Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce H-Burns - Bo Weavil
New Morning  (Paris)  mercredi 2 décembre2009

Trois groupes de sensibilité "blues" sont programmés, ce soir, au New Morning. Malheureusement, rapidement nous apprenons que le groupe Harry Manx est retourné au pays, le Canada, pour raisons personnelles. Dommage, son blues tradionnel mâtiné de sitare indienne avait tout pour plaire sur le papier.

Arrivés tôt dans la salle historique du New Morning, qui a relancé le jazz dans les années 80, où se sont produits Dizzy Gillespie, Chet Baker ou Stan Getz, avec Charlotte et Sarah nous prenons place aux abords de la scène, autours d'une petite table.

Rares sont les concerts que je ne passe pas dans la fosse mais d'où nous sommes, nous pourrons apprécier le jeu des ziquos et ce sera aussi plus simple pour Charlotte de shooter, sous tous les angles, les groupes successifs de cette soirée.

Une heure d'attente avant l'arrivée du premier groupe, ça fait un peu beaucoup mais peu importe, nous en profitons avec Sarah et Charlotte pour faire connaissance.

Les premiers à fouler la scène sont les H-Burns, groupe français avec déjà trois albums à son actif. On sent que les influences musicales des H-Burns viennent du pays de l'Oncle Sam, qu'il s'agisse de balades folk ou de classic rock péchu. Ils ne paient pas de mine (le chanteur, tête ébouriffé et barbichette, arbore une chemise à carreaux très middle west), mais dégagent une certaine présence sur scène.

Le chanteur est clairement le plus charismatique de tous (il présente et fait la transition des morceaux, bouge bien) et a travaillé son timbre de voix pour le rendre très "américain".

J'ai trouvé que sa façon de chanter se rapprochait assez nettement en intensité de celle d'Eddie Vedder, le leader des Pearl Jam. Et comme Eddie, il a la bougeote sur scène et une voix aussi bien taillée pour l'interprétation de belles ballades electro-acoustique que pour des morceaux plus rock.

Lorsque les H-Burns s'énervent, c'est du bon classic rock à la Springsteen, on en redemande. Mais indéniablement, c'est lorsqu'ils furetent vers un espèce de folk-blues très légèrement country, à l'ancienne, que j'ai le mieux apprécier ce groupe. Comme le chanteur, le gars aux claviers donne de sa personne.

Outre le clavier, il s'adonne à la guitare slide ou la scie musicale, cet instrument bizarroïde dont on a tous entendu des sons dans des films tout aussi chelou (en me creusant bien, il me vient Vol au dessus d'un nid de coucou ou Arizona Dreams).

On a donc vu là un groupe très agréable sur scène, proposant des ballades comme ils savent si bien le faire de l'autre côté de l'Atlantique, vivantes, servies par de nombreux instruments.

Ce hors-d'oeuvre était bien sympa en bouche, goûtu mais à la fin du repas, il restera quasi anecdotique face au plat de résistance qui va venir.

Dire que l'on s'est régalé avec les Bo Weavil est encore loin du compte. Le "boll weevil" est un insecte qui oeuvrait dans les champs de coton et devint symbole de résistance dans les années 20 au sein de la population noire exploitée, jusqu'à l'hommage de Charlie Patton avec son "Mississipi bo weavil blues".

Vous l'aurez donc compris, avec ce groupe – français encore ! – venu de Nantes, l'heure est au blues. Mais attention, un blues furieux, loin d'être désespéré ou mélancolique.

Ce groupe est considéré comme l'un des meilleurs d'Europe dans ce style delta blues (le blues originaire du Mississipi) et lorsque l'on voit l'énergie de ce trio – batterie, basse, guitare/harmonica – sur scène, on comprend pourquoi.

Pendant 1h30, ces Bo Weavil vont revisiter des standars blues, (le "Catfish Blues" de Muddy Waters, une ou deux reprises de John Lee Hooker, un chant d'esclave qui prend aux tripes) mais aussi imposer des titres de leur cru, bien écrits, endiablés qu'il s'agisse de blues survitaminé, de boogie ou mambo un brin sauvage.

Un personnage en impose grave dans cette formation – Boogie Matt – en assurant le chant (vieil accent de blues man des années 20, excellent !) l'harmonica au son très métallique et la guitare. Il amène chaque morceau par une ou deux anecdotes, le rendant en plus très sympathique.

