Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce H-Burns - Bo Weavil
New Morning  (Paris)  mercredi 2 décembre2009

Trois groupes de sensibilité "blues" sont programmés, ce soir, au New Morning. Malheureusement, rapidement nous apprenons que le groupe Harry Manx est retourné au pays, le Canada, pour raisons personnelles. Dommage, son blues tradionnel mâtiné de sitare indienne avait tout pour plaire sur le papier.

Arrivés tôt dans la salle historique du New Morning, qui a relancé le jazz dans les années 80, où se sont produits Dizzy Gillespie, Chet Baker ou Stan Getz, avec Charlotte et Sarah nous prenons place aux abords de la scène, autours d'une petite table.

Rares sont les concerts que je ne passe pas dans la fosse mais d'où nous sommes, nous pourrons apprécier le jeu des ziquos et ce sera aussi plus simple pour Charlotte de shooter, sous tous les angles, les groupes successifs de cette soirée.

Une heure d'attente avant l'arrivée du premier groupe, ça fait un peu beaucoup mais peu importe, nous en profitons avec Sarah et Charlotte pour faire connaissance.

Les premiers à fouler la scène sont les H-Burns, groupe français avec déjà trois albums à son actif. On sent que les influences musicales des H-Burns viennent du pays de l'Oncle Sam, qu'il s'agisse de balades folk ou de classic rock péchu. Ils ne paient pas de mine (le chanteur, tête ébouriffé et barbichette, arbore une chemise à carreaux très middle west), mais dégagent une certaine présence sur scène.

Le chanteur est clairement le plus charismatique de tous (il présente et fait la transition des morceaux, bouge bien) et a travaillé son timbre de voix pour le rendre très "américain".

J'ai trouvé que sa façon de chanter se rapprochait assez nettement en intensité de celle d'Eddie Vedder, le leader des Pearl Jam. Et comme Eddie, il a la bougeote sur scène et une voix aussi bien taillée pour l'interprétation de belles ballades electro-acoustique que pour des morceaux plus rock.

Lorsque les H-Burns s'énervent, c'est du bon classic rock à la Springsteen, on en redemande. Mais indéniablement, c'est lorsqu'ils furetent vers un espèce de folk-blues très légèrement country, à l'ancienne, que j'ai le mieux apprécier ce groupe. Comme le chanteur, le gars aux claviers donne de sa personne.

Outre le clavier, il s'adonne à la guitare slide ou la scie musicale, cet instrument bizarroïde dont on a tous entendu des sons dans des films tout aussi chelou (en me creusant bien, il me vient Vol au dessus d'un nid de coucou ou Arizona Dreams).

On a donc vu là un groupe très agréable sur scène, proposant des ballades comme ils savent si bien le faire de l'autre côté de l'Atlantique, vivantes, servies par de nombreux instruments.

Ce hors-d'oeuvre était bien sympa en bouche, goûtu mais à la fin du repas, il restera quasi anecdotique face au plat de résistance qui va venir.

Dire que l'on s'est régalé avec les Bo Weavil est encore loin du compte. Le "boll weevil" est un insecte qui oeuvrait dans les champs de coton et devint symbole de résistance dans les années 20 au sein de la population noire exploitée, jusqu'à l'hommage de Charlie Patton avec son "Mississipi bo weavil blues".

Vous l'aurez donc compris, avec ce groupe – français encore ! – venu de Nantes, l'heure est au blues. Mais attention, un blues furieux, loin d'être désespéré ou mélancolique.

Ce groupe est considéré comme l'un des meilleurs d'Europe dans ce style delta blues (le blues originaire du Mississipi) et lorsque l'on voit l'énergie de ce trio – batterie, basse, guitare/harmonica – sur scène, on comprend pourquoi.

Pendant 1h30, ces Bo Weavil vont revisiter des standars blues, (le "Catfish Blues" de Muddy Waters, une ou deux reprises de John Lee Hooker, un chant d'esclave qui prend aux tripes) mais aussi imposer des titres de leur cru, bien écrits, endiablés qu'il s'agisse de blues survitaminé, de boogie ou mambo un brin sauvage.

Un personnage en impose grave dans cette formation – Boogie Matt – en assurant le chant (vieil accent de blues man des années 20, excellent !) l'harmonica au son très métallique et la guitare. Il amène chaque morceau par une ou deux anecdotes, le rendant en plus très sympathique.

La plupart du temps, si les morceaux commençent dans une ambiance blues tranquille très roots, l'emballement arrive vite et la guitare devient alors boogie, groovy, rock'n'roll. La guitare se fera tour à tour electro acoustique, slide ou bien électrique.

Le batteur n'est pas en reste tant il maîtrise aussi bien les caresses des cymbales, les roulements et accélérations à la batterie, mais aussi des percus un peu mambo.

Il ne serait pas galvaudé d'affirmer que ces Bo Weavil utilise à la fois les codes du blues énergique d'un Rory Gallagher et le boogie de Brian Setzer, tout en gardant une base de blues à l'ancienne dans le son (aspect chaud et métallique).

