Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Cent pour cent
Cité internationale de la bande dessinée et de l'image  (Angoulême)  Du 28 janvier au 28 mars 2010

La BD s'expose au musée. Pas n’importe comment, ni n’importe où. Cela aurait pu être un gag à la Gaston, mais non ! Ici, c'est-à-dire à Angoulême, et pour être précis au Musée de la Bande Dessinée, le jeune et déjà estimable établissement ouvre ses portes à cent auteurs qui ont eu comme missions de s’approprier les planches des Maîtres du 9ème ART.

L’exposition a de quoi ravir la curiosité des plus blasés.

On pourrait écrire à la manière de De ! Mais cela sonne faux, et c’est terriblement désobligeant pour les cent artistes qui ont perpétué, et pourquoi pas d’ailleurs, remis au goût du jour, ce désir vivant qu’est un musée. Désir de lieu de travail, lieu d’exercice, lieu de réflexion. Il faut toujours, merci à la Cité de la BD de nous remettre le couvert, nous rappeler que "le musée du Louvre était d’abord un lieu où travaillaient les artistes, un lieu d’étude. Les peintres venaient là pour copier".

C’est ce qu’est en train de devenir le Musée de la Bande Dessinée, un musée/travail qui ouvre déjà, régulièrement ses portes aux étudiants en Master de la bande dessinée dispensé par l’École européenne supérieure de l’image.

Avouez qu’il y a là de la modernité dans l’air. Et il faut défendre ouvertement ce type d’entreprise hautement salutaire.

Alors voilà l’idée germée.

S’inspirer d’un modèle et ouvrir l’imagination. il ne restait qu’à l’appliquer à l’échelle mondiale (puisque l’on nous rabâche la mondialisation, allons y fièrement).

Dans un premier temps, le musée sort pas moins de sept cents planches originales d’un fond abyssal de près de huit milles œuvres, certaines datant du milieu du XIXème siècle. Un choix représentant les différents continents de "Notre bonne vieille terre" comme dirait ce cher capitaine Haddock. Ce qu’il y a de mieux comme planches (et donc comme auteurs).

Puis on invite cent artistes venus des quatre coins de notre planète ronde (je sais, c’est facile). Là encore il fallu du temps, pas moins de deux ans. Chacun a pu choisir une planche de la sélection avant de se mettre sur la planche à dessin et faire écho à l’œuvre choisie.

Vous allez me dire que tout cela fait un peu recette de cuisine à l’ancienne, du type la Mère Poulard. Il n’en est rien, bien au contraire. Tout y est libre, rien d’imposé autre que le talent. Et il est au rendez-vous le gaillard, a vous faire saliver de bonheur et de regrets, celui d’avoir arrêté trop tôt le dessin.

Un jeu de miroir, donc. Peut-être ? Ici encore gardons la prudence... Il ne s’agit nullement de copier, mais bien au travers une œuvre d’en créer une autre sans pour autant oublier le Maître. Vous imaginez bien que le doute chez les artistes s’installent, mais aussi l’enthousiasme, le questionnement , le rapport à la création. Doit-on faire table rase de ce qui existe ou au contraire dessiner un hommage ?

Les deux peut-être se conjuguent au même temps.

Le questionnement est là.

N’est-ce pas le rôle de chaque artiste ? Pas seulement, c’est aussi celui du public qui découvrira cette exposition pleine de talent. Comprendre le dialogue et le passage de témoin entre les œuvres, entre les auteurs, comment s’approprier l’héritage ? Voguez également à travers cette gigantesque œuvre collective (pas moins de vingt-cinq nations représentées et deux cent vingt-trois planches exposées), comprendre comme un message fort, cette pluralité.

Même avec des bulles, surtout diront beaucoup, il y a de quoi ouvrir les esprits. Je laisse donc le choix au public de découvrir les auteurs présentés et de ce dire définitivement que la BD est un art majeur.

 

En savoir plus :

Le site officiel de la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image

 


        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 24 août 2014 : Fin de saison

C'est déjà un peu la fin de l'été avec les derniers festivals et le début de la traditionnelle ronde des sorties en tout genre (musique, littérature, théâtre, cinéma). Mais d'ici là, il y a toujours largement de quoi se mettre entre les oreilles et plein les yeux avec notre sélection hebdomadaire que voici :

Sur les platines :

"Tied to the star" de J Mascis
"Arc iris" de Arc Iris
"Songs of gold & shadow" de Cléo T.
"Seer" de Golden Retriever
"The words I sing" de Tales & Remedies
"Deep fantasy" de White Lung
vendredi au festival Rock en Seine avec Crystal Fighters, Blondie, The Hives, Die Antwoord, Mac DeMarco, Arctic Monkeys, Trentemoller
samedi au festival Rock en Seine avec Thee Oh Sees, Cheveu, Lucius, Emilie Simon, Portishead, The Prodigy
et les mixes de Flavien et de Tombé pour la Musique
et toujours :
"Opulence EP" de Brooke Candy
"D'une nuit à l'autre" de Cloé du trèfle
"LP1" de FKA Twigs
Interview de Lucius autour de leur album "Wildwoman"
"Ryonen (with so percussion)" de Man Forever
"Places to haunt" de Pale Seas
"Brightly painted one" de Tiny Ruins

Au théâtre :

les divertissements de l'été :
"Les Fiancés de Loches" au Théâtre Le Lucernaire

"Les amnésiques n'ont rien vécu d'inoubliable" au Théâtre Le Lucernaire
"Les élans ne sont pas toujours des animaux faciles" au Théâtre Le Lucernaire
"Les nombrils" au Théâtre Michel
"Début de fin de soirée" à la Comédie Caumartin
"Karine Dubernet - #N'importe quoi" à la Comédie de Paris
"Au secours, je l'aime !" à la Comédie de Paris
"Sébastien Castro vous présente ses condoléances" à la Comédie de Paris
"Le Cabaret des Frangines" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Week-end en ascenseur" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Restez connecté, je suis en ligne !" au Théâtre des Blancs-Manteaux
"Mars et Vénus - La guerre des sexes!" au Théâtre des Blancs-Manteaux

Cinéma avec :

la sélection de la semaine :
"Enemy" de Denis Villeneuve
"Siddarth" de Richie Mehta
"The Salvation" de Kristian Levring
"Des lendemains qui chantent" de Nicolas Castro
"Boyhood" de Richard Linklater
"Detective Dee II - La Légende du Dragon des mers" de Tsui Hark
"The Double" de Richard Ayoade
"Reaching for the moon" de Bruno Baretto
à l'affiche :
"Trap Street" de Vivian Qu
"Ana Arabia" de Amos Gitaï
"Winter Sleep" de Nuri Bilge Ceylan
"Black Coal" de Yi'nan Diao
"Le procès de Vivian Amsellem" de Shlomi et Ronit Elkabetz
"Le beau monde" de Julie Lopes Curval
"Le Grand homme" de Sarah Leonor
"Le rôle de ma vie" de Zach Braff
"L'homme qu'on aimait trop" de André Téchiné
"Jersey Boys" de Clint Eatswood
"J'arrête quand je veux" de Sydney Sibilia
"Moonwalk One" de Theo Kamecke
"La Preuve" de Amor Hakkar
"Maestro" de Léa Fazer
"Loup-Garou" de Stéphane Lévy
"Palma Real Hotel" de Aaron Fernandez
"Ping Pong Summer" de Michael Tully
"Coldwater" de Vincent Grashaw
"Palerme" de Emma Dante

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=