Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Tindersticks
Falling down a mountain  (4AD / Beggars)  janvier 2010

Depuis que l'éphémère semble être devenu la norme sociale en vigueur, chroniquer le huitième album d'un groupe est aujourd'hui un tour de force qu'on ne réussit plus tous les jours. Falling down a mountain, des anglais de Tindersticks, est de cette race des disques indémodables, à l'image de la carrière d'un groupe dont les branchés, forcément, n'attendent plus rien depuis le troisième album. Et pourtant...

Comme les croisières qu'on fantasme en écoutant le premier titre éponyme, Tindersticks est un sublime paquebot. A la dérive. Sans destination connue, ne pouvant offrir à ses passagers que la beauté des territoires qu'il dépasse, lentement, sûrement, sans violence. Un bloc de métal piloté par des humains en costume à queue de pie. Une autre époque me direz-vous, où le cha-cha se jouait sur les dancings, où Lee Hazlewood égrénait l'élégance et où les trompettes crachaient des notes bleues qui flirtaient avec le jardin d'Eden. Bref. Sur Falling down a mountain, peu de surprises mais beaucoup de réussites. La marque de fabrique des discrets me direz-vous. Il est vrai que Tindersticks ne fait pas de vague, poursuit la traversée sans considération pour les boussoles et les modes event(r)ées. C'est un fait, un gage de fidélité à soi-même.

Bien évidemment, on retrouve ici comme ailleurs les poncifs d'un groupe que les moins de trente ans auront peine à écouter autrement qu'en tapant nerveusement sur la touche next. Au suivant donc, et dès le troisième titre, "Harmony around the table", l'auditeur sent bien qu'il aura du mal à penser à autre chose qu'au repeat. Voix de crooner enfin arrivée à maturité, arrangements grandiloquents à déguster en pensant à Burt Bacharach trinquant sur la croisière qui s'amuse, tous les ingrédients sont réunis pour danser seul dans son salon en évitant le fauteuil club. Du grand Tindersticks. On trouve même des lalalala en chorale pour oublier la naïveté primitive d'un groupe qu'on a longtemps cru cérébral.

Jazzy, spleenesque, intemporel. Romantique par défaut, parce les mots ne sont pas toujours les bons. L'impression générale à l'écoute de cette cuvée Tindersticks ressemble à s'y méprendre à du double effet vicieux. Une écoute pour décortiquer la bête, et plusieurs pour l'apprivoiser. Il y a "Peanuts", la ballade pour les puceaux du vertige amoureux, "She rode me down" pour les nostalgiques du western spaghetti mid-tempo, "Hubbard hills", pour les dépressifs en Stetson qui pleurent Lee Hazlewood et Lee Van Cleef. Partout, c'est l'opulence minimale, le sens des intrigues, l'amour des ambiances. Les mélodies ? On les retrouve au niveau de la mer, un oeil pointé sur l'horizon avec les violons en guise de rameur.

Comme sur les disques qu'on usera encore longtemps, il y a la chanson qu'on fera mourir par l'usure. En l'occurrence, il s'agit de "Black Smokes", qui sous sa production cra-cra parvient encore à accomplir des miracles avec son sax et ses guitares étirées comme un canot de sauvetage élimé à l'extrême. A mi-chemin entre Roxy Music (l'énergie du bordel) et Bryan Ferry (le jazz poli) sous Guronsan, on en redemande et sans prescription. Après tel voyage, les dernières minutes ("Factory Girls", "Piano music") s'avéreront plus anecdotiques, le temps nécessaire pour rembobiner la bande, supplier papa pour "un tour encore, s'il te plaît !". On sait le terme éculé jusqu'à l'os, mais cet album a des allures de film imaginaire, à écouter en boucle à l'abri des regards, comme un bunker contre le monde qui passe. Tindersticks, groupe de grabataires ? Plutôt des rescapés, le navire, lui, ne prend pas l'eau.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Waiting for the moon de Tindersticks
La chronique de l'album The hungry saw de Tindersticks
Tindersticks en concert à La Cigale (26 septembre 2003)
Tindersticks en concert à Folies Bergères (5 mai 2008)
Tindersticks en concert au Festival La Route du Rock 2008
Tindersticks en concert au Grand Théâtre (mardi 2 novembre 2010)
Tindersticks en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Samedi
Tindersticks en concert à Splendid (jeudi 11 octobre 2012)
Tindersticks en concert au Fil (dimanche 14 octobre 2012)
Tindersticks en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2016 - du vendredi au dimanche
Tindersticks en concert au Festival La Route du Rock #26 (samedi 13 août 2016)
L'interview de Tindersticks (janvier 2010)
La chronique de l'album Lucky dog recordings de Stuart Staples
La chronique de l'album Leaving songs de Stuart Staples
Stuart Staples en concert au Festival La Route du Rock 2006 (samedi)
L'interview en VO de Stuart Staples(20 avril 2006)
L'interview de Stuart Staples (20 avril 2006)


En savoir plus :
Le site officiel de Tindersticks
Le Myspace de Tindersticks


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 11 août 2019 : Sur la Route du Rock

Nous voici en route pour Saint Malo et son inimitable Route du Rock que nous aimons tant. Pour le voyage on vous a sélectionné quelques disques et quelques bouquins pour préparer gentiment la rentrée. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

Nos valises sont prêtes, en route pour La Route du Rock
"Onda" de Jambinai
Rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society
et toujours :
"When I have tears" de The Murder Capital
Seun Kuti en interview au festival Terre du Son ou nous l'avons également vu en live avec Egypt 80
vendredi au Foreztival avec The Inspector Cluzo, Feu! Chaterton entres autres
samedi au Foreztival toujours avec Tiken Jah Fakoly, Goran Bregovic, Thérapie Taxi

Au théâtre :

des comédies avec des inoxydables à voir ou revoir tels :
"Les Faux British" au Théâtre Saint-Georges
"Le Gros diamant du Prince Ludwig" au Palace
et des outsiders à découvrir :
"Jean-Louis XIV" au Théâtre des Béliers parisiens
"La Moustache" au Théâtre du Splendid
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Azzedine Alaïa - Une autre pensée nde la mode : la Collection Tati" à la Galerie Azzedine Alaïa

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon
et toujours :
"Le voleur d'eau" de Claire Hajaj
"Paix et guerre" de Ronan Farrow
"UK serial killers" de Emily Tibbatts

Froggeek's Delight :
"Old man's journey" sur PS4, PC, Mac, Xbox, Switch, iOS et Android

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=