Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Eiffel
Les yeux fermés  (Labels)  mars 2004

Téléphone Exit, Noir Désir Out, qui reste-t-il dans le monde rock français ? Et bien sans doute Eiffel qui, contrairement à ce que pensait un éminent critique musical, ne restera pas qu’un point d’ancrage apprécié des radios pour remplir leurs quota de chansons françaises.

Eiffel, c’est une ambition terrible pour tenir sans faire de compromis, c’est le rock sauvage et brut, au sens animal des termes, loin du petit rock policé pour jeunes gens de bonnes familles, c’est un sens mélodique aigu et des compositions qui tiennent le choc de l'acoustique, c’est l’énergie d’une écriture incisive qui sait prendre le temps de l’émotion tout en évitant la pop, c’est une voix aux limites du cri qui navigue des brûlots hard rock à la tendresse amoureuse.

Formé en 1998, guitares, basse, batterie et claviers, Eiffel c'est deux albums Abricotine (2001) et Le quart d'heure des ahuris (2002) et des centaines de concerts. Car Eiffel a bien compris que seul le live pouvait les faire connaître et leur permettre d'exprimer, et de partager, ce plaisir violent qu'il éprouve à jouer.

Comme Romain Humeau, auteur-compositeur, nous le confiait en interview : "Des fois il suffit de dix secondes dans un morceau au début du concert pour que tout bascule irrémédiable dans le génial ou dans le mauvais. C’est la vie. C’est Le live. Eiffel c’est la vie c’est le live !".

Pour nous le confirmer et nous le prouver en cas de besoin, Eiffel sort un superbe double album live Les yeux fermés absolument indispensable !

Le premier disque, consacré aux concerts électriques enregistrés pendant leurs dates parisiennes, permet de retrouver les incontournables d'Eiffel dans des déclinaisons rock de toute beauté.

De l’urgence psalmodiée de "Il pleut des cordes" enchaîné sur la puissance noisy de "T’as tout, tu profites de rien", du rock tripal avec "Au néant" au punk rock aux accents hagenien de "Hype", des guitares saturées de "Ne respire pas" à l'entêtant "Off" avec un clin d'oeil à Dutronc.

Et puis deux versions longues ahurissantes (sic!) de "Te revoir" et en clôture une apocalyptique "Douce adolescence".

Par ailleurs, Eiffel aime explorer et même si "Nous sommes un groupe de rock donc on a choisi d’aller dans le sens du bruit mais il y a d’autres choses qui nous plaisent et on va éclairer différemment", d'où le projet de live plus acoustique, avec des instruments à cordes et à vent. Et le deuxième disque restitue l’ambiance plus intimiste de ces concerts intitulés spéciaux, enregistrés à Rennes et Paris où le groupe s'est entouré de violons, alto, violoncelle et hautbois.

Ces concerts permettent de constater l'une des influences revendiquées d'Eiffel, en l'espèce la chanson française, la "vieille" chanson française comme il nous l'avait précisé, celle de Vian, Brassens, Ferré, Gainsbourg et Brel auquel il rend un vibrant hommage avec une exceptionnelle interprétation du "Plat pays".

Trois morceaux présents en électrique et en spécial permettent de vérifier l'excellent travail d'écriture et d'arrangement accompli par Romain Humeau. "Sombre", avec une longue intro à la flûte byzantine et hypnotique, nous emmène dans les jardins persans chers à Shéhérazade, "Les yeux fermés" se love autour d'une guitare et "Ne respire pas" flirte avec des déluges de cordes tsiganes.

Bien sûr, impossible de renoncer totalement à l'énergie et aux décibels du rock. Ainsi si "Les écorchés" démarrent sur des cordes plaintives, les riffs de guitare ne sont pas loin et quand la batterie s'en mêle...on frôle la perfection !

A écouter sans modération donc ...et ne ratez pas leur prochaine tournée !

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Live aux Eurockéennes de Belfort 6 juillet 2003 de Eiffel
La chronique de l'album Ma part d'ombre de Eiffel
La chronique de l'album Tandoori de Eiffel
La chronique de l'album Le Temps des Cerises et Gagnants / Perdants de Eiffel - Noir Désir
La chronique de l'album A Tout Moment de Eiffel
Eiffel parmi une sélection de singles (juin 2012)
La chronique de l'album Foule Monstre de Eiffel
La chronique de l'album Stupor Machine de Eiffel
Eiffel en concert à La Cigale (22 octobre 2003)
Eiffel en concert à La Maroquinerie (15 janvier 2007)
Eiffel en concert au Bataclan (4 avril 2007)
Eiffel en concert au Festival Class'Eurock 2007
Eiffel en concert à l'Olympia (19 novembre 2007 )
Eiffel en concert au Fil (jeudi 29 octobre 2009)
Eiffel en concert au Bataclan (mercredi 18 novembre 2009)
Eiffel en concert à Flèche d'or (lundi 14 décembre2009)
Eiffel en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (jeudi 15)
Eiffel en concert au Centre Culturel Paul Baillart (jeudi 6 mai 2010)
Eiffel en concert au Festival Le Chant de Foire #15 (2010)
Eiffel en concert au Festival FNAC Indétendances 2010 (vendredi 6 août 2010)
Eiffel en concert au Zénith (vendredi 15 octobre 2010)
Eiffel en concert au Trianon (mercredi 28 novembre 2012)
L'interview de Eiffel (octobre 2003)
L'interview de Eiffel (8 décembre 2006)
L'interview de Eiffel (31 août 2009)
L'interview de Eiffel (vendredi 6 août 2010)
L'interview de Eiffel (mercredi 12 septembre 2012)
L'interview de Eiffel (mercredi 22 février 2019)


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Eiffel (26 avril 2019)
Eiffel (12 septembre 2012)
Eiffel (7 août 2010)
Eiffel (31 aout 2009)


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=