Les morceaux défilent dans une qualité musicale impressionante. En fermant les yeux, on se croirait dans un rade surchauffé et brumeux du Mississipi ; leurs rictus, leurs regards de mômes (entre eux) sont aussi le reflet d'une énorme envie de jouer, de donner, de partager.

Question ambiance ?

Il ne s'agissait pas d'un silence de cathédrale dans la salle en voyant la démonstration blues/boogie de ces doriphores du Mississipi mais à l'inverse, une atmosphère de plus en plus festive dans le temps – des habitués du groupe étant présents, plus les connaisseurs du style – manifestée par de petits cris dans la foule et pas de danse chaloupés.

Moi je dis qu'un tel concert, c'est une grosse claque et un pied pas possible.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album How strange it is to be anything at all de H-Burns
H-Burns en concert à L'Européen (31 mars 2008)
H-Burns en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
H-Burns en concert au Festival Le Cabaret Vert #9 (samedi 24 août 2013)
La chronique de l'album As a striving lonesome bull de Mr. Bo Weavil

En savoir plus :
Le site officiel de H-Burns
Le Myspace de H-Burns
Le Myspace de Bo Weavil

Crédits photos : Charlotte Ortholary (Toute la série sur Taste of Indie)


Yannick Maquenhen         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?

Le premier tour des élections municipales fut le signe du début du confinement. Espérons que ce second tour ne sera pas l'appel à un second confinement. Quoi qu'il en soit : Soyez prudents, soyez heureux et cultivez vous ! c'est parti pour le sommaire en commençant par le replay de la Mare Aux Grenouilles #4 (eh oui déjà !)

Du côté de la musique :

"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa
et toujours :
"As found" de Fugu
"Désordres" de Austyn
"Anda Lutz" de Cie Guillaume Lopez
"A l'instinct A l'instant" de Daniel Jea
"Cérébro dancing" de Epilexique
"Cobra" de François Club
"Coquette" de Hailey Tuck
"Springtime with no harm" épisode 18 des mixes de Listen In Bed
"Fanfare XP, volume 2" de Magic Malik
"Avec son frère" de Volo
"Safeplace" de Yadam

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Démons" par Lorraine de Sagazan
"Misery" de William Goldman
"L'obéissance de la femme du berger "de Sergio Martínez Vila
"Migraaaants" de Matéi Visniec
"Le Remplaçant" d'Agnès Desarthe
"Portrait d'Amakoé de Souza - Salade Tomate Oignon" de et par Jean-Christophe Folly

"La Chose Commune" de David Lescot et Emmanuel Bex
de la comédie de boulevard :
"Hier est un autre jour "de Sylvain Meyniac et Jean-François Cros
"Madame Doubtfire" de Jaja Fiastri
"Le Clan des divorcées" de Alil Vardar
"A gauche en sortant de l'ascenseur" de Gérard Lauzier
du côté des humoristes :
"Mimie Mathy - J'adore papoter avec vous"
"Denis Maréchal - J'dis franchement"
dans le répertoire classique :
"Le Jeu de l'amour et du hasard" par Catherine Hiegel
"Roméo et Juliette" par Eric Ruf
Shakeaspeare :
à l'anglaise au Globe Teater : "Macbeth"
et en comédie musicale "Roméo et Juliette, de la haine à l'amour" de Gérard Presgurvic
et de l'Opéra revisité :
"La Traviata" de Verdi par Simon Stone
"Cendrillon" de Jules Massenet par David Hermann

Expositions :

en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Pompéi" au Grand Palais
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières
"La Force du dessin - Chefs-d'oeuvre de la Collection Prat" au Petit Palais
"Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l'au-delà" au Musée Maillol
"Le dessin sans réserve. Collections du Musée des Arts Décoratifs" au Musée des Arts Décoratifs
et en passant par la Lorraine, découvrir la Villa Majorelle œuvre de style Art nouveau.

Cinéma at home avec :

"Riens du tout" de Cédric Klapisch
"Noïse" de Henry Bean
"Sous surveillance" de Robert Redford
"La romancière" de John McKay
au Ciné-Club les années 50 :
"Un drôle de Dimanche" de Marc Allégret
"La vie à deux" de Clément Duhour
"L'homme au million ("The Million Pound Note") de Ronald Neame
des incontournables japonais :
des figures tutélaires :
"Tokyo drifter" de Seijun Suzuki
"A blind woman" de Teruo Ishii
et des plus jeunes :
"Mr Long" de Sabu
"Ichi, la femme samouraï" de Fumihiko Sori
et des raretés avec une sélection "Court metrage" :
"Le Chant du styrène" de Alain Resnais
"La chambre" de Chantal Akerman
"Pauline" de Céline Sciamma
"La traversée de l'Atlantique à la rame" de Jean-François Laguionie

Lecture avec :

"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin
et toujours :
"Le jour où Kennedy n'est pas mort" de R.J. Ellory
"Mauvaise graine" de Nicolas Jaillet
"Une immense sensation de calme" de Laurine Roux

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=