Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cent pour cent
Cité internationale de la bande dessinée et de l'image  (Angoulême)  Du 28 janvier au 28 mars 2010

La BD s'expose au musée. Pas n’importe comment, ni n’importe où. Cela aurait pu être un gag à la Gaston, mais non ! Ici, c'est-à-dire à Angoulême, et pour être précis au Musée de la Bande Dessinée, le jeune et déjà estimable établissement ouvre ses portes à cent auteurs qui ont eu comme missions de s’approprier les planches des Maîtres du 9ème ART.

L’exposition a de quoi ravir la curiosité des plus blasés.

On pourrait écrire à la manière de De ! Mais cela sonne faux, et c’est terriblement désobligeant pour les cent artistes qui ont perpétué, et pourquoi pas d’ailleurs, remis au goût du jour, ce désir vivant qu’est un musée. Désir de lieu de travail, lieu d’exercice, lieu de réflexion. Il faut toujours, merci à la Cité de la BD de nous remettre le couvert, nous rappeler que "le musée du Louvre était d’abord un lieu où travaillaient les artistes, un lieu d’étude. Les peintres venaient là pour copier".

C’est ce qu’est en train de devenir le Musée de la Bande Dessinée, un musée/travail qui ouvre déjà, régulièrement ses portes aux étudiants en Master de la bande dessinée dispensé par l’École européenne supérieure de l’image.

Avouez qu’il y a là de la modernité dans l’air. Et il faut défendre ouvertement ce type d’entreprise hautement salutaire.

Alors voilà l’idée germée.

S’inspirer d’un modèle et ouvrir l’imagination. il ne restait qu’à l’appliquer à l’échelle mondiale (puisque l’on nous rabâche la mondialisation, allons y fièrement).

Dans un premier temps, le musée sort pas moins de sept cents planches originales d’un fond abyssal de près de huit milles œuvres, certaines datant du milieu du XIXème siècle. Un choix représentant les différents continents de "Notre bonne vieille terre" comme dirait ce cher capitaine Haddock. Ce qu’il y a de mieux comme planches (et donc comme auteurs).

Puis on invite cent artistes venus des quatre coins de notre planète ronde (je sais, c’est facile). Là encore il fallu du temps, pas moins de deux ans. Chacun a pu choisir une planche de la sélection avant de se mettre sur la planche à dessin et faire écho à l’œuvre choisie.

Vous allez me dire que tout cela fait un peu recette de cuisine à l’ancienne, du type la Mère Poulard. Il n’en est rien, bien au contraire. Tout y est libre, rien d’imposé autre que le talent. Et il est au rendez-vous le gaillard, a vous faire saliver de bonheur et de regrets, celui d’avoir arrêté trop tôt le dessin.

Un jeu de miroir, donc. Peut-être ? Ici encore gardons la prudence... Il ne s’agit nullement de copier, mais bien au travers une œuvre d’en créer une autre sans pour autant oublier le Maître. Vous imaginez bien que le doute chez les artistes s’installent, mais aussi l’enthousiasme, le questionnement , le rapport à la création. Doit-on faire table rase de ce qui existe ou au contraire dessiner un hommage ?

Les deux peut-être se conjuguent au même temps.

Le questionnement est là.

N’est-ce pas le rôle de chaque artiste ? Pas seulement, c’est aussi celui du public qui découvrira cette exposition pleine de talent. Comprendre le dialogue et le passage de témoin entre les œuvres, entre les auteurs, comment s’approprier l’héritage ? Voguez également à travers cette gigantesque œuvre collective (pas moins de vingt-cinq nations représentées et deux cent vingt-trois planches exposées), comprendre comme un message fort, cette pluralité.

Même avec des bulles, surtout diront beaucoup, il y a de quoi ouvrir les esprits. Je laisse donc le choix au public de découvrir les auteurs présentés et de ce dire définitivement que la BD est un art majeur.

 

En savoir plus :

Le site officiel de la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image

 


        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 20 mai 2018 : Un temps à sortir les palmes

Le Festival de Cannes se termine déjà, sans grandes envolées mais avec une belle palme d'or tout de même et surtout le soleil qui devrait vous donner envie de sortir les vôtres, palmes, histoire d'aller piquer une tête pour vous rafraichir les idées au milieu de tout ce marasme ambiant. Quoi qu'il en soit, pour vous changer les idées, voici comme chaque semaine notre sélection culturelle.

Du côté de la musique :

Glenn Branca, une vie dissonnante
"Quieter" de Carla Bozulich
Rencontre avec Romain Guerret autour de son projet solo Donald Pierre dont voici 3 titres live enregistrés au bar Le Planète Mars
"Free the prisoners" de Andrew Sweeny
"The sound like a tank even if they are a duo" de Archi Deep
"Liszt : Athanor" de Beatrice Berrut
"Lost and found" de En attendant Ana
"Les larmes d'or" de Frédéric Bobin
"Le courage des innoncents" de Olivier Savaresse
et toujours :
"Lion in bed" de Lion In Bed
"Take me away" de Andréane Le May
"JS Bach Inventions & Sinfonias" de Julien Lheuillier
"Lost memory theatre" de Jun Miyake
"Advertisement EP" de MNNQNS
"All inclusive" de Shaggy Dogs
"Bernstein : Mass" de Yannick Nézet Séguin & le Philadelphia Orchestra
"Ain't that mayhem ?" de Zëro

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Les Limbes" au Théâtre du Rond-Point
"4.48 Psychosis" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Strange Love" au Cirque Electrique
"17 fois Maximilien" au Studio Hébertot
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Les Soulmates" au Théâtre du Marais
"Le Cirque Alfonse - Tabarnak" à Bobino
"Scud" au Théâtre Clavel
"Cabaret chinois et autres farces" au Théâtre Clavel
les reprises avec :
"Les Patissières" au Théâtre Trévise
"King KongThéorie" à La Pépinière Théâtre
"Les Petites Reines" au Théâtre La Bruyère
"Eric Boschman - Ni Dieu, ni Maître mais du Rouge !" à la Scène Thélème
"Légendes d'une vie" au Théâtre Le Lucernaire
"Warren Zavatta - Ce soir dans votre ville" au Théâtre Michel
et les chroniques des autres spectacles de mai

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Le Ciel étoilé au-dessus de ma tête" de Ilan Klipper
"Bienvenue en Sicile" de PIF
et les chroniques des autres sorties de mai

Lecture avec :

"La symphonie du hasard, livre 3" de Douglas Kennedy
"Les diables de cardona" de Matthew Carr
"Les invisibles" de Antoine Albertini
"Transit" de Rachel Cusk
et toujours :
"L'écrivain public" de Dan Fesperman
"Le chien de Shrodinger" de Martin Dumont
"Les saltimbanques ordinaires" de Eimear McBride
"Passage des ombres" de Arnaldur Indrioason
"Prison house" de John King

Froggeek's Delight :

"A way out" sur PS4, Xbox One et Windows
"Rétro lazer" Tome 1, magazine trimestriel
Le Google Home, enceinte intelligente

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=