (au hasard Black Sabbath…) pour donner naissance à une sorte de grunge à rapprocher de Flipper, des Melvins ou de Soundgarden (époque Louder Than Love). Pas franchement une surprise dans ces conditions de les retrouver chez Sub Pop malgré les orientations récentes plus folk du label. Nécessité de réinvestir les royalties récoltées avec les Shins et Fleet Foxes ou volonté d’assurer une continuité avec les artistes ayant fait sa légende ?

Au-delà de la lourdeur écrasante et de la brutalité des instruments, la sauvagerie inouïe de Pissed Jeans doit beaucoup à son chanteur désabusé, Matt Korvette, rappelant souvent David Yow (Jesus Lizard). Lequel étant également responsable de ces sombres paroles, sorte de rage adolescente éructée par un homme refusant l’âge adulte, son mode de vie et ses contraintes.

Au final, King Of Jeans pourrait se résumer de façon simpliste à une agression ininterrompue de quarante minutes avec ses réussites ("False Jesii Part 2", "Dream Smotherer" et "Dominate Yourself"), son unique et bref moment d’apaisement ("Request For Masseuse") et son inévitable moment de bravoure ("Spent").

Avec le temps, on avait perdu l’habitude de ces disques aussi radicaux que datés rappelant l’impression procurée par un set de Mudhoney en 2009. Pourtant s’y replonger s’avère aussi excitant que jouissif. Tout à fait jubilatoire parfois également. Dommage que la pochette soit aussi laide qu’inefficace malgré une bonne dose d’ironie.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Hope for men de Pissed Jeans
La chronique de l'album Honeys de Pissed Jeans

En savoir plus :
Le site officiel de Pissed Jeans
Le Myspace de Pissed Jeans


Barbel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 mai 2021 : En mai fait ce qu'il te plaît ? peut-être

Une lueur dans la nuit, un espoir de concerts, de théâtres, de cinéma et soyons fous de restaurants... croisons tous nos doigts, tous ensemble. D'ici là, voici de quoi garder espoir et soutenir la culture. Commençons bien sûr par le replay de la MAG #26

Du côté de la musique :

"Once" de Maxwell Farrington & Le Superhomard
rencontre avec Rover qui nous parle de son nouvel album
"Drôles de dames" de Fabrice Martinez, Laurent Bardainne et Thomas de Pourquery
"Statistic ego", de Fauxx
"Fallen chrome" de Jac Berrocal & Riverdog
"Nikolai Tcherepnin : Le Pavillon d'Armide op 29" de Henry Shek & Moscow Symphony Orchestra
"Bal Kabar" de David Sicard
"Surrounding structures" de Veik
"Amnésique, mais d'une bonne manière (avec Francis Bourganel, Guillaume Long et Flavien Girard)" 9ème émission de Listen In Bed saison 2
"A Tania Maria journey" de Thierry Peala & Verioca Lherm
"Can't wait to be fine" de We Hate You You Please Die
et toujours :
"EAT" le 20ème mix de la saison 2 de Listen In Bed
"Orchestral works" de Hans Rott
"Heavy ground" de Liquid Bear
"Piano sonata by Maki Namekawa" de Philip Glass
"Impressions" de Sophie Dervaux
"Fart patrol" de Steam Powered Giraffe"
Un petit tour des clips du moment qui annoncent de beaux albums

Au théâtre au salon :

avec les captations vidéo de :
"Iphigénie" de Racine
"Atelier Vania" de Jacques Weber, Christine Weber et Marc Lesage
"A tort et à raison" de Ronald Harwood
"Le Bouffon du Président" d'Olivier Lejeune
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Cyrano m'était conté" de Sotha
"CirkAfrika" du Cirque Phenix

Expositions :

en virtuel :
"Les Musiques de Picasso" à la Philarmonie de Paris
"Peintres femmes, 1780 - 1830 - Naissance d'un combat" au Musée du Luxembourg
"Leonetto Cappello, l'affiche et la parfumerie" au Musée international de la Parfumerie à Grasse
"Jean-Michel Basquiat" à la Fondation Louis Vuitton
"Rêver l'univers" au Musée de la Poste
"Vêtements modèles" au Mucem

Cinéma :

at home :
"Un adultère" de Philippe Harel
"Caprice" d''Emmanule Mouret
"Daft Punk's Electroma" de Guy-Manuel De Homem-Christo et Thomas Bangalter
"Ariel" de Aki Kaurismaki
et des muscles et de l'action avec :
"L'Arme parfaite" de Titus Paar
"La Crypte du Dragon" de Eric Styles
"Black Water" de Pasha Patriki

Lecture avec :

"Patti Smith : Horses" de Véronique Bergen
"Les sorcières de la littérature" de Taisia Kitaiskaia & Katy Horan
"Je ne suis pas encore morte" de Lacy M. Johnson
"La famille" de Suzanne Privat
"Le brutaliste" de Matthieu Garrigou-Lagrange
"Les fossoyeuses" de Taina Tervonen

et toujours :
Rencontre avec Benjamin Fogel
"Le silence selon Manon" de Benjamin Fogel
"Christopher Nolan, la possibilité d'un monde" de Timothée Gérardin
"Disparues" de S. J. Watson
"Ecoutez le bruit de ce crime" de Cedric Lalaury
L'iconopop, saison 2
"Locke & Key" de Joe Hill & Gabriel Rodriguez
"Morgane" de Simon Kansara & Stéphane Fert
"Quand la ville tombe" de Didier Castino
"Tout le bonheur du monde" de Claire Lombardo
"Vivre la nuit, rêver le jour" de Christophe

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=