La plupart du temps, si les morceaux commençent dans une ambiance blues tranquille très roots, l'emballement arrive vite et la guitare devient alors boogie, groovy, rock'n'roll. La guitare se fera tour à tour electro acoustique, slide ou bien électrique.

Le batteur n'est pas en reste tant il maîtrise aussi bien les caresses des cymbales, les roulements et accélérations à la batterie, mais aussi des percus un peu mambo.

Il ne serait pas galvaudé d'affirmer que ces Bo Weavil utilise à la fois les codes du blues énergique d'un Rory Gallagher et le boogie de Brian Setzer, tout en gardant une base de blues à l'ancienne dans le son (aspect chaud et métallique).

Les morceaux défilent dans une qualité musicale impressionante. En fermant les yeux, on se croirait dans un rade surchauffé et brumeux du Mississipi ; leurs rictus, leurs regards de mômes (entre eux) sont aussi le reflet d'une énorme envie de jouer, de donner, de partager.

Question ambiance ?

Il ne s'agissait pas d'un silence de cathédrale dans la salle en voyant la démonstration blues/boogie de ces doriphores du Mississipi mais à l'inverse, une atmosphère de plus en plus festive dans le temps – des habitués du groupe étant présents, plus les connaisseurs du style – manifestée par de petits cris dans la foule et pas de danse chaloupés.

Moi je dis qu'un tel concert, c'est une grosse claque et un pied pas possible.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album How strange it is to be anything at all de H-Burns
H-Burns en concert à L'Européen (31 mars 2008)
H-Burns en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
H-Burns en concert au Festival Le Cabaret Vert #9 (samedi 24 août 2013)
La chronique de l'album As a striving lonesome bull de Mr. Bo Weavil

En savoir plus :
Le site officiel de H-Burns
Le Myspace de H-Burns
Le Myspace de Bo Weavil

Crédits photos : Charlotte Ortholary (Toute la série sur Taste of Indie)


Yannick Maquenhen         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux

On n'a jamais été aussi proche de Noël !! une raison comme une autre pour se faire plaisir et faire plaisir aux autres en (s')offrant quelques belles choses à découvrir dans notre sélection culturelle de la semaine. Des disques, des livres, des jeux, des expos, des films, des spectacles... à découvrir ci-dessous.

Du côté de la musique :

"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer
et toujours:
"Ravel : Miroirs, la valse" et "Stravinsky : Petrushka, The firebird" de Beatrice Rana
"Les mauvais tempéraments" de Christophe Panzani
Rencontre avec Lau Ngama, autour d'une session acoustique de 3 titres
Listen In Bed consacre sa 5ème émission au fabuleux groupe Broadcast
Rencontre avec Ultra Vomit
"Pulsions" de Duo Ypsilon
"The deepest space of now" de Enik
"Malsamaj" de Geysir
"Poussière" de Grèn Sémé
"Love and chaos" de Igor and the Hippie Land
"Dark shade" de Match

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Des territoires (...et tout sera pardonné ?)" au Théâtre de la Bastille
"Trois femmes (L'Echappée)" au Théâtre Le Lucernaire
"Le paradoxe amoureux" au Théâtre Le Lucernaire
"Evita - Le destin fou d'Eva Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"War Horse" à la Seine Musicale
dans le cadre du Focus au Théâtre Ouvert :
"La plus précieuse des marchandises"
"Une Pierre"
des reprises :
"L"Atlas de l'Anthropocène" à la Maison des Métallos
"Vestiges - Fureur" au Lavoir Moderne Parisien
"Britney's Dream" au Théâtre La Flèche
"Roméo et Julierre" à la Scène parisienne
"Ma grammaire fait du vélo" au Théâtre Essaion
"Gauthier Fourcade - Le bonheur est à l'intérieur de l'extérieur" à la Manufacture des Abbesses
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais

Cinéma avec :

Oldies but Goodies avec "Institut Benjamenta" de Timothy et Stephen Quay
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro
et toujours :
"Cauchemar" de Paul Cleave
"La grande aventure de l'égyptologie" de Robert Solé
"La ligne de sang" de DOA & Stéphane Douay
"Matière noire" de Ivan Zinberg
"Que les ombres passent aux aveux" de Cédric Lalaury

